Hydrogène : l’Union européenne va créer une banque publique d’investissement

Lors de son discours sur l’état de l’Union européenne, ce mercredi 14 septembre, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a annoncé la création d’une nouvelle banque publique, capable d’investir 3 milliards d’euros dans le développement de l’hydrogène vert.

Lors de son discours sur l’état de l’Union européenne, ce mercredi 14 septembre, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a annoncé la création d’une nouvelle banque publique, capable d’investir 3 milliards d’euros dans le développement de l’hydrogène vert.

« Nous devons passer du marché de niche au marché de masse pour l’hydrogène. » Telle est la volonté d’Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, au sujet du déploiement de la technologie hydrogène. Ce développement doit se faire autour de l’hydrogène vert, qui doit permettre de décarbonner l’industrie et les transports. C’est ce qu’elle a déclaré à l’occasion de son discours de rentrée, sur l’état de l’Union européenne, ce mercredi 14 septembre.

L’Union européenne veut produire 10 millions de tonnes d’hydrogène renouvelable chaque année, d’ici à 2030. Mais aujourd’hui, cette production est encore coûteuse. Il faut donc « combler le déficit d’investissement et de mettre en relation l’offre et la demande futures », a-t-elle concédé lors de son discours de rentrée. Pour y remédier, elle a annoncé la création d’une nouvelle banque européenne de l’hydrogène. « Elle aidera à garantir l’achat d’hydrogène, notamment en utilisant les ressources du Fonds pour l’innovation », a-t-elle indiqué. Elle pourra investir 3 milliards d’euros « pour aider à construire le futur marché de l’hydrogène ». Selon elle, « l’hydrogène peut changer la donne pour l’Europe ».

Au mois de juillet, la Commission européenne a donné son feu vert pour le financement public massif de 41 projets hydrogène en Europe, à hauteur de 5,4 milliards d’euros. 500 millions d’aides sont dirigés vers le nord Franche-Comté, vers McPhy, Alstom et Faurecia (lire notre article). Ces projets sont situés dans 15 États membres, dont la France, l’Allemagne, l’Espagne ou encore l’Italie. On estime qu’ils pourront créer 20 000 emplois.  

Ceci vous intéressera aussi
338 armes récupérées dans le Territoire de Belfort

L’opération d’abandon d’armes à l’État a été fructueuse dans le Territoire de Belfort. Plus de 300 armes et près de Lire l’article

En 1906, à Belfort, la « résurrection » d’un mort fait le tour du monde !

En ce mois de janvier 1906, des médias du monde entier évoquent une affaire extraordinaire survenue au tribunal de Belfort. Lire l’article

« On n’imagine pas qu’on a autant de soudage autour de nous »

Selectarc, à Grandvillars, a accueilli, mercredi, une phase de sélection du championnat de France de soudure, organisé au mois de Lire l’article

Stellantis : « la déception » des syndicats après d’âpres négociations

Les négociations annuelles obligatoires (NAO) se sont terminées au cœur de la nuit de jeudi à vendredi. La dernière proposition Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal