La société de transport Gefco mise en examen pour travail dissimulé

justice tribunal Besançon

Le PDG de Gefco a été mis en examen à Vesoul en tant que responsable légal de la société de logistique suspectée d’avoir bénéficié d’un système illégal de « prêt de salariés » par des entreprises étrangères, a-t-on appris lundi auprès du parquet.

(AFP)

Le PDG de Gefco a été mis en examen à Vesoul en tant que responsable légal de la société de logistique suspectée d’avoir bénéficié d’un système illégal de « prêt de salariés » par des entreprises étrangères, a-t-on appris lundi auprès du parquet.

Le PDG de Gefco a été mis en examen à Vesoul en tant que responsable légal de la société de logistique suspectée d’avoir bénéficié d’un système illégal de « prêt de salariés » par des entreprises étrangères, a-t-on appris lundi auprès du parquet. Le dirigeant est la dixième personne mise en examen dans le cadre de cette enquête pour « travail dissimulé » et « recours en bande organisée au service d’une personne exerçant un travail dissimulé », confiée à l’Office central de lutte contre le travail illégal (OCLTI).
Il a par ailleurs été personnellement « placé sous le statut de témoin assisté » vendredi soir à l’issue de sa garde à vue, « car il a produit des pièces montrant qu’il avait réalisé des délégations de pouvoir à d’autres dirigeants », a indiqué à l’AFP le procureur de la République de Vesoul, Emmanuel Dupic.
Quatre autres cadres de Gefco responsables de sites basés en Haute-Saône et en Alsace ont déjà été mis en examen le 20 mars et placés contrôle judiciaire.
La veille, cinq premiers suspects avaient été mis en examen parmi lesquels figuraient trois cadres d’une autre entreprise basée en Alsace. Ceux-ci sont soupçonnés d’avoir créé deux sociétés en Slovaquie et deux en Pologne, qui auraient fourni des chauffeurs routiers étrangers à Gefco de manière illégale.
Deux responsables de ces entreprises étrangères sont aussi poursuivis. Le transporteur français Gefco, leader européen de la logistique automobile (15 000 collaborateurs dans 47 pays) est suspecté d’avoir bénéficié d’un système illégal de « prêt de salariés » par ces entreprises polonaises et slovaques. Les gendarmes ont ainsi découvert 35 chauffeurs qui transitaient « dans des conditions indignes » sur une base logistique à Quincey (Haute-Saône), selon M. Dupic.
Pour les chefs d’entreprises, l’objectif était d’échapper au paiement de leurs cotisations sociales en France « pour un préjudice estimé par l’Urssaf à 800 000 euros entre 2015 et 2018 », a ajouté le magistrat.
Dans un communiqué, le syndicat FO-uncp du groupe de logistique se dit « écœuré par la situation très grave au sein de Gefco ». Il demande à la direction de « s’engager à bannir l’esclavagisme de la société Gefco » et « d’agir rapidement pour que cessent de tels agissements », alors que la société, représentée légalement par son PDG, Luc Nadal, est mis en cause.
 « Nous ne pensons pas qu’il s’agisse d’une magouille pour échapper au paiement des cotisations sociales en France, car cela voudrait dire que l’ensemble des équipes dirigeantes de Gefco est pourri », poursuit le syndicat.
L’enquête, lancée en 2017 après un contrôle de la Dreal (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement) de Bourgogne-Franche-Comté, a permis la découverte de cette filière internationale présumée de fraude à l’emploi de chauffeurs routiers.
Le ministre des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a salué l’action de la Dreal et s’est « réjoui de la mise à jour de cette présomption de fraude d’ampleur ».
« Les conditions sociales et de concurrence dans le transport routier sont des enjeux prioritaires pour garantir l’ouverture du marché intérieur et de meilleures conditions de travail pour les conducteurs », a souligné le ministre.

Ceci vous intéressera aussi
Vesoul : le Japonais Koji Fukada à l’honneur du festival des cinémas d’Asie

Le festival international des cinémas d'Asie (Fica) de Vesoul rendra hommage, à partir de mardi et jusqu'au 8 février, au Lire l’article

Meurtre d’Alexia : Jonathann Daval condamné à 165 000 euros de dommages-intérêts, insuffisant pour les proches de la victime
Jonathann Daval procès novembre Vesoul

La cour d'assises de Haute-Saône a condamné mardi Jonathann Daval, qui purge une peine de 25 ans de réclusion pour Lire l’article

À Vesoul, Jean Castex lance les « feuilles de route interministérielles »

Le Premier ministre Jean Castex a signé vendredi à Vesoul la toute première "feuille de route interministérielle", remise à la Lire l’article

Dorans : une femme jugée à Vesoul pour avoir étouffé sa mère de 84 ans

Le procès d'une femme de 69 ans accusée d'avoir, en 2017, étouffé avec un oreiller sa mère de 84 ans Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal