L’Etat annonce avoir franchi le seuil de 90% d’EDF, crucial pour la renationalisation

L'Etat a annoncé vendredi, par la voix du ministère de l’Économie, avoir franchi le seuil de 90% du capital d'EDF, étape cruciale pour la renationalisation du groupe, qui a signé en novembre dernier un protocole de rachat de GE Steam Power.
EDF et GE ont signé fin 2022 un protocole pour le rachat de GE par EDF, qui vient de faire un pas important vers sa renationalisation.| © (archives Le Trois - T.Q.)

(AFP)

L'Etat a annoncé vendredi, par la voix du ministère de l’Économie, avoir franchi le seuil de 90% du capital d'EDF, étape cruciale pour la renationalisation du groupe, qui a signé en novembre dernier un protocole de rachat de GE Steam Power.

« L’Etat a franchi le 19 janvier 2023 le seuil de 90% du capital et des droits de vote théoriques de la société EDF », indique un communiqué du ministère de l’Économie, relevant que l’État pourra donc dans un second temps « procéder à la mise en œuvre du retrait obligatoire » des actions EDF de la Bourse de Paris. Sur le plan boursier, il s’agit d’un cap décisif franchi par l’État dans le cadre de son offre publique d’achat (OPA), dont la date butoir avait été repoussée sine die en raison d’un recours en justice des actionnaires minoritaires
A l’issue de l’OPA, deux conditions doivent être remplies pour permettre à l’État d’engager un retrait obligatoire des actions EDF de la Bourse, c’est-à-dire forcer les actionnaires minoritaires restants de vendre: ceux-ci ne doivent pas représenter plus de 10% du capital et des droits de vote. Pour autant, la renationalisation, décidée l’été dernier quand l’État détenait 84% du capital, n’est pas encore bouclée.
L’offre de rachat, ouverte le 24 novembre, devait initialement se conclure le 22 décembre. Mais l’AMF a décidé le 7 décembre de repousser sine die ce délai « dans l’attente de la décision de la cour d’appel de Paris sur la demande de sursis » déposée par un groupe d’actionnaires minoritaires mécontents du prix proposé. L’audience pour examiner ce sursis est prévue le 25 janvier. Une autre audience est ensuite prévue au fond, le 23 mars, à la chambre de la régulation économique et financière de la Cour d’appel.
L’opération, chiffrée à 9,7 milliards d’euros, est stratégique pour l’État , qui veut construire six réacteurs nucléaires de nouvelle génération EPR, avec une option pour huit autres.

EDF et General Electric ont signé le vendredi 4 novembre 2022 « un accord définitif pour l’acquisition par EDF des activités de GE Steam Power portant sur l’îlot conventionnel » des futures centrales nucléaires, françaises en particulier, dont les turbines constituent l’élément principal, annonçait alors EDF.

Ceci vous intéressera aussi
Mandeure : Mutares finalise l’acquisition de Peugeot Motocycles

La société allemande Mutares vient de finaliser son acquisition de Peugeot Motocycles, rachetée à l’Indien Mahindra. Elle prend le contrôle Lire l’article

Alstom : la tension monte à Belfort à la suite des négociations salariales

Les propositions de la direction nationale d’Alstom dans le cadre des négociations salariales passent mal auprès des salariés du constructeur Lire l’article

Gen-hy s’associe à Eiffage Énergie systèmes pour son usine d’électrolyseurs

Gen-hy et Eiffage Énergie systèmes s’associent et créent la société Gen-hy Cube, qui va porter l’usine de fabrication d’électrolyseurs créés Lire l’article

La Peugeot 205, reine des ventes de voitures anciennes en 2022

La Peugeot 205 a été la voiture ancienne (de plus de 30 ans) la plus vendue en France en 2022, Lire l’article

Défilement vers le haut

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Scannez avec votre smartphone

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Aller au contenu principal