PSA Sud : l’Agglomération revend 30 hectares pour de l’activité logistique et industrielle

Lors d’une conférence de presse, Charles Demouge a annoncé la revente de 30 hectares appartenant à l’Agglomération sur le site de  PSA Sud au groupe BT Immo, avec la perspective de 630 emplois. 

Lors d’une conférence de presse ce jeudi, Charles Demouge a annoncé la revente de 30 hectares appartenant à l’Agglomération sur le site de  PSA Sud au groupe BT Immo, avec la perspective de 630 emplois. 

7 millions. L’Agglomération du pays de Montbéliard vend 30 hectares sur le site PSA Sud au groupe BT Immo pour cette somme. En janvier, elle achetait 42 hectares après la mise en vente du site par Stellantis pour  11,55 millions d’euros. Une somme qui avait fait bondir (lire notre article)

Charles Demouge, le président de l’Agglomération, semble rassuré.  « C’est une belle somme », argue-t-il. « Au début, il nous proposait moins », explique-t-il à propos du groupe, rencontré lors du salon d’immobilier d’entreprise à Paris, en décembre dernier qui a pour champ d’action l’investissement locatif dans le secteur des bâtiments industriels et logistiques, le développement de bâtiments tertiaires et industriels et la reconversion de sites.

Dans des documents que Le Trois a pu consulter avant le conseil communautaire, le groupe BT Immo, qui se présente comme un groupe d’investisseurs privés qui se positionne essentiellement « sur des opérations immobilières à forte valeur ajoutée »,annonce le rachat pour conduire « un projet mixte, industriel et logistique » avec la perspective de 630 emplois et des  partenariats de formation.

Sur le site de PSA Sud, il s’agit, en fait, de deux rachats : le rachat, pour 3,5 millions de deux bâtiments à Exincourt. Et le rachat, aussi pour 3,5 millions de trois bâtiments à Sochaux. Des bâtiments qui sont côte à côte mais délimités sur deux communes différentes. 

E
La zone 2 et 3 seront rachetés par le groupe BT Immo. La zone 3 correspond aux bâtiments d'Exincourt. La zone 2 aux bâtiments de Sochaux.

Un projet industriel, un projet logistique

Les deux bâtiments sur la commune d’Exincourt seront repris par une société sœur de BT Immo, l’entreprise SPCM. Une foncière privée d’immobilier industriel, qui reprendra les bâtiments tels quels, en payant immédiatement l’impôt foncier à la commune d’Exincourt. « La vente sera actée sans condition de permis de construire ni de financement », est-il précisé dans un document présenté par BT Immo lors du conseil communautaire. Le but : une mise en location à des entreprises industrielles en mars 2023, au plus tard, pour rentabiliser la vente et le prix du foncier. « Cela va venir vite », confirme Charles Demouge. 

Juste à côté, pour les bâtiments sur la commune de  Sochaux, c’est l’entreprise Castignac, gestionnaire d’investissement logistique qui mènera le projet à bien. Les trois bâtiments seront détruits entièrement avant de reconstruire des bâtiments pour une surface totale de 66 400 m2 comprenant :  60 000 m2 d’entrepôt logistique, 2 400 m2 de bureaux et 4 000 m2 de messagerie  (centre de stockage entre entreprises). 

Dans ce projet, il est prévu que les travaux soient lancés dès la signature de vente pour une mise en location « au plus tard » en septembre 2025. Volume d’investissement prévisionnel : 40 millions d’euros hors taxe. La promesse de vente doit être signée en juillet. 

En termes de rénovation, le groupe dit envisager l’installation de panneaux photovoltaïques. Il est aussi évoqué la mise en place d’une station multi-énergies et la mise en place d’une messagerie zéro carbone, avec des véhicules de livraison 100% électrique. 

Un projet attentif à des entreprises et à une main d’oeuvre locales

Dans la présentation du projet par le groupe, jeudi soir, Fabrice Gallo, qui dirige le développement de Castignac, a assuré que les entreprises locales seront proposées en priorité, notamment pour les travaux et les questions de maintenance. 

Lors du conseil, les élus sont revenus plusieurs fois sur la question de l’emploi, visiblement inquiets que des entreprises lointaines et  une main-d’œuvre qui ne serait pas locale soient priorisées. Mélanie Daf, adjointe au maire d’Audincourt et élue du conseil communautaire, s’est aussi interrogée sur les entreprises qui seront implantées. Sa peur : que les entreprises du pays de Montbéliard désertent vers ce nouveau centre tout neuf. « Le but, ce n’est pas de créer de nouvelles friches à d’autres endroits. » À toutes ces interrogations, BT Immo n’a cessé de répondre en rassurant les élus, proposant de mettre en place des clauses d’insertion dans ses marchés de réalisation.

 Des questions se sont aussi posées sur le nombre d’emplois. René Fouché, vice-président de PMA estime que ce n’est pas beaucoup. Mais une nouvelle fois, le promoteur rassure : « 630 emplois, c’est un minimum », précisant que 80% des emplois ne nécessiteront pas de grandes études. « Des cycles courts de formation suffiront », explique-t-il. 

L'Agglomération garde 12 hectares

Plus exactement, c’est sa SEM PMIE* qui utilisera les 12 hectares sur la partie la plus à l’est de PMA Sud. « Il n’est pas impossible que l’on y mette une station hydrogène. C’est une zone importante entre PSA Sud et Nord où passe beaucoup de camions », explique Charles Demouge, président de PMA. 

 

*La Société d’Economie Mixte Pays de Montbéliard Immobilier d’Entreprises (SEM PMIE) a été créée en avril 2011 par Pays de Montbéliard Agglomération et ses partenaires publics et privés afin de mettre en œuvre une politique de développement économique via la mise en place de solutions de portage immobilier.  

Ceci vous intéressera aussi
Stellantis enregistre un bénéfice record, les syndicats réclament une meilleure répartition

Le groupe automobile Stellantis a annoncé, ce jeudi matin, des résultats exceptionnels pour le premier semestre 2022. Le bénéfice net Lire l'article

Stellantis : les médecins du groupe alertent sur l’état de santé du personnel

À la rentrée 2021, les médecins internes à Stellantis ont fait parvenir leur bilan de santé ainsi qu’une lettre de Lire l'article

14-Juillet : Peugeot et la longue histoire des voitures présidentielles

Peugeot fait partie des fournisseurs de l’Élysée, pour les véhicules présidentiels, dès 1921. Certains véhicules sont des icônes, comme la Lire l'article

Stellantis : Engie Green lance un financement participatif de la ferme solaire de Sochaux

Jusqu’au 4 octobre, un financement participatif pour contribuer à la construction de la ferme solaire du parking d’expédition de l’usine Lire l'article

Défilement vers le haut