General Electric : un futur industriel se dessine à Belfort

Huit axes industriels sont retenus dans les orientations stratégiques du site de Belfort de General Electric

L’espoir est là. Huit des dix pistes du projet industriel de l’entité turbines à gaz de General Electric intègrent les orientations stratégiques de l’industriel américain pour l’usine de Belfort. C’est le résultat des discussions organisées ce mardi au ministère de l’Économie et des finances, à Paris. La question : quel budget sera alloué pour ces orientations ?

L’espoir est là. Huit des dix pistes du projet industriel de l’entité turbines à gaz de General Electric intègrent les orientations stratégiques de l’usine de Belfort. C’est le résultat des discussions organisées ce mardi au ministère de l’Économie et des finances, à Paris. La question : quel budget sera alloué pour ces orientations ?

Dix axes industriels, dans le périmètre de l’activité turbines à gaz, étaient sur la table. Dix axes façonnés par une cinquantaine de personnes, à Belfort, depuis le début de l’année. Dix axes qui doivent permettre de dessiner un futur industriel dans la cité du Lion. Et surtout d’assurer sa pérennité. On parle hydrogène. On parle opérabilité, c’est-à-dire stabilité des réseaux. On parle offres commerciales. On parle maintenance.

Ce mardi 30 juin, au ministère de l’Économie et des Finances, à Paris, à l’occasion du 4e comité paritaire de l’accord signé le 21 octobre 2019 concernant le plan social dans l’entité turbines à gaz de General Electric (GE EPF), on attendait des engagement sur ce futur. Les dirigeants américains suivent-ils ? Sont-ils prêts à investir ?

Espoir

Huit axes ont été retenus. Et c’est la direction de General Electric qui l’a annoncé en premier ! « Sur le projet industriel, les discussions en cours avec les représentants des salariés ont permis d’identifier 8 axes stratégiques qui seront intégrés dans les orientations stratégiques et la vision d’avenir de GE EPF », écrit-elle dans un communiqué de presse adressé mardi après-midi aux rédactions.

« C’est une bonne nouvelle », commente Philippe Petitcolin, de la CFE-CGC, au nom de l’intersyndicale Sud Industrie et CFE-CGC. La CGT n’a pas participé à cet échange (lire par ailleurs). « On voit de la lumière au bout du tunnel, confie-t-il. Ça donne de l’espoir à tous les salariés. »

L'aviation en bout de piste

Le projet parallèle de diversification vers l’aéronautique n’est plus à l’ordre du jour. Un projet qui devait se faire alors que l’on délocalisait en Hongrie les lignes combustion et stator. Un projet pour conserver les savoir-faire industriels. Les 70 salariés qui devaient rejoindre ce projet à la fin de l’année ne le feront pas. Par contre, ils resteront dans l’activité turbines gaz. La ligne sera-t-elle conservée à Belfort ? « La question n’est pas encore tranchée », répond-t-on. « Le transfert est pour le moment gelé. » Si transfert il y a, une activité doit être rapatriée à Belfort, autour de la maintenance rotor par exemple, pour garantir du travail aux 70 salariés.

Ces orientations stratégiques intègrent donc les discussions budgétaires du géant américain, dont le processus commence fin juillet. Une première ébauche du budget est attendue en septembre et les derniers arbitrages seront rendus en novembre ou décembre. Selon Sud Industrie et la CFE-CGC, les 8 axes nécessitent un investissement de 80 millions d’euros : 50 millions d’euros pour l’axe hydrogène ; 30 millions d’euros pour les 7 autres axes.

Quel budget ?

Là, résident aujourd’hui, les principales interrogations. Combien, General Electric, va-t-il mettre sur la table ? Ces 8 axes seront-ils soutenus ou « va-t-on accoucher d’une souris », résume Philippe Petitcolin, joint par téléphone. Patrick Mafféïs, vice-président Europe des opérations industrielles chez GE Gas, arrivera-t-il à défendre ces projets industriels dans les orientations budgétaires du géant américain ? Dans son communiqué, l’industriel soutient qu’il veut « donner à Belfort une position clé pour soutenir l’activité Gas Power ». Mais la crise sanitaire est sur toutes les lèvres. La crise économique qui lui est consécutive, également. Dans la branche aviation de General Electric, particulièrement touchée, 25 % des effectifs vont disparaître dans le monde. La CGT s’attend même à des restructuration de l’outil de travail, en Europe et en France, dès la rentrée.

« Nous devons maintenir la pression et suivre les orientations budgétaires », assure Philippe Petitcolin. Une nouvelle réunion est envisagée à la fin de l’été, à Bercy. Pour regarder les orientations de General Electric et militer si besoin en faveur des développements belfortains.

La CGT ne lâche pas ses acquis sociaux

La CGT a décidé de ne pas prendre part à la réunion à Bercy, confirme Cyril Caritey, secrétaire du syndicat, joint par téléphone. « Nous mettons en place des assemblées générales à Belfort, Bourogne et Chonas », détaille-t-il. Selon le représentant syndical, il assure « qu’on ne touchera pas à nos conditions de travail », glisse Cyril Caritey, renvoyant vers un accord validé il y a une dizaine d’années. « Il y aura un débrayage à chaque fois que c’est nécessaire », assure-t-il. Et, selon lui, les 8 jours, qui devaient être décalés à 2021, seront pris. La CGT continue de dénoncer la désorganisation du travail, avec le départ des 545 premières personnes. « On passe 30 % du temps à chercher des pièces et il n’y a plus de marches décisionnelles. » La CGT ne croit absolument pas à l’accord sur le projet industriel de Belfort et réclame plutôt des machines.

Ceci vous intéressera aussi
Covid-19 : face à la 3e vague, Emmanuel Macron parle aux Français à 20h
Emmanuel Macron s'exprime devant les Français ce mercredi 31 mars à 20h.

Fermer les écoles en avançant les vacances? Étendre les mesures de freinage à d'autres départements? Ou bien "pousser les murs" Lire l'article

GE : après la réponse de la direction, 2 syndicats engagent une procédure judiciaire
Après la réponse de la direction, la CFE-CGC et Sud Industrie engagent une procédure judiciaire contre General Electric.

La réponse de la direction (notre article) est très loin de répondre aux attentes des syndicats CFE-CGC et Sud Industrie, Lire l'article

GE : et maintenant, les syndicats mettent en demeure l’État
Un accord a été signé pour éviter la délocalisation d'heure de travail à General Electric à Belfort.

Les syndicats CFE-CGC et Sud Industrie, de l'entité turbines à gaz de General Electric, mettent en demeure l'État français pour Lire l'article

[Tribune] « L’action de nos militaires n’est guère compatible avec les 35 heures »
Jean-Pierre Chevènement et Cédric Perrin co-signent une tribune dans Le Monde pour alerter sur les risques d'une directive européenne sur le temps de travail pour le modèle de l'armée française.

Appliquer à l’armée la directive européenne du temps de travail, comme le propose l’avocat général de la Cour de justice Lire l'article

Défilement vers le haut