Le moustique-tigre sous surveillance en Bourgogne-Franche-Comté

Le moustique-tigre sous surveillance en Bourgogne-Franche-Comté

La Bourgogne-Franche-Comté n’échappe pas à l’expansion du moustique-tigre désormais présent dans trois départements de la région : en Saône-et-Loire, en Côte-d’Or et dans la Nièvre.

La Bourgogne-Franche-Comté n’échappe pas à l’expansion du moustique-tigre désormais présent dans trois départements de la région : en Saône-et-Loire, en Côte-d’Or et dans la Nièvre.

Aedes albopictus, dit moustique-tigre, est installé depuis de nombreuses années dans les territoires ultra-marins, notamment dans l’océan Indien. Il est responsable d’une épidémie de dengue à La Réunion pour la 3e année consécutive. Depuis 2004, il est présent en métropole et se développe « de manière significative », note l’agence régionale de santé (ARS) Bourgogne-Franche-Comté, dans un communiqué de presse. Il est présent dans 58 départements, dont la Saône-et-Loire, la Nièvre et la Côte-d’Or.

« La capacité́ du moustique-tigre à être vecteur du chikungunya, de la dengue ou du virus ziba, en fait une cible de surveillance prioritaire pour les autorités sanitaires et leurs partenaires durant sa période d’activité́ en métropole, du 1er mai au 30 novembre », indique l’ARS. L’objectif de la surveillance est double : ralentir sa progression d’implantation ; et limiter le risque d’importation et de circulation des virus dont il peut être le vecteur en métropole.

Éviter son implantation

L’ARS rappelle toutefois que tous les insectes « ne sont pas des moustiques-tigres ». Le moustique-tigre mesure moins d’1 cm d’envergure. Il est « noir avec des taches blanches sur le corps et les pattes, il a une ligne blanche sur le thorax et un appareil piqueur ».

L’ARS insiste que l’enjeu est d’éviter son implantation. « Avant de voler et de piquer, les moustiques se développent dans l’eau, sous forme de larves », indique l’ARS. Il faut donc supprimer les petits réservoirs d’eau stagnantes :

  • Vider (une fois par semaine) coupelles et soucoupes sous les pots de fleurs, gamelles des animaux, replis des bâches, seaux, pieds de parasol…
  • Couvrir les récupérateurs d’eau
  • Ranger (à l’abri de la pluie) les jouets, brouettes, seaux, arrosoirs
  • Entretenir les gouttières, rigoles et chenaux
  • Jeter déchets et pneus usagés
  • Créer un équilibre dans les bassins d’agréments : les poissons mangent les larves de moustique
Ceci vous intéressera aussi
338 armes récupérées dans le Territoire de Belfort

L’opération d’abandon d’armes à l’État a été fructueuse dans le Territoire de Belfort. Plus de 300 armes et près de Lire l’article

En 1906, à Belfort, la « résurrection » d’un mort fait le tour du monde !

En ce mois de janvier 1906, des médias du monde entier évoquent une affaire extraordinaire survenue au tribunal de Belfort. Lire l’article

« On n’imagine pas qu’on a autant de soudage autour de nous »

Selectarc, à Grandvillars, a accueilli, mercredi, une phase de sélection du championnat de France de soudure, organisé au mois de Lire l’article

Stellantis : « la déception » des syndicats après d’âpres négociations

Les négociations annuelles obligatoires (NAO) se sont terminées au cœur de la nuit de jeudi à vendredi. La dernière proposition Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal