Marie-Guite Dufay, du vote Macron au « rassemblement à gauche »

Marie-Guite Dufay, présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, le 22 juin 2019 à Belfort pour la manifestation de soutien aux salariés de General Electric.

Arrivée à la présidence de la Région après le décès de Raymond Forni en 2008, la présidente sortante de la région Bourgogne-Franche-Comté s’est imposée peu à peu et vient de remporter largement les élections régionales.

(AFP)

Arrivée à la présidence de la Région après le décès de Raymond Forni en 2008, la présidente sortante de la région Bourgogne-Franche-Comté s’est imposée peu à peu et vient de remporter largement les élections régionales.

Marie-Guite Dufay, réélue présidente socialiste de Bourgogne-Franche-Comté, avait voté Emmanuel Macron dès le premier tour de la présidentielle de 2017 avant de refuser, pour ces régionales, toute alliance avec la liste LREM, préférant un « rassemblement à gauche ».
Née à Paris le 21 mai 1949, l’Auvergnate suit son mari, avocat, en 1971 en Franche-Comté. Elle devient fonctionnaire de la préfecture du Doubs avant de rejoindre le service associatif des droits des femmes, puis de diriger un pôle régional de l’Agence nationale pour l’emploi.
Elle fait ses premiers pas en politique en 1989 en tant que conseillère municipale non encartée de Besançon, puis adhère au PS en 1993 et devient adjointe, en 2001, à la mairie socialiste. Aux régionales de 2004, elle est sur la liste socialiste de Raymond Forni et, à sa victoire, devient première vice-présidente de ce qui n’était encore que la région de Franche-Comté.
A la mort de Raymond Forni, le 5 janvier 2008, plusieurs candidats sont pressentis, mais Marie-Guite Dufay apparaît comme le plus petit dénominateur commun et beaucoup espèrent qu’elle ne sera là que pour deux ans. Ce n’est pas le cas: elle est élue aux régionales de 2010.

Macron plutôt que Hamon

Elle est reconduite en 2015, cette fois à la tête de la région fusionnée de Bourgogne-Franche-Comté, mais plus difficilement. Au premier tour, elle n’est en effet que troisième, derrière la droite et le FN, qui arrive en tête. Malgré tout, Mme Dufay refuse de se retirer, suscitant de nombreuses critiques. Finalement, elle l’emporte au second tour, mais de seulement deux points devant l’extrême droite.
Au premier tour de la présidentielle de 2017, elle préfère Emmanuel Macron plutôt que Benoît Hamon. La présidente de la Région expliquera cependant plus tard qu’elle reste « une femme de gauche » et que, si elle reconnaît à Emmanuel Macron d’avoir mis des moyens « exceptionnels et intelligents » dans la formation professionnelle, l’un des domaines de compétence du conseil régional, elle martèle que ses convictions sociales, économiques et écologiques restent « à gauche ».
Elle refuse ainsi d’être ministre dans le gouvernement Castex et, au premier tour des régionales de 2021, où elle est cette fois en tête devant le RN, elle refuse la main tendue par la liste LREM, préférant une alliance avec les communistes et EELV.
« C’est la gauche qui a été à la manœuvre en 2015. Depuis, elle a mis en place des politiques de gauche dans la région et elle a respecté tous ses engagements, au moment où les Français ne croient plus à la politique, c’est important », estime la septuagénaire énergique, mère de trois enfants, qui a vu son bilan et sa notoriété se renforcer au fil des mandats.
Marie-Guite Dufay était très proche de l’ancienne secrétaire d’Etat aux personnes âgées, la socialiste Paulette Guinchard, décédée à 71 ans par suicide assisté en Suisse, en mars.

Ceci vous intéressera aussi
R.N. 19 : les travaux débuteront en 2023 pour le tronçon Héricourt-Sevenans

L’État clôt ce dimanche 31juillet une période de concertation sur le projet d’aménagement en 2 x 2 voies de la R.N. 19 entre Lire l'article

Didier Vallverdu : « J’ai toujours fait preuve d’une loyauté absolue »

Puni par le parti Les Républicains à la suite de sa candidature dissidente, Didier Vallverdu répond aux reproches formulées par Lire l'article

Le pôle métropolitain met en garde sur les risques du « zéro artificialisation nette »

Damien Meslot, président du pôle métropolitain Nord-Franche-Comté et président Les Républicains du Grand Belfort, a écrit un courrier à Éric Lire l'article

Aéroparc : 57,7 millions d’euros ont été investis dans l’aménagement de la zone d’activités

La zone d’activités de l’Aéroparc, à Fontaine, est quasiment pleine. Sur les 144 ha de la zone, une vingtaine d’entreprises est Lire l'article

Défilement vers le haut