Murielle Maronne lance un outil numérique d’orientation

Murielle Maronne, créatrice du serious game Onixp.io et de l'entreprise Par Cours & Par Thèmes

L’appli OnyXP.io est en ligne depuis octobre 2018, après de nombreux mois de tests et d’améliorations pour livrer le produit le plus stabilisé possible. En quelques mois, cette application a attiré déjà 5000 utilisateurs. Le « jeu sérieux qui connecte enfin les jeunes et le monde de l’industrie » semble rencontrer son public. Il est le fruit de l’imagination et de l’expérience de Murielle Emmanuelle Maronne, qui a créé l’entreprise « Par Cours & Par Thèmes » pour donner vie à son projet.

Le projet est ambitieux : créer un univers numérique, à travers un « jeu sérieux » (serious game) qui permette aux jeunes et aux entreprises de se rencontrer, d’apprendre à se connaître, sans a priori social ou de genre. Une sorte d’outil numérique et ludique d’orientation, qui propose tout un parcours aux jeunes de 15 à 25 ans qui souhaitent découvrir les métiers, les entreprises, la formation. 

Murielle Emmanuelle Maronne a débuté les premières études de faisabilité en 2014. Elle lance un prototype en 2015 et reçoit cette même année une première bourse French Tech de BPI France.

En 2016, elle crée la SAS Par Cours & Par Thèmes. « Ma volonté de départ n’était pas de créer une entreprise, mais de créer un produit », souligne-t-elle. L’entrepreneuriat n’était donc pas sa motivation première, mais la créativité était son moteur.

Des groupes de testeurs sont mis en place en 2017 ; une nouvelle version est finalisée en 2018, elle-même à nouveau testée. Et en octobre 2018, OnyXP.io est mis en ligne.

Début mars, Murielle Maronne annonçait 5000 utilisateurs, dont 53% de filles, avec une moyenne d’âge de 19 ans (soit exactement dans la cible du projet). Le temps moyen d’utilisation était de sept minutes, et le taux de rétention de 93%. De quoi satisfaire Murielle Maronne : l’idée est que les utilisateurs utilisent le jeu et l’appli dans la durée, une orientation ne se faisant pas en quelques instants.

La suite de l’article sur le site de notre partenaire, Traces Ecrites News.