Le moustique-tigre sous surveillance en Bourgogne-Franche-Comté

Le moustique-tigre sous surveillance en Bourgogne-Franche-Comté

La Bourgogne-Franche-Comté n’échappe pas à l’expansion du moustique-tigre désormais présent dans trois départements de la région : en Saône-et-Loire, en Côte-d’Or et dans la Nièvre.

La Bourgogne-Franche-Comté n’échappe pas à l’expansion du moustique-tigre désormais présent dans trois départements de la région : en Saône-et-Loire, en Côte-d’Or et dans la Nièvre.

Aedes albopictus, dit moustique-tigre, est installé depuis de nombreuses années dans les territoires ultra-marins, notamment dans l’océan Indien. Il est responsable d’une épidémie de dengue à La Réunion pour la 3e année consécutive. Depuis 2004, il est présent en métropole et se développe « de manière significative », note l’agence régionale de santé (ARS) Bourgogne-Franche-Comté, dans un communiqué de presse. Il est présent dans 58 départements, dont la Saône-et-Loire, la Nièvre et la Côte-d’Or.

« La capacité́ du moustique-tigre à être vecteur du chikungunya, de la dengue ou du virus ziba, en fait une cible de surveillance prioritaire pour les autorités sanitaires et leurs partenaires durant sa période d’activité́ en métropole, du 1er mai au 30 novembre », indique l’ARS. L’objectif de la surveillance est double : ralentir sa progression d’implantation ; et limiter le risque d’importation et de circulation des virus dont il peut être le vecteur en métropole.

Éviter son implantation

L’ARS rappelle toutefois que tous les insectes « ne sont pas des moustiques-tigres ». Le moustique-tigre mesure moins d’1 cm d’envergure. Il est « noir avec des taches blanches sur le corps et les pattes, il a une ligne blanche sur le thorax et un appareil piqueur ».

L’ARS insiste que l’enjeu est d’éviter son implantation. « Avant de voler et de piquer, les moustiques se développent dans l’eau, sous forme de larves », indique l’ARS. Il faut donc supprimer les petits réservoirs d’eau stagnantes :

  • Vider (une fois par semaine) coupelles et soucoupes sous les pots de fleurs, gamelles des animaux, replis des bâches, seaux, pieds de parasol…
  • Couvrir les récupérateurs d’eau
  • Ranger (à l’abri de la pluie) les jouets, brouettes, seaux, arrosoirs
  • Entretenir les gouttières, rigoles et chenaux
  • Jeter déchets et pneus usagés
  • Créer un équilibre dans les bassins d’agréments : les poissons mangent les larves de moustique
Ceci vous intéressera aussi
« J’veux du local », des plateformes de consommation locale
J'veux du local est un réseau de plateformes pour consommer local.

J'veux du local est un réseau de plateformes pour consommer local. | ©Capture d'écran. Le 30 juin, le conseil régional Lire l'article

Recul de l’emploi et de l’intérim au premier trimestre
Au premier semestre 2020, on observe un recul de l'emploi et particulièrement de l'intérim en Bourgogne-Franche-Comté.

Même si les données s’arrêtent au 31 mars, les chiffres de l’emploi du premier trimestre témoignent déjà d’un recul de Lire l'article

Covid-19 : des indicateurs sur la mauvaise pente en Bourgogne-Franche-Comté
Les indicateurs de l'épidémie de covid-19 sont mal orientés dans la région Bourgogne-Franche-Comté.

Plusieurs indicateurs du suivi de l’épidémie du covid-19 sont mal orientés en Bourgogne-Franche-Comté, comme dans le reste du pays. La Lire l'article

Covid-19 : le rebond épidémique se poursuit en Bourgogne-Franche-Comté
Selon l’agence régionale de santé, le rebond épidémique de la covid-19 se poursuit en Bourgogne-Franche-Comté, pour la troisième semaine consécutive.

plus de 18000 tests ont été effectués cette semaine en Bourgogne-Franche-Comté | ©CD 25 – Facebook Selon l’agence régionale de santé, le Lire l'article

La Bourgogne-Franche-Comté a besoin de dons de sang
L'établissement français du sang a besoin de dons en ce mois d'août.

La Maison du don, à Belfort.| © Archives LE Trois P.-Y.R.) L'EFS (Établissement Français du Sang) doit faire face à Lire l'article

Défilement vers le haut