« On veut montrer qu’on peut le faire » : l’autre victoire du concours Talents des Cités

Vendredi, 12 candidats étaient en lice pour le concours Talents des Cités, à Montbéliard, qui récompense des jeunes de quartiers prioritaires qui souhaitent monter leur entreprise ou qui ont déjà une entreprise de moins de trois ans. Ce fut un moment de rencontres, de rires, mais aussi de stress pour les candidats et leurs familles.

Vendredi, 12 candidats étaient en lice pour le concours Talents des Cités, à Montbéliard, qui récompense des jeunes de quartiers prioritaires qui souhaitent monter leur entreprise ou qui ont déjà une entreprise de moins de trois ans. Ce fut un moment de rencontres, de rires, mais aussi de stress pour les candidats et leurs familles.

Il y avait beaucoup d’émotions ce vendredi 25 juin à Montbéliard, au Jules-Verne, à l’occasion du concours Talents des Cités. Le concours a pour objectif de repérer, de récompenser et d’accompagner les réussites entrepreneuriales issues des quartiers prioritaires. Chaque année, il récompense des porteurs de projets et des créateurs d’entreprises issus ou ayant créé une activité dans les quartiers dits politique de la ville. À 17 h 30, les candidats étaient patiemment regroupés dans un couloir. L’attente est longue. Les jurys débattent depuis une heure déjà pour déterminer qui obtiendra un prix.

Deux types de prix étaient en jeu. La catégorie création s’adresse aux jeunes entrepreneurs avec une entreprise déjà immatriculée depuis moins de trois ans, qui souhaitent bénéficier d’une aide financière pour développer leur projet. La catégorie émergence s’adresse aux jeunes qui souhaitent se lancer dans l’entreprenariat et qui ont besoin d’un coup de main. En tout, ils étaient 12. 12 jeunes d’un quartier prioritaire de Belfort, Montbéliard, ou Héricourt qui souhaitent se lancer ou développer leur propre entreprise. Dans l’après-midi, tous sont passés devant un jury. 25 minutes pour présenter le projet et répondre à des questions. Les candidats sont unanimes, les jurys ont été « bienveillants, de bons conseils, permettant un vrai moment d’échanges », dixit David Norocos, participant au concours.

« On vise le sommet »

Sherazade est l’une des jeunes femmes participantes. Joviale, le sourire dans le regard, elle explique que ce projet est avant tout l’occasion de rencontrer des acteurs importants, d’être accompagnée et bien entourée : « On a été bien accompagné par Ahmed. Grâce à l’accompagnement qu’on a eu, on vise le sommet. » Ahmed Rahal (retrouvez ici son portrait), c’est le principal acteur de la BGE Franche-Comté et du dispositif Talents des Cités ; l’association accompagne la création d’entreprises. Il a aidé tous les participants présents dans la catégorie création à monter leur entreprise. Sherazade est également là pour montrer qu’il ne faut pas stigmatiser les jeunes des quartiers prioritaires, car évidemment, eux aussi ont des rêves. Le sien, c’est de créer son entreprise de décoratrice d’intérieur.

Plus loin, Karima a une société de restauration-traiteur à domicile, du nom de Cookzine. Elle participe au concours dans la catégorie création. L’une de ses meilleures amies, Dora, est là aussi. Elle participe au concours dans la catégorie émergence et est spécialisée dans la pâtisserie fine. Dans la même catégorie Salim réfléchit à un projet : le Burger Grill House. Tout est déjà pensé, jusqu’à la création de tablettes à dessin pour occuper les enfants en attendant le burger. D’autres, comme Karim, ont déjà une entreprise où ils emploient. Lancé en octobre 2019, il a créé sa propre boucherie. Aujourd’hui, il emploie 5 salariés et un apprenti à Héricourt. Dans un accueil des plus chaleureux, chacun raconte à sa manière à quel point son rêve a été conditionné par l’endroit où ils ont vécu. « On veut montrer qu’on peut le faire », témoigne Ryan, participant de la catégorie émergence.

« Les gens des quartiers m’ont aidé, m’ont fait de la pub »

18 h. C’est l’heure pour les jurys d’annoncer les grands gagnants. Il y a trois prix par catégorie, allant jusqu’à 900 euros pour la catégorie émergence et 1 800 euros pour la catégorie création. Les candidats ont été notés sur trois points : la création, la posture d’entrepreneur et l’ancrage dans le quartier. Alain Daumas, partenaire financier EDF du concours, rappelle aux jeunes : « Croyez en vos rêves. Vous êtes sur la bonne voie. C’est difficile d’oser, mais c’est encore plus difficile quand on n’ose pas. Sachez vous entourer de bons conseils », glisse-t-il, lançant un regard complice aux acteurs de la BGE.

Dans la catégorie Emergence, la première à être appelée est Khaoula. Jeune maman, elle a pour objectif de créer une entreprise de comptabilité, fiscalité, analyse et conseils financiers. Troisième prix, elle remporte 500 euros. Sa fille saute partout, porte le gros chèque en bois plus grand qu’elle, le sourire aux lèvres. Le lauréat de la catégorie, Mohamed, qui souhaite faire du consulting, pour entreprises est primé et récompensé d’une enveloppe de 900 euros. Sa maman, présente, est émue. « C’est ma première partenaire », s’exclame-t-il, ému lui aussi de finir premier du concours. Catégorie création, c’est Karim de la boucherie charcuterie La Rosace qui est lauréat. En employant 5 personnes, et en étant attaché à l’insertion professionnelle des jeunes des quartiers prioritaires il représente une forme de modèle. Il empoche 1 800 euros. Karima, de l’entreprise Cookzine est troisième. Elle est fière d’avoir pu faire passer un message : être une femme issue des quartiers prioritaires et réussir à s’aventurer dans l’entrepreneuriat. Venir d’un quartier prioritaire, elle en fait même un atout : « Cela m’a permis d’avoir du réseau. Les gens des quartiers m’ont aidé, m’ont fait de la pub », admet-elle.

Même si certains sont déçus, tous repartent avec des contacts et l’envie de revenir l’an prochain, avec un projet encore plus abouti. Dora, la meilleure amie de Karima n’a rien remporté mais elle est heureuse pour son amie : « Sa victoire, c’est la mienne, on se connaît depuis la maternelle. » De belles histoires à raconter, des parcours de vies atypiques qui donnent lieu à des rêves, des projets. Ici celui de monter son entreprise et de la pérenniser grâce aux aides que ce concours peut apporter, alors que l’Insee rappelle qu’une entreprise sur quatre ferme au bout de trois ans. Début juillet, les dossiers de l’ensemble des candidats seront réexaminés par une commission régionale, qui donnera son aval pour les pousser vers le niveau suivant : le niveau national, pour espérer remporter d’autres aides et devenir lauréat de Talents des Cités national.

Les lauréats

 Catégorie Emergence :

Lauréat 1er prix : Mohamed Grid, MG Consulting, courtier en assurance, 900 euros

Lauréat 2ème prix : David Norocos, Expression picturale, artiste peintre, 700 euros

Lauréat 3ème prix : Khaoula Tousni, Conseils financiers, 500 euros

Et les autres : Ryam Allem (vente sur les marchés), Sherazade Sadi (Vente d’objet de décoration) et Salim Chetif Charif (Burger grille House).

 

Catégorie Création :

Lauréat 1er prix : Karim El Asri, La Rosace, Boucherie charcuterie, 1 800 euros

Lauréat 2ème prix : Adil Koumaili, Bipbip’Com, installation de fibre optique, 1 500 euros

Lauréat 3ème prix : Karima Anajjar, Cookzine traiteur, 1 200 euros

Et les autres : Widiane Yalahoui, Dora Hannachi et Emilie Joliet.

Ceci vous intéressera aussi
Montbéliard relance le centre de vaccination de La Roselière
vaccination covid-19 Phare avril 2021 (TQ) 16

| © Illustration LeTrois - TQ La Ville de Montbéliard annonce que, « suite à l’allocution du président de la République, Lire l'article

Montbéliard : la danseuse Jeanne Morel de retour pour un court-métrage

La Ville de Montbéliard a fait appel à la danseuse et membre du conseil international de l’Unesco, Jeanne Morel, pour Lire l'article

Montbéliard : le centre de dépistage covid-19 déménage rue Velotte
Centre de dépistage covid-19 BioAllans, installés dans les anciens locaux de la chambre des métiers et de l'artisanat, à Danjoutin.

Nouceau centre de dépistage, à Montbéliard, rue Velotte. | ©Le Trois – archives Le centre de dépistage de la covid-19, installé par Lire l'article

Christophe Grudler : « Construire cette idée Belfort-Montbéliard et hydrogène »

C’est le message de Christophe Grudler. L’Union européenne soutient Belfort. Et les choix stratégiques autour de l’hydrogène auront des retombées Lire l'article

Défilement vers le haut