Macron précisera jeudi son plan de relance du nucléaire

« On est à l’heure des décisions. » Emmanuel Macron précisera jeudi son plan très attendu de relance du nucléaire en France, pour lequel l’État prendra sa part du financement, a indiqué l’Elysée.

(AFP)

« On est à l’heure des décisions. » Emmanuel Macron précisera jeudi son plan très attendu de relance du nucléaire en France, pour lequel l’État prendra sa part du financement, a indiqué l’Elysée.

Le président de la République est attendu jeudi à Belfort pour un déplacement consacré à la stratégie énergétique, sur le site de fabrication des turbines équipant les centrales nucléaires françaises, propriété depuis 2015 de l’américain GE Steam Power System. Cette visite coïncide avec le rachat imminent par EDF, auprès du conglomérat américain, des activités de l’ex-Alstom dans les turbines nucléaires. La vente controversée à GE avait été scellée lorsqu’Emmanuel Macron était ministre de l’Économie.

« C’est un déplacement du président, c’est sa responsabilité d’agir jusqu’au bout », a souligné mercredi l’Élysée pour justifier du calendrier du déplacement à Belfort. Emmanuel Macron, qui n’a pas encore officialisé sa candidature pour un second mandat, doit notamment évoquer la « relance du nucléaire français », un thème très présent dans la campagne électorale. Il avait dès novembre annoncé son intention de construire de nouveaux réacteurs nucléaires. « Les ambitions seront précisées », indique l’Élysée. « C’est écologique, ça permet de produire de l’électricité sans carbone, ça participe à notre indépendance énergétique et ça produit une électricité qui est très compétitive », a-t-on fait valoir.

EDF a déjà remis à l’État une proposition pour construire six réacteurs EPR2 (version améliorée de l’EPR) pour une cinquantaine de milliards d’euros. Le groupe propose de les construire par paires sur trois sites : d’abord à Penly (Seine-Maritime), près de Dieppe, puis à Gravelines (Nord) et enfin à Bugey (Ain) ou bien Tricastin (Drôme). « L’Etat contribuera et jouera son rôle » dans le financement, a aussi annoncé l’Elysée. « Plusieurs audits externes ont été faits par le gouvernement pour attester de la solidité du chiffrage par EDF et ces éléments seront rendus publics dans les jours qui suivent le discours du président », a précisé la même source.

Emmanuel Macron doit aussi s’exprimer sur les énergies renouvelables, dont le développement a pris du retard. « La consommation d’électricité augmente tout de suite, construire un nouveau réacteur nucléaire ce n’est pas avant 15 ans, donc les énergies renouvelables on en a besoin tout de suite », a-t-on souligné. Les économies d’énergie sont aussi au programme : « Il y a un chemin dans lequel on arrive à réduire nos consommations sans perdre en qualité de vie ou pouvoir d’achat. »

Ceci vous intéressera aussi
EDF : les députés approuvent les crédits de la renationalisation

En réclamant un débat plus large sur l'avenir énergétique du pays, l'Assemblée nationale a soutenu mardi le financement par l'État Lire l'article

Réorganisation en vue à EDF, confronté à de lourds défis

Renationalisation à 100% et changement de patron: l'Etat s'apprête à réorganiser EDF, confronté à de lourds défis industriels et financiers. Lire l'article

Alstom : un juge d’instruction enquête après une plainte pour corruption d’Anticor
La direction de General Electric répond à la mise en demeure des syndicats CFE-CGC et Sud Industrie.

Une information judiciaire pour corruption d'agent public étranger et recel visant Alstom a été ouverte le 23 mars après la Lire l'article

14-Juillet : Peugeot et la longue histoire des voitures présidentielles

Peugeot fait partie des fournisseurs de l’Élysée, pour les véhicules présidentiels, dès 1921. Certains véhicules sont des icônes, comme la Lire l'article

Défilement vers le haut