Chute historique du marché automobile français en mars, recul de 20% attendu sur l’année

Le retour e l'équipe de nuit le 31 août n'est pas confirmé à PSA Sochaux

Le marché automobile français enregistre une chute historique de ses immatriculations au mois de mars. L’une des conséquences du confinement de la population, acté depuis le 17 mars. Il manque « la moitié d’un mois » confie le comité des constructeurs français d’automobile.

(AFP)

Le marché automobile français enregistre une chute historique de ses immatriculations au mois de mars. L’une des conséquences du confinement de la population, acté depuis le 17 mars. Il manque « la moitié d’un mois » confie le comité des constructeurs français d’automobile.

Le marché automobile français a chuté de 72,2 % en mars et devrait baisser de 20 % sur l’année, victime de l’épidémie du coronavirus Covid-19 et des mesures de confinement de la population qui ont stoppé le commerce automobile, ont annoncé mercredi les constructeurs.

Depuis le 17 mars, la France est sous confinement, et tous les commerces non essentiels, dont les concessions automobiles, sont fermés, dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid-19. « C’est historique. On n’a jamais eu une baisse comme celle-là », a commenté François Roudier, porte-parole du Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA), joint au téléphone par l’AFP.

En mars, 62 668 voitures particulières neuves ont été immatriculées en France, soit 72,2 % de moins que le même mois de l’an dernier qui comptait pourtant un jour ouvré de plus. Mais, en raison des mesures de confinement, « il manque la moitié d’un mois », a souligné François Roudier.

Dans la foulée de ces chiffres hors normes, le CCFA a annoncé qu’il tablait sur un recul de 20 % du marché automobile sur l’année complète. « Sur le premier semestre, on devrait être à – 30 %. Cela nous amènerait sur 2020 à – 20 % », a déclaré François Roudier, soulignant qu’il s’agissait d’une prévision du marché français établie à la fois par les constructeurs français et étrangers.

« On va finir l’année entre 1,7 et 1,8 millions de véhicules particuliers neufs » immatriculés en France, a-t-il dit. « Il s’agit d’une prévision avec sortie de confinement et redémarrage normal de l’activité fin avril, début mai. Si ça devait se décaler, la prévision pourrait etre encore plus basse », a-t-il averti. En tout, cas, « même en cas de reprise forte » après le confinement « on ne pourra pas rattraper complètement cette baisse considérable », a estimé François Roudier.

Dans ce contexte hors norme, les groupes français ont été touchés en mars comme le reste du marché. PSA (Peugeot, Citroën, DS, Opel) a vu ses immatriculations de voitures particulières neuves dégringoler (-73,4%), tout comme le groupe Renault (-71,6%), avec Dacia et Alpine, d’après les chiffres du CCFA.

Ceci vous intéressera aussi
Le marché automobile français encore convalescent au premier semestre

Verre à moitié plein ou à moitié vide? Le marché automobile français a repris des couleurs au premier semestre par Lire l'article

Discothèques : les professionnels favorables à un test de 12 heures

Présenter à l'entrée des discothèques, un "test PCR ou antigénique de 48 heures, c'est peut-être insuffisant", dit à l'AFP Thierry Lire l'article

Automobile: Stellantis affiche une rentabilité record au premier semestre

Le groupe né de la fusion de PSA et de Fiat-Chrysler annonce ce mardi un bénéfice net de 5,9 milliards Lire l'article

Le marché automobile français toujours miné par la crise et la pénurie de semi-conducteurs

La reprise du marché automobile français s'est encore faite attendre en août, avec une baisse des immatriculations de 15 % sur Lire l'article

Défilement vers le haut