Le président d’un refuge agressé après la mutilation de ses animaux

La gendarmerie diffuse ces recommandations à l'intention des propriétaires de chevaux.

Dans la nuit de lundi à mardi, le président du Ranch de l’espoir, un refuge situé dans l’Yonne a été réveillé par les cris d’animaux. Il a surpris deux individus. L’un deux l’a blessé au bras d’un coup de serpette.

(AFP)

Dans la nuit de lundi à mardi, le président du Ranch de l’espoir, un refuge situé dans l’Yonne a été réveillé par les cris d’animaux. Il a surpris deux individus. L’un deux l’a blessé au bras d’un coup de serpette.

Une enquête a été ouverte après l’agression du président d’un refuge par des individus qui venaient de mutiler un de ses chevaux et deux poneys dans l’Yonne, a indiqué mercredi le parquet, tandis que ce type d’attaques se multiplient en France. Le portrait-robot d’un des deux agresseurs, âgés entre 40 et 50 ans, devait être diffusé ce mercredi à la presse et « d’importants moyens de gendarmerie » ont été mobilisés, a indiqué à l’AFP le procureur de la République d’Auxerre, Hugues de Phily.
Vers minuit, dans la nuit de lundi à mardi, Nicolas Demajean, président du Ranch de l’espoir, un refuge situé à Villefranche-Saint-Phal (Yonne), a été réveillé par des cris d’animaux avant de remarquer la présence de deux intrus dont il s’est rapidement rapproché, a-t-il raconté à l’AFP.
L’un d’eux lui a alors entaillé l’avant-bras gauche avec une serpette, avant que les agresseurs prennent la fuite. « J’ai pu établir un portrait-robot », a ajouté le président, qui assure avoir vu son agresseur « à 100% ».
Deux poneys ont été lacérés à l’arme blanche, l’un sur 50 cm, l’autre sur 25 cm, ainsi qu’un cheval de selle, avec une balafre de 20 cm, a précisé M. Demajean, qui a dû être hospitalisé, victime d’une incapacité totale de travail de quatre jours. « Il n’y a pas de mots. C’est de la barbarie, de la cruauté. Et un acte gratuit, car ces animaux ne peuvent se défendre », a-t-il déclaré, encore très choqué.
L’affaire fait écho à l’étrange série de morts violentes de chevaux mutilés dans plusieurs départements du territoire ces derniers mois, mais pour l’heure le parquet ne dispose « d’aucun élément permettant de faire le lien » avec les cas survenus ces dernières semaines, a déclaré le procureur.
L’enquête a été confiée à la brigade de recherches d’Auxerre.

Ceci vous intéressera aussi
Les 5 infos à retenir du budget 2023 de Pays de Montbéliard Agglomération

Les orientations budgétaires de Pays de Montbéliard Agglomération (PMA) ont été présentées en conseil communautaire, jeudi 2 février. Recettes réduites Lire l’article

Bourogne : une étude pour créer un nouveau réseau de chaleur avec les déchets du Sertrid

Le Grand Belfort projette de récupérer la chaleur fatale de l’usine d’incinération de Bourogne. Une étude va être menée pendant Lire l’article

Le Parlement accélère le développement des énergies renouvelables

Bravant le tumulte politique de la réforme des retraites, le Parlement a définitivement adopté mardi, par un ultime vote du Lire l’article

Des manifestants moins nombreux, mais toujours bien visibles [photos]

Même si le nombre de manifestants a baissé ce mardi, la mobilisation se maintient en France et dans le nord Lire l’article

Défilement vers le haut

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Scannez avec votre smartphone

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Aller au contenu principal