Le Territoire de Belfort, l’un des départements où l’UDI soutient LR malgré tout

Après l’élection de Laurent Wauquiez à la tête de LR, l’UDI avait annoncé qu’il ne soutiendrait plus ses candidats. Le Territoire fait exception et le président de l’UDI parle aujourd’hui de « cas par cas. »

L’UDI soutiendra les candidats LR lors de législatives partielles dans le Territoire-de-Belfort et le Val-d’Oise, a-t-on appris mardi du parti centriste, alors que le Jean-Christophe Lagarde avait annoncé le mois dernier la fin des alliances avec le parti de Laurent Wauquiez. « Notre position va se faire au cas par cas« , s’est justifié l’entourage du président de l’UDI, selon qui « cela dépend des territoires« .

« Pour les trois autres législatives partielles à venir, notre position vis-à-vis des candidats LR ne sera peut-être pas la même », a-t-on ajouté. Dans la première circonscription du Territoire-de-Belfort, l’élection de Ian Boucard a été annulée par le Conseil constitutionnel. Le candidat LR avait « fait réaliser et distribuer, les derniers jours de la campagne électorale officielle, deux tracts dont la présentation matérielle les faisait faussement apparaître comme émanant de La France insoumise et du Front national », avaient épinglé les Sages. Le prétendant malheureux est à nouveau candidat lors d’une partielle prévue les 28 janvier et 4 février. Il est soutenu par le député UDI de la circonscription voisine du nord Territoire de belfort, Michel Zumkeller, qui n’avait d’ailleurs pas eu de candidat LR contre lui lors des législatives de juin, et selon qui le député déchu a « accompli un important travail de parlementaire et incarne par ses compétences et son engagement, l’avenir ».

Aux mêmes dates doit se tenir une autre partielle, dans la cinquième circonscription du Val-d’Oise, où l’élection de la députée LREM Isabelle Muller-Quoy a été annulée en raison de l’inéligibilité de son suppléant. Son adversaire LR malheureux de juin, Antoine Savignat, est à nouveau candidat, et a choisi pour suppléante une élue UDI de la circonscription, Nathalie Groux.
Le 8 décembre, deux jours avant l’élection de Laurent Wauquiez à la tête de LR, le président de l’UDI Jean-Christophe Lagarde avait indiqué qu’il n’y aurait « plus d’alliance avec Les Républicains en tant que parti ». Le leader centriste avait toutefois précisé qu’il pourrait travailler « avec des personnalités qui partagent nos valeurs », citant à l’époque Christian Estrosi, Dominique Bussereau, Valérie Pécresse ou Xavier Bertrand. « L’orientation prise depuis des années par Les Républicains et particulièrement par Laurent Wauquiez rend incompatibles nos valeurs et nos objectifs politiques », avait-il encore répété dix jours plus tard.

(AFP)

Ceci vous intéressera aussi
Comment le Grand Belfort met la main sur la Sodeb
La société d'équipement du Territoire de Belfort est installée à la JonXion.

En cas de vote favorable du rapport, ce jeudi soir au conseil communautaire, le Grand Belfort sera le premier actionnaire, Lire l'article

General Electric : une motion pas comme les autres [édito]
Le conseil départemental du Territoire de Belfort a adoptée une motion pour envisager l'après GE.

La motion a été adoptée à l'unanimité ce mercredi après-midi. | ©CD 90 C’est l’histoire d’une motion pas comme les Lire l'article

Belfort : de nouveaux panneaux touristiques sur l’A36
Des panneaux touristiques sur le bord de l'A36, dans le Territoire de Belfort.

Le conseil départemental du Territoire de Belfort signe une convention avec APRR, concessionnaire de l’autoroute A36. Elle vise à renouveler Lire l'article

Belfort : le conseil départemental « perd son autonomie financière »
Le conseil départemental « perd son autonomie financière »

Le conseil départemental du Territoire de Belfort a soumis au vote, ce mercredi, ses orientations budgétaires pour 2021. Un budget Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut