La CFDT critique le rachat d’actions par PSA auprès du Chinois Dongfeng

La CFDT, 5e syndicat chez PSA, a fait part de sa colère lundi dans un communiqué après le rachat par le constructeur automobile de dix millions d’actions détenues par Dongfeng pour ensuite les annuler, afin de faire baisser la participation du Chinois au capital de PSA.

(AFP)

La CFDT, 5e syndicat chez PSA, a fait part de sa colère lundi dans un communiqué après le rachat par le constructeur automobile de dix millions d’actions détenues par Dongfeng pour ensuite les annuler, afin de faire baisser la participation du Chinois au capital de PSA.

« Alors que les restrictions frappent les secteurs de l’entreprise, que les salariés de PSA ont été durement impactés par le chômage partiel, PSA vient de racheter, pour 164 millions d’euros, plus de 10 millions d’actions de Dongfeng qui seront purement et simplement détruites », déplore le syndicat dans un communiqué. Le but est de faire baisser la participation du constructeur automobile chinois au capital de PSA (marques Peugeot, Citroën, DS, Opel, Vauxhall) afin de faciliter la fusion avec l’italo-américain Fiat-Chrysler (FCA), qui nécessite la validation de l’administration américaine, avance la CFDT.

« Cette opération, pour nous, est assez choquante alors même que le contribuable vient au secours des entreprises, y compris PSA », a déclaré Christine Virassamy, déléguée syndicale CFDT. « Il aurait été plus judicieux d’investir massivement dans la recherche et développement », a-t-elle poursuivi. « Nous avons une situation très dégradée depuis le Covid, on a un manque d’effectif cruel qui met en grande tension les usines », a détaillé Mme Virassamy, qualifiant l’opération « d’argent jeté par les fenêtres » pendant qu’à côté, « on demande aux salariés de faire preuve de résilience« . « La direction aurait pu faire le choix de ne pas annuler les actions, et de les redistribuer, par exemple aux salariés du groupe », avance aussi la CFDT.

30 millions d'actions à vendre

Du côté du groupe, on rappelle que ce rachat de titres découle du projet de fusion acté le 18 décembre dernier. Pour permettre l’opération, Dongfeng doit céder environ 30 millions d’actions. Dix millions viennent donc d’être rachetés par PSA et il en reste 20,7 millions. Elles doivent être vendues avant le 31 décembre 2022, soit à PSA, soit à un tiers.

À terme, Dongfeng ne devrait détenir que 4,5 % de la nouvelle entité PSA-FCA. Chez FO, premier syndicat du constructeur auto français, le rachat d’actions pour les annuler ne choque pas vraiment. « Ca rentre dans le cadre de la fusion », a expliqué Olivier Lefebvre, délégué syndical central. « On investit de l’argent pour essayer d’être maître de son destin », a-t-il avancé. Ensemble, PSA et FCA doivent former le numéro 4 mondial du secteur, avec près de 170 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 8,7 millions de ventes annuelles en 2018. FCA contrôle notamment les marques Fiat, Alfa Romeo, Chrysler, Dodge, Jeep, Lancia et Maserati.

Ceci vous intéressera aussi
Belfort : les 5 projets lauréats du budget participatif 2022

Les projets lauréats du budget participatif 2022 de la Ville de Belfort viennent d’être désignés par les habitants. À vélo, Lire l’article

Voitures neuves : quatrième mois de rebond en novembre

Les ventes de voitures neuves ont poursuivi leur léger rebond en novembre, pour le quatrième mois consécutif, et devraient s'approcher Lire l’article

Belfort : des températures de 3,45 °C au-dessus des normales à l’été 2022

Le comité interdépartemental de la ressource en eau du bassin de l’Allan a tiré le bilan de la sécheresse de Lire l’article

Sochaux : négociations salariales à haut risque pour Stellantis

Les négociations salariales obligatoires débutent ce jeudi 1er décembre, à Stellantis. Les attentes des salariés sont énormes, notamment avec les Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal