MBF: décision mercredi sur la demande de suspension de liquidation

Les salariés jurassiens de MBF interpellent la direction de Stellantis à Sochaux.

La CGT veut mener à bien un projet de Scoop et craint de perdre les compétences en cas de liquidation.

(AFP)

La CGT veut mener à bien un projet de Scoop et craint de perdre les compétences en cas de liquidation.

La cour d’appel de Dijon se prononcera demain, mercredi 7 juillet, sur la demande de suspension de la liquidation prononcée le 22 juin contre la fonderie automobile MBF Aluminium, qui emploie 270 personnes. Le jugement a été mis en délibéré à mercredi « à partir de 16h », a indiqué Lucette Broutechoux, première présidente de la cour d’appel, ce mardi à la fin d’une énième audience judiciaire concernant ce dossier sensible.
MBF, basée à Saint-Claude (Jura), avait été déclarée en liquidation judiciaire le 22 juin, suite à l’absence de repreneur. Le Comité social et économique (CSE) de l’entreprise a déposé un recours contre cette décision, mais la Cour d’appel de Dijon ne se prononcera pas avant le 14 octobre, poussant les salariés à demander, d’ici là, une suspension de la liquidation.
« Si nous sommes liquidés, les salariés vont être licenciés et ils vont partir. On craint alors une perte de notre savoir-faire », a expliqué à l’AFP Nail Yalcin, délégué CGT et membre du CSE.
Or, le syndicaliste compte toujours mener à terme un projet de Scop (Société coopérative et participative), avec les salariés, afin de « donner une seconde vie » à la fonderie. « On peut être opérationnel dès la rentrée », a-t-il assuré, reconnaissant cependant qu’il « manquait » encore « la volonté de l’État et des constructeurs » Renault et Stellantis (ex-PSA), qui ont retiré leurs commandes de carters moteurs à MBF.
La présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, Marie-Guite Dufay, a de son côté réitéré, dans une lettre à la cour, son « engagement intact » à accorder une subvention de 1,8 million d’euros à MBF pour soutenir un projet de reprise.

Sans licenciements, pas d'indemnités

La suspension de la liquidation semble cependant très improbable : elle empêche en effet les licenciements, qui doivent intervenir dès le 10 juillet, et donc le paiement du chômage et des indemnités aux salariés, et contraint de ce fait l’entreprise à payer les salaires. Or « nous ne pouvons que constater qu’il n’y pas d’argent », a reconnu en audience l’avocat du CSE, Georges Meyer.
« Les salaires de mai et juin ont été financés avec le chômage partiel. Il n’y a pas de trésorerie », a renchéri le liquidateur judiciaire, Thibaud Poinsard, soulignant que, depuis la procédure de redressement, le 4 novembre, l’entreprise avait encore accumulé 3,3 millions d’euros de dettes
supplémentaires. « C’est la débandade », a-t-il conclu. « L’État a payé les derniers salaires. Qu’il continue à le faire », a répondu Nail Yalcin.
Cette procédure à Dijon est indépendante de l’enquête ouverte par le parquet de Lons-le-Saunier pour « abus de biens sociaux », en raison notamment « de mouvements de fonds suspects ».

Ceci vous intéressera aussi
Jura: plus de 400 hectares de forêts et de broussailles brûlés, un incendie spectaculaire en cours

Deux incendies de forêt ont ravagé plus de 400 hectares dans le sud du Jura depuis mardi, la propagation de Lire l'article

La France publie un plan pour protéger les 150 lynx de son territoire

Le premier plan national pour protéger le lynx boréal, disparu en France au début du XXe siècle avant d'être réintroduit, Lire l'article

Deux jeunes lynx mâles relâchés dans le massif du Jura

Deux lynx boréals orphelins, recueillis l'automne dernier par le Centre Athénas, ont été relâchés dans le massif du Jura dans Lire l'article

Des pompiers comtois en renfort dans le Sud pour lutter contre les feux de forêts
Des pompiers du Doubs et de Belfort en renfort dans le sud de la France

Dans le cadre d’un dispositif national de renfort contre les feux de forêts, coordonné par le ministère de l’Intérieur, des Lire l'article

Défilement vers le haut