La maire de Besançon prête à accueillir des réfugiés afghans

Anne Vignot, élue à Besançon.

Plusieurs élus écologistes se sont dit prêts à accueillir des Afghans évacués de Kaboul, dont la maire de Besancon et le maire EELV de Bordeaux Pierre Hurmic qui a dit mercredi avoir écrit au ministère des Affaire étrangères pour faire part de son engagement.

(AFP)

Plusieurs élus écologistes se sont dit prêts à accueillir des Afghans évacués de Kaboul, dont la maire de Besancon et le maire EELV de Bordeaux Pierre Hurmic qui a dit mercredi avoir écrit au ministère des Affaire étrangères pour faire part de son engagement.

« J’ai écrit à @francediplo en m’engageant à accueillir plusieurs familles afghanes nommément désignées. Notre ville, comme beaucoup d’autres, est mobilisée dans cet effort de solidarité internationale, qui doit être coordonné à l’échelle nationale et européenne », a souligné M. Hurmic sur Twitter. Cette prise de position intervient deux jours après l’allocution télévisée du président de la République Emmanuel Macron qui avait assuré que « notre devoir et notre dignité » était de « protéger celles et ceux qui sont les plus menacés » parmi les Afghans qui fuient leur pays en proie au chaos depuis la prise de pouvoir des talibans dimanche. Avant d’ajouter : mais « nous devons anticiper et nous protéger contre les flux migratoires irréguliers importants qui mettraient en danger ceux qui les empruntent et nourriraient les trafics de toute nature ». Des propos qui avaient suscité l’indignation de nombreuses figures de l’opposition à gauche et de plusieurs associations.

Besançon, Strasbourg, Tours, Lyon et Marseille prêt à accueillir les réfugiés

 Dès mardi, plusieurs maires EELV, dont Grégory Doucet (Lyon), Jeanne Barseghian (Strasbourg), Emmanuel Denis (Tours) et Anne Vignot (Besançon) avaient interpellé le chef de l’Etat sur Twitter, estimant qu’ils avaient dans leurs villes respectives « les capacités d’accueillir dignement » des réfugiés afghans. Le candidat à la primaire écolo et maire de Grenoble Eric Piolle et le maire socialiste de Marseille Benoît Payan se sont aussi dit prêts à ouvrir les portes de leurs villes à ceux cherchant de l’aide. « Nous sommes la patrie des droits de l’Homme. (…) La France a toujours su accueillir les réfugiés du monde entier », a fait valoir mercredi M. Piolle sur RFI, citant notamment l’accueil de réfugiés espagnols, chiliens et arméniens dans le passé.

Ceci vous intéressera aussi
Semi-conducteurs : « Le segment automobile devient secondaire »

Vincent Bertrand est enseignant-chercheur à l’université de Franche-Comté. Il analyse la crise des semi-conducteurs, qui agite l’industrie automobile. Il présente Lire l'article

Besançon : fin de l’enquête sur l’incendie criminel de la fourrière municipale

L'enquête sur l'incendie de la fourrière de Besançon, qui avait détruit en décembre 2019 près de 150 véhicules et un Lire l'article

Littérature : à Besançon, le festival « Livres dans la Boucle » converse avec Cécile Coulon

La 6e édition du festival "Livres dans la Boucle", l'un des premiers de la rentrée littéraire après celui de Nancy, Lire l'article

Affaire Narumi : le Chilien Nicolas Zepeda sera jugé en mars 2022
Affaire Péchier: sa caisse de prévoyance lui réclame le remboursement de 500.000 euros

Le Chilien Nicolas Zepeda, soupçonné d'avoir assassiné en 2016 à Besançon Narumi Kurosaki, une étudiante japonaise de 21 ans dont Lire l'article

Défilement vers le haut