Jura : le lunetier L’Amy placé en redressement judiciaire

À Morez, dans le Jura, le lunettier L'Amy placé en redressement judiciaire

Le lunetier L’Amy, installé à Hauts-de-Bienne, dans le Jura, une commune nouvelle qui comprend notamment la capitale de la lunette Morez, a été placé en redressement judiciaire. Une procédure impulsée par la société elle-même, qui pointe du doigt plusieurs facteurs : la crise liée aux Gilets jaunes, un bug informatique sur le remboursement des lunettes et la crise sanitaire.

Avec l’AFP

Le lunetier L’Amy, installé à Hauts-de-Bienne, dans le Jura, une commune nouvelle qui comprend notamment la capitale de la lunette Morez, a été placé en redressement judiciaire. Une procédure impulsée par la société elle-même, qui pointe du doigt plusieurs facteurs : la crise liée aux Gilets jaunes, un bug informatique sur le remboursement des lunettes et la crise sanitaire.

Le fabricant jurassien de lunettes L’Amy, qui emploie 120 salariés, a été placé en redressement judiciaire, a-t-on appris mercredi auprès du cabinet Jeannerot, l’un des administrateurs judiciaires désignés.

Le tribunal de commerce de Lons-le-Saunier (Jura) a prononcé ce jugement mardi, a précisé la même source basée à Besançon (Doubs). Situé dans la commune nouvelle de Hauts-de-Bienne, qui comprend Morez (Jura), L’Amy emploie 120 salariés à la fabrication et distribution de lunettes. Créée en 1810, l’entreprise est l’un des derniers fabricants du haut Jura, ancienne place forte de la lunette française dont elle-même a été leader national dans les années 1970.

Sollicitée par l’AFP, la direction de L’Amy n’a pu être jointe mercredi matin.

L'Amy a demandé ce redressement

Dans un entretien au quotidien régional Le Progrès, son président-directeur général Dominique Alba expliquait la semaine dernière avoir demandé de sa propre initiative la mise en redressement judiciaire, de façon à « geler les dettes » et à disposer du « temps pour travailler en profondeur et sereinement pour trouver des solutions ».

Selon le dirigeant, l’entreprise a subi depuis l’an dernier les effets successifs de la crise des gilets jaunes, d’un « énorme bug informatique » relatif au remboursement intégral des lunettes, et depuis mars, des conséquences de la pandémie du covid-19. Selon une source proche du dossier, le délai d’au moins six mois accordé par le tribunal de commerce laisse « bon espoir » d’une « sortie positive » qui se traduirait par la préservation de « la totalité ou d’un maximum » des effectifs.

Ceci vous intéressera aussi
Covid-19 : « Nous ne sommes pas déconfinés », met en garde l’hôpital

Si la situation sanitaire s’améliore, la pression reste importante sur l’hôpital Nord-Franche-Comté. L’assouplissement du confinement inquiète les soignants. Une balade Lire l'article

Confinement: les nouvelles règles à partir de ce samedi 28 novembre
La jauge de 8 m² dans les commerces devrait signer le retour des files d'attente, comme lors du premier confinement.

Le message des préfets du Doubs, du Territoire de Belfort et de Haute-Saône est le même à l'occasion de conférences Lire l'article

Municipales : le conseil d’État confirme les élections de Rougemont-le-Château, Châtenois-les-Forges, Meroux-Moval et Roppe
Sénatoriales : le Parti communiste appelle à une candidature de gauche

Cinq scrutins municipaux avaient été annulés, au cœur de l’été, par le tribunal administratif de Besançon. Une information que nous Lire l'article

Ruée dans les commerces, disparités franco-suisses, fêtes de fin d’année : les 3 pièges sur la route du déconfinement
Les réveillons de fin d'année sont considérés comme des facteurs de risque pour la propagation du virus. Le gouvernement difusera des recommandations. Image par Alexas_Fotos de Pixabay

Le message est répété et décliné à l'envi par le gouvernement, les médecins, les préfets : ce n'est pas un déconfinement, Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut