La tête de liste RN à Belfort radiée des listes électorales

La tête de liste RN pour les municipales à Belfort Marie-Laure Duchanoy a dénoncé lundi auprès de l’AFP des « méthodes fascisantes » après avoir été radiée dimanche des listes électorales au motif qu’elle n’y réside pas.

(AFP)

La tête de liste RN pour les municipales à Belfort Marie-Laure Duchanoy a dénoncé lundi auprès de l’AFP des « méthodes fascisantes » après avoir été radiée dimanche des listes électorales au motif qu’elle n’y réside pas.

« Marie-Laure Duchanoy est venue s’inscrire sur les listes électorales le 31 décembre 2019, nos services lui ont envoyé un courrier d’inscription et il leur est revenu avec la mention « N’habite pas à l’adresse indiquée » », a expliqué à l’AFP le maire de Belfort Damien Meslot (LR), confirmant une information de l’Est Républicain.

« Elle n’habite pas Belfort mais Taillecourt, dans le Doubs », a-t-il précisé, tout en soulignant qu’il ne faisait pas partie de la commission électorale qui l’a radiée. Marie-Laure Duchanoy n’a fourni qu’un bail manuscrit datant du 1er décembre pour un logement à Belfort, de telle sorte qu’elle ne remplissait de toute façon pas les conditions d’installation depuis au moins six mois exigées pour l’inscription sur les listes électorales, a encore indiqué Damien Meslot.

La candidate RN a confirmé sa radiation mais dénoncé des « méthodes fascisantes ». Elle explique ne pas avoir fait figurer son nom sur sa boîte aux lettres à Belfort « pour des raisons de sécurité évidentes ».

Une liste complète ?

Cette radiation n’empêche théoriquement pas Marie-Laure Duchanoy d’être candidate, car les critères pour être inscrit sur les listes électorales et pour être éligible ne sont pas les mêmes. Un candidat peut se présenter dans une commune sans y être inscrit sur les listes électorale s’il y est contribuable.

La préfecture du Territoire de Belfort a indiqué lundi ne pas savoir si Marie-Laure Duchanoy répondait à ces « conditions d’attache », car elle n’a pas encore reçu sa liste et les documents justificatifs l’accompagnant. La candidate n’est de toute façon pas sûre de pouvoir constituer une liste avant la date limite de dépôt, le 27 février.

Elle a souligné lundi qu’il lui manquait encore des noms pour pouvoir boucler sa liste, jugeant la situation « très difficile, très tendue ». « Si la liste ne se monte pas, l’électorat du RN aurait pu être pour partie tenté par le vote Damien Meslot, mais avec ces méthodes, il risque de perdre cet électorat », a-t-elle jugé.

Défilement vers le haut