General Electric : les ex-Hydro soutenus par le fonds Maugis

Les anciens salariés de General Electric Hydro à Belfort, qui ont monté une société de maintenance après le plan social qui a visé leur entité à l’automne 2020, sont soutenus par le fonds Maugis. C’est la 8e entreprise soutenue par le fonds depuis le mois de janvier.

Les anciens salariés de General Electric Hydro à Belfort, qui ont monté une société de maintenance après le plan social qui a visé leur entité à l’automne 2020, sont soutenus par le fonds Maugis. C’est la 8e entreprise soutenue par le fonds depuis le mois de janvier.

Le comité de gestion du fonds de revitalisation industrielle, alimenté par la pénalité de 50 millions d’euros de General Electric pour non création de 1 000 emplois après le rachat de la branche énergie d’Alstom en 2015, a validé un nouveau soutien, ce mercredi 20 juillet.. Ce que l’on appelle le fonds Maugis accompagne BH2M, « dans le cadre du lancement de son activité de maintenance d’alternateurs de centrales hydroélectriques ». BH2M est une société façonnée avec des anciens salariés de General Electric Hydro à Belfort ; à l’automne un plan social avait entraîné la fermeture de l’établissement belfortain.

« Outre la finalisation de certains aspects juridiques et financiers structurants, cet accompagnement sera octroyé́ sous la condition de création d’emplois pérennes sur un horizon de plusieurs années », précise le communiqué de presse, adressé ce jeudi, en fin d’après-midi.

Déjà 11 salariés

« Nous sommes hyper contents », confie Sébastien Bruna, le président-directeur général de la toute jeune société. Elle s’est installée dans ses nouveaux locaux, au Techn’Hom, début juin. « Nous avons beaucoup travaillé ces dernières semaines avec le cabinet d’audit », rappelle l’ancien manager de General Electric. En août, elle comptera 11 salariés. L’objectif, atteindre 25 salariés en 2026. « Ce soutien nous donne de la visibilité », poursuit Sébastien Bruna, particulièrement heureux. Depuis le plan social, à l’automne, les batailles ont été nombreuses pour mettre sur pied ce projet. Cette visibilité va notamment permettre de bien structurer l’offre commerciale, alors que BH2M se positionne sur la maintenance des alternateurs des barrages hydro-électriques. Comme Ananke Systems et Purple Alternative surface, l’aide avoisine le million d’euros, selon nos informations. Elle sera décaissée en plusieurs fois, après avoir validé différentes étapes.

« Le Fonds de Revitalisation Industrielle a pour mission d’accompagner des entreprises industrielles et innovantes permettant d’aider des filières industrielles d’avenir à se déployer. Son objectif premier est d’aider des projets permettant la création ou le maintien d’emplois pérennes s’appuyant notamment sur les compétences du bassin de Belfort Montbéliard », rappelle le communiqué. Il est toujours possible de déposer un dossier (www.solutionsfiducie.fr/fonds-de-revitalisation-industrielle/) .

BH2M est la 8e entreprise accompagnée par le fonds Maugis depuis le mois de janvier, après Purple Alternative surface en juin (notre article), Ananké, McPhy, H2SYS, Faurecia, Isthy et MacPlus. En juin, on annonçait que plus de la moitié du fonds (soit plus de 25 millions d’euros) sont fléchés, représentant 735 emplois promis. Aujourd’hui, dix dossiers sont en cours d’étude par les experts ; six ont intégré cette procédure au mois de juin.

Ceci vous intéressera aussi
Frédéric Vadot (Essert) : « Je savoure mes premiers jours de liberté retrouvée »

Frédéric Vadot adresse un message suite à l'installation du nouveau conseil municipal. | © Le Trois_TQ Nouvel ancien maire d’Essert, Lire l'article

EDF et GE en discussions pour le rachat de l’ex-branche nucléaire d’Alstom
La direction de General Electric répond à la mise en demeure des syndicats CFE-CGC et Sud Industrie.

EDF et General Electric ont annoncé mercredi à l'AFP mener des "discussions exploratoires" en vue d'un éventuel rachat, par l'énergéticien Lire l'article

Les grandes dates de General Electric en France et à Belfort [repères]
En commun pour Belfort critique la révision du plan local d'urbanisme opérée par Damien Meslot et la ville de Belfort.

General Electric et EDF ont annoncé l’ouverture de discussions en vue du rachat par l’industriel français de la partie nucléaire Lire l'article

Négociations GE-EDF : « On nous agite les grelots, mais pour le moment, on ne sait rien »
Mari-Guite Dufay écrit à Emmanuel Macron pour obtenir un moratoire sur le plan social à General Electric Steam Power

General Electric et EDF viennent d’annoncer ce mercredi des « discussions exploratoires » en vue d’un possible rachat par EDF des activités Lire l'article

Défilement vers le haut