Covid-19 : en Alsace aussi, les rassemblements de plus de 50 personnes sont interdits

Comme dans le nord Franche-Comté, la préfète du Bas-Rhin a interdit ce vendredi 13 mars les rassemblements de plus de 50 personnes. Dans le Haut-Rhin, cette disposition a déjà été prise la semaine dernière.

(AFP)

Comme dans le nord Franche-Comté, la préfète du Bas-Rhin a interdit ce vendredi 13 mars les rassemblements de plus de 50 personnes. Dans le Haut-Rhin, cette disposition a déjà été prise la semaine dernière.

La préfecture du Bas-Rhin a décrété ce vendredi 13 mars l’interdiction des rassemblements de plus de 50 personnes dans le département pour tenter de limiter la propagation du coronavirus,tout comme les départements du Doubs, du Territoire de Belfort et une partie de la Haute-Saône. L’interdiction du Bas-Rhin vaut pour les rassemblements en milieu clos comme ouvert.

Dans le Haut-Rhin, épicentre d’un foyer épidémique important à Mulhouse, avait pris une mesure similaire la semaine passée en interdisant les rassemblements de plus de 50 personnes, mais uniquement en milieu clos.
« Dans les mesures que je vais être amenée à prendre, notamment au travers d’un arrêté (…), il y a l’interdiction des rassemblements de plus de 50 personnes. C’est l’arrêté que j’ai signé il y a quelques instants », a déclaré vendredi matin la préfète du Bas-Rhin, Josiane Chevalier, lors d’une conférence de presse à Strasbourg. Cet arrêté comporte des exceptions comme les commerces, les obsèques ou les mariages, a ajouté Josiane Chevalier, également préfère de la région Grand Est. Publié vendredi, il s’appliquera à partir de samedi. « On va être en « mode commando » face à cette épidémie », a insisté Josiane Chevalier.

Tension avec l'Allemagne

Vendredi après-midi, la préfecture du Doubs a également interdit les rassemblements de plus de 50 personnes en milieu clos, tout comme la préfecture du Territoire de Belfort et celle de Haute-Saône, mais uniquement pour la partie est du département sur la communauté de communes du Pays d’Héricourt.  Interrogée sur les contrôles à la frontière avec la France instaurés jeudi à la surprise générale par les autorités allemandes, la préfète du Bas-Rhin a évoqué une décision « un peu rapide« , « unilatérale » et que « nous regrettons ». « Nos voisins luxembourgeois n’ont pas du tout pris la même posture », a encore souligné la préfète, qui a indiqué avoir évoqué l’instauration des contrôles allemands avec la secrétaire d’Etat chargée des Affaire européennes, Amélie de Montchalin. La « manière est peu élégante », a renchéri le président de l’Eurométropole de Strasbourg, Robert Herrmann, qui, ironique, a demandé aux habitants de l’agglomération strasbourgeoise de ne plus faire leurs courses outre-Rhin afin de ne pas « inquiéter les Allemands ».

Ceci vous intéressera aussi
Covid-19 : les restaurants de Suisse romande rouvrent à partir du 10 décembre

Les gouvernements des cantons de Vaud, Neuchâtel, Fribourg, Genève  et Jura ont décidé conjointement la réouverture des restaurants dès le Lire l'article

Belfort : six mois avec sursis pour avoir menacé de mort le préfet
Tribunal de Belfort / palais justice / tribunal judiciaire

Une restauratrice a été condamnée à six mois de prison avec sursis pour avoir menacé de mort le préfet du Lire l'article

Covid-19 : « Nous ne sommes pas déconfinés », met en garde l’hôpital

Si la situation sanitaire s’améliore, la pression reste importante sur l’hôpital Nord-Franche-Comté. L’assouplissement du confinement inquiète les soignants. Une balade Lire l'article

Ruée dans les commerces, disparités franco-suisses, fêtes de fin d’année : les 3 pièges sur la route du déconfinement
Les réveillons de fin d'année sont considérés comme des facteurs de risque pour la propagation du virus. Le gouvernement difusera des recommandations. Image par Alexas_Fotos de Pixabay

Le message est répété et décliné à l'envi par le gouvernement, les médecins, les préfets : ce n'est pas un Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut