MobiJob lève les freins à la mobilité pour trouver un emploi

La maison de l’information sur la formation et l’emploi (Mife) de Belfort a reçu une médaille d’argent à un concours européen pour son dispositif MobiJob, une initiative permettant à des personnes en recherche d’emploi ou salariées de se rendre sur leur futur lieu de travail. Présentation.

Depuis son expérimentation, à l’automne 2017, plus de 500 personnes ont retrouvé le chemin de l’emploi. C’est dire le succès rencontré par le dispositif MobiJob et le besoin auquel il répond. « MobiJob est une solution très économique qui favorise le retour ou l’accès à l’emploi face aux problèmes de mobilité », informe la maison de l’information sur la formation et l’emploi (Mife) du Territoire de Belfort dans son dossier de presse. « MobiJob, c’est un déclic qui m’a permis d’évoluer, confirme Tounès, 37 ans. C’est le lien entre moi et l’emploi sinon je n’y aurais pas accès de la même façon. » Le dispositif s’adresse à tous les habitants du Territoire de Belfort, salariés, intérimaires ou sur le point d’être embauchés et qui recherchent un moyen de transport.

Gagnant-gagnant

La plateforme MobiJob s’articule autour de deux actions : « savoir bouger » et « pouvoir bouger ». La première permet notamment de dresser un diagnostic mobilité et de proposer des formations autour des connaissances du territoire ou des aides au permis de conduire et au code de la route par exemple. Ensuite, on enclenche la dynamique « pouvoir bouger ». On repère les besoins. Les contraintes. Les freins. On mettra en place du transport à la demande si besoin, on développera des réseaux de covoiturage si cela s’y prête dans l’entreprise où se dirige l’usager, on organisera des navettes ou on transportera les personnes en « leur permettant de réparer leurs véhicules en lien avec les garages solidaires », détaille la Mife. MobiJob propose donc des solutions ponctuelles ou durables.

Le dispositif est à la disposition des entreprises du nord Franche-Comté, ainsi que des agences d’intérim, qui peuvent ainsi contourner le problème de mobilité d’une partie des postulants et disposer de plus de main-d’œuvre pour répondre aux besoins d’emplois. Les bénéficiaires, quant à eux, peuvent être orientés par les partenaires de l’emploi, de la formation et de l’insertion (Pôle emploi, mission locale…). « C’est un système gagnant-gagnant aux nombreuses vertus », estime la Mife. Économiquement, cela permet un retour à l’emploi, donc une baisse des allocations de retour à l’emploi (ARE) ou du revenu de solidarité active (RSA). Écologiquement, le système, peu onéreux, favorise également une prise de conscience collective. 

Les chiffres de Mobijob en 2018 (jusqu’au 7 novembre)

  • 298 personnes inscrites sur la plateforme
  • 343 trajets mis en place 

  • 183 personnes qui ont pu bénéficier de voyages (toutes solutions mobilité confondues) 

  • 64 personnes ont bénéficié du covoiturage 

  • 26 personnes qui ont accepté d’être identifiées comme « chauffeur » pour amener leurs
collègues avec eux 

0
Le nombre de personnes accueillies chaque année par la Mife

Mais l’impact de MobiJob semble surtout social. Ce dispositif permet à des gens de se réinsérer et de créer des liens. « Maintenant, je gagne ma vie et je peux faire des cadeaux à mon fils qui est fier de moi. Il me voit partir au travail. C’est valorisant pour lui et pour moi et c’est très important », confie René, 54 ans, qui utilise le dispositif depuis 16 mois. Auparavant, il avait été cinq ans au chômage. Il a d’abord utilisé une navette. Dorénavant, il utilise le covoiturage.

« Trouver un moyen de transport pour aller travailler m’a enlevé une grosse épine du pied, poursuit-il, avant d’apprécier : Si je travaille pour une autre société, que je change de tournée, il y a toujours une alternative. » Mustapha, 32 ans, a décroché, de son côté, un emploi en intérim grâce au dispositif. Il s’est acheté une voiture et est devenu co-voitureur. Preuve de la réussite sociale de ce programme : 20 % des covoiturés deviennent ensuite des chauffeurs !

Une reconnaissance à l’échelle européenne

Plus de 250 participants. Et, au bout, une médaille d’argent pour son dispositif Mobijob. La maison de l’information sur l’information et l’emploi (Mife) du Territoire de Belfort a été récompensée à l’occasion des trophées des Initiatives FSE, un concours de projets porté par le Fonds social européen (FSE). Avec cette distinction, son dispositif acquiert une reconnaissance nationale et européenne. Cette structure, créée en 2000 par le Département et la Ville de Belfort, participe « à l’amélioration de la politique d’insertion », contribue « à la valorisation de l’apprentissage et de la formation professionnelle » et soutient « le développement de l’emploi ».

  • Mife du Territoire de Belfort, place de d’Europe 0 Belfort. Tél. : 03 84 90 40 00 – www.mife90.org

La Mife à Belfort (©Mife90)