Dijon : rixe entre un conducteur de tram et des usagers sur le port du masque

Deux mineurs étaient en garde à vue vendredi après avoir frappé la veille au soir à Dijon un conducteur de tram qui leur demandait de porter leurs masques de protection contre le coronavirus,

La garde à vue de deux mineurs a été levée et l’enquête préliminaire prolongée afin d’établir plus précisément les responsabilités d’une rixe qui a opposé, jeudi soir à Dijon, deux usagers et un conducteur de tram qui leur demandait de porter un masque, a-t-on appris de source judiciaire.

(AFP)

La garde à vue de deux mineurs a été levée et l’enquête préliminaire prolongée afin d’établir plus précisément les responsabilités d’une rixe qui a opposé, jeudi soir à Dijon, deux usagers et un conducteur de tram qui leur demandait de porter un masque, a-t-on appris de source judiciaire. – mis à jour le 1er août à 00h08.

L’incident a eu lieu jeudi vers 18 h 30, en centre-ville de Dijon.  « Le conducteur est sorti de sa cabine. Il a rappelé les consignes du port de masque obligatoire aux voyageurs. Il y a eu des échanges verbaux, puis des échanges de coups. Il a été frappé au visage, le nez ensanglanté », a raconté à l’AFP Frédéric Pissot, délégué CGT du réseau de transports local Divia. 

À la suite de l’incident, deux mineurs de 16 ans ont été placés en garde à vue dans la matinée mais la mesure a été levée en fin de journée, les auditions révélant que « les faits sont plus compliqués que ce qui a pu être indiqué jusque-là », a précisé le procureur de la République, Eric Mathais, dans un communiqué. « Il est nécessaire de poursuivre les investigations en enquête préliminaire, afin de déterminer le plus précisément possible les circonstances exactes et les responsabilités », ajoute-t-il. De sources proches de l’enquête, on n’exclut pas la possibilité que ce soit en fait le conducteur du tram qui soit à l’origine de l’agression, même si celle-ci a été par la suite réciproque. 

L'activité du réseau se poursuit

Selon le procureur, les auditions et « des images vidéo » « permettent de comprendre » que l’employé de Divia venait de quitter son service et empruntait, en tant que passager, le tramway, encore vêtu de son polo de travail, quand il a enjoint deux mineurs sans masques à en enfiler un, comme le veut la réglementation.

« L’un obtempérait, l’autre indiquait ne pas avoir de masque », selon le communiqué du procureur.  L’employé Divia lui demandait alors de quitter le tramway, ce qu’il a fait. « L’employé Divia affirme avoir alors entendu des insultes, voire des menaces, ce que conteste le jeune homme. L’employé sortait alors à son tour du tramway » et une altercation s’ensuivait, avec violences réciproques entre l’employé et le mineur, tandis que son ami intervenait dans la rixe, précise le communiqué. 

Blessé, l’employé Divia a eu une ITT (incapacité totale de travail) de cinq jours et le jeune homme, sans antécédents judiciaires, quatre. « Une décision concernant l’orientation de ce dossier interviendra à l’issue des investigations complémentaires », conclut le communiqué du procureur. 

Jeudi soir, un mineur a été placé en garde à vue à Orléans après avoir frappé un conducteur de bus qui réclamait le port du masque. Le 10 juillet à Bayonne, un chauffeur de bus est mort après avoir été violemment agressé par deux hommes alors qu’il exigeait le port du masque pour trois autres.

Ceci vous intéressera aussi
338 armes récupérées dans le Territoire de Belfort

L’opération d’abandon d’armes à l’État a été fructueuse dans le Territoire de Belfort. Plus de 300 armes et près de Lire l’article

En 1906, à Belfort, la « résurrection » d’un mort fait le tour du monde !

En ce mois de janvier 1906, des médias du monde entier évoquent une affaire extraordinaire survenue au tribunal de Belfort. Lire l’article

« On n’imagine pas qu’on a autant de soudage autour de nous »

Selectarc, à Grandvillars, a accueilli, mercredi, une phase de sélection du championnat de France de soudure, organisé au mois de Lire l’article

Stellantis : « la déception » des syndicats après d’âpres négociations

Les négociations annuelles obligatoires (NAO) se sont terminées au cœur de la nuit de jeudi à vendredi. La dernière proposition Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal