Électrique : Stellantis signe un accord d’approvisionnement en sulfate de manganèse

Stellantis a annoncé lundi avoir signé un accord avec la société australienne Element 25 Limited afin de sécuriser son approvisionnement en sulfate de manganèse, un composant essentiel des batteries pour véhicules électriques.

(AFP)

Stellantis a annoncé lundi avoir signé un accord avec la société australienne Element 25 Limited afin de sécuriser son approvisionnement en sulfate de manganèse, un composant essentiel des batteries pour véhicules électriques.

« Cet accord de cinq ans prévoit un début des livraisons en 2026 pour un volume total de 45 kilotonnes et des options pour prolonger la durée et augmenter les volumes d’approvisionnement », a indiqué le groupe franco-italo-américain dans son communiqué. La société australienne « fournira cette matière première en provenance de son projet Butcherbird en Australie occidentale », poursuit Stellantis qui a également annoncé vouloir prendre une participation au capital d’Element 25.

Ce projet minier concerne le plus grand gisement de manganèse du pays selon Element 25, qui prévoit aussi de construire une usine de traitement aux États-Unis. Le sulfate de manganèse sera ensuite utilisé dans des batteries destinées aussi bien au marché américain qu’européen, selon un porte-parole du constructeur automobile.

Stellantis souhaite atteindre 100 % des ventes de véhicules électriques en Europe en 2030 et à la même date 50 % pour les véhicules particuliers et utilitaires aux États-Unis. Les métaux comme le manganèse mais aussi le cobalt, le nickel ou le lithium conduisent l’électricité dans les batteries automobiles.

Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), la demande mondiale de métaux critiques pourrait quadrupler d’ici 2040 si le monde se conforme aux accords de Paris sur le climat. L’Europe importe la quasi totalité de ces matériaux mais dispose de ressources inexploitées. Pour ce qui concerne le manganèse, l’Afrique du Sud représente 37 % de la production mondiale. Mais en Afrique comme ailleurs, la Chine a pris « 40% du contrôle des chaînes de valeur pour les métaux nécessaires à la fabrication de batteries », selon l’industriel Philippe Varin, auteur d’un rapport sur l’approvisionnement de l’industrie française en matière premières minérales.

Ceci vous intéressera aussi
Mandeure : Mutares finalise l’acquisition de Peugeot Motocycles

La société allemande Mutares vient de finaliser son acquisition de Peugeot Motocycles, rachetée à l’Indien Mahindra. Elle prend le contrôle Lire l’article

Alstom : la tension monte à Belfort à la suite des négociations salariales

Les propositions de la direction nationale d’Alstom dans le cadre des négociations salariales passent mal auprès des salariés du constructeur Lire l’article

Gen-hy s’associe à Eiffage Énergie systèmes pour son usine d’électrolyseurs

Gen-hy et Eiffage Énergie systèmes s’associent et créent la société Gen-hy Cube, qui va porter l’usine de fabrication d’électrolyseurs créés Lire l’article

La Peugeot 205, reine des ventes de voitures anciennes en 2022

La Peugeot 205 a été la voiture ancienne (de plus de 30 ans) la plus vendue en France en 2022, Lire l’article

Défilement vers le haut

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Scannez avec votre smartphone

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Aller au contenu principal