Belfort: La Poudrière prend la parole en 2019

La Poudrière a dévoilé ce mardi soir sa programmation jusqu’en juin et présenté le lifting opéré à ses outils de communication et à la salle située au pied du Lion. On attend notamment Franck Carter et The Rattlesnakes, ainsi que Miossec.

Bleu électrique ! C’est la toile de fond du nouveau site web de La Poudrière, qui vient de faire peau neuve. Un écho, sans aucun doute, aux riffs et aux sons saturés qui endiablent la salle voûtée installée au pied du Lion de Belfort depuis 1996. La salle sombre assume son côté club et l’exhibe dorénavant sur son logo.

On retrouve également la logique de la déclinaison du « P ! » dans la nouvelle identité graphique du Rockhatry, avec un « R ! ». Les cinq studios de 30 m² accueillent une cinquantaine de groupes chaque année. Et la structure va fêter en 2019 ses trente ans (comme les Eurockéennes !). « Des rendez-vous sont programmés à la rentrée », a précisé Jean-Paul Roland, le directeur des Eurockéennes et de la Poudrière. Cette dernière a aussi réalisé cet hiver quelques aménagements, notamment un nouveau bar. Le zinc est rétro-éclairé et la lumière s’estompe en fonction de ce qui se passe sur scène.

La parole à l’honneur

« Pour cette nouvelle saison, en collaboration avec l’équipe des Eurockéennes de Belfort, nous poursuivons nos missions avec la même passion et une envie constante de partage pour faire vivre et vibrer autour de la musique live ces lieux conviviaux, collaboratifs, dynamiques et inventifs, ouverts sur leur territoire et proches des habitants », insiste la Poudrière dans sa présentation.

En termes d’invention, la salle est servie. Par l’intermédiaire du festival GeNeRiQ, La Poudrière programme notamment un concert de cors des Alpes ou accompagne une création autour de l’accordéoniste de génie Mario Batkovic.

Côté dynamisme, on attend le feu du punk rock de Franck Carter et The Rattlesnakes, alors que Miossec viendra mettre à l’honneur les mots. « Revenu de tout, Miossec s’est taillé à la hache une belle réputation de poète maudit de la chanson française depuis vingt ans, note la programmation. Avec le temps, Miossec s’est assagi, mais n’a pas changé pour autant. Des textes sombres, cabossés, une mélancolie à fleur de peau, une musique plutôt minimaliste et des méthodes d’enregistrement et de production proches de l’artisanat. Un vrai monsieur sur scène à La Poudrière. »

Après le Skate, La Poudrière a choisi la parole comme fil rouge de la saison. « Elle explore dans les marges le concept de langages, d’oralité et de textes, décliné subjectivement en concerts, spectacles, rencontres et ateliers », précise La Poudrière. « La parole met à l’honneur la transmission orale à travers le chant, l‘écriture, le conte et le slam », explique la salle de concerts. L’Esprit de la Parole se décline donc dans la salle, dans les studios et chez les partenaires. Un atelier auto-tune, le nouvel instrument de la voix des années 2000, avec Chaton sera programmé au Rockhatry pour les groupes qui y répètent, dans l’esprit de l’opération Iceberg. Un atelier slam avec un slammer de 73 ans, Marcel Goudeau, sera proposé aux résidents de la fondation Claude-Pompidou. Côté concerts, outre Miossec, la programmation fait venir le poète dandy Bertrand Belin. « Avec sa voix grave, il chante autant qu’il murmure aux oreilles des amoureux du bon goût », précise la Poudrière. Avec Cyril Coppini, pour le 3e volet de l’Esprit de la Parole, la Poudrière fait encore de l’innovation. L’artiste présente l’art du Rakugo.

« Le raguko, c’est l’anti stand-up. La bonne blague puisque cet art oratoire japonais (datant du XVIe siècle) qui consiste à narrer une histoire avec une chute drôle, se pratique assis. À genoux plutôt, constate la programmation. Vas-y essayer de faire marrer un auditoire quand tu peux juste bouger le haut de ton corps. Autant te dire qu’il faut savoir être hilarant et raconter des histoires pour plaire aux millions de personnes qui suivent Cyril Coppini dans les théâtres et chaque dimanche à la télévision. » Un projet singulier qui attise la curiosité. En 2019, La Poudrière cultive son esprit et veut montrer la voie… Et la voix !

Ceci vous intéressera aussi
General Electric : « Bruno Le Maire joue les pompiers pyromanes », dénonce la CGT
Manifestation GE Belfort octobre 2019 diaporama (3)

La CGT réagit au nouveau plan social de General Electric chez Steam Power | ©Le Trois – archives « Après Gaz et Hydro, Lire l'article

General Electric : En commun pour Belfort demande aux collectivités de porter plainte
Un accord a été signé pour éviter la délocalisation d'heure de travail à General Electric à Belfort.

En commun pour Belfort demande aux collectivités d'attaquer en justice. | ©Le Trois – archives « Tout le monde politique local, départemental et Lire l'article

General Electric : les Hydro de Belfort font une télé-grève
Les salariés d'Hydro Belfort font une télé-grève ce mardi 1er décembre.

Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel : 2 lignes maximum Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut