Construire son expérience aux Eurockéennes

Les Eurockéennes de Belfort ont lancé leur campagne de recrutement pour le festival. Les candidats ont jusqu’au 5 avril pour se manifester. Près de 350 postes sont encore à pourvoir. Une manière de se construire de l’expérience. Et de vivre une expérience.

Agent d’accueil. Agent de parking. Électricien. Coursier. Manutentionnaire. Cariste. Plongeur. Agent d’entretien… La campagne de recrutement des Eurockéennes, programmée du 4 au 7 juillet, propose une quinzaine de métiers. Près de 500 postes sont à pourvoir.

Dynamisme économique

Le chantier des Eurockéennes et la logistique du festival ne reposent pas sur le bénévolat. Chaque été, les Eurockéennes embauche plusieurs centaines de saisonniers, qui gonflent drastiquement les effectifs du festival, où dix personnes travaillent à l’année. Et c’est un vrai choix. « Ces 500 recrutements représentent une masse salariale oscillant entre 900 000 euros et un million d’euros », note Hervé Castéran, le responsable communication du festival. Le budget du festival s’élève à 9,3 millions d’euros. Cet investissement dans des saisonniers représente donc environ 10 % du budget. Les Eurockéennes évaluent les retombées économiques liées à l’organisation du festival sur le territoire à 13 millions d’euros. La moitié des saisonniers ont moins de 25 ans et les deux tiers sont originaires de l’Aire urbaine.

Les Eurockéennes contribuent et veulent contribuer au dynamisme économique du territoire, à la création d’emplois et au parcours de jeunes étudiants qui peuvent ainsi financer leurs études ou façonner leur projet professionnel. Certains acquièrent de l’expérience pendant cette parenthèse musicale organisée début juillet sur la presqu’île du Malsaucy, dans des filières aussi larges que la production, le management, la gestion de projet ou l’animation.

« Les Eurockéennes sont un lieu de fête et de découvertes musicales, mais pour des centaines de personnes il est, depuis la création du festival en 1989, une source d’expériences professionnelles et de revenus. Travailler aux Eurockéennes, c’est une manière de vivre le festival autrement », insiste Jean-Paul Roland, le directeur du festival. « On vit quelque chose d’exceptionnel », complète Fanny Papa Christodulu, la coordinatrice du recrutement. Comme un symbole de cet état d’esprit, l’équipe constituée le plus rapidement est souvent celle du nettoyage sanitaire. « Il y a une dynamique d’équipe, remarque-t-elle. C’est devenu un rendez-vous annuel. »

Une quinzaine de métiers sont ouverts au recrutement (©René Garcia – Eurockéennes x 2)

1 400 à 2 000 candidatures

Le festival propose des contrats allant de 3 jours à 6 semaines. « Les postes avec les plus longues durées concernent les postes de montage et de mise en place du chantier », constate Hervé Castéran. « Avec les agents d’accueil du public, les effectifs affectés au nettoyage représentent une part importante du contingent », ajoute Fanny Papa Christodulu. En termes de salaire, la base est le smic. Suivant les postes, les compétences nécessaires et les conventions collectives, il est ajusté « en fonction des salaires du marché », note Hervé Castéran.

« Les candidats peuvent se positionner sur cinq postes et émettent un ordre de préférence », détaille Fanny Papa Christodulu. Les sélections ont lieux jusqu’à mi-juin. Tout le monde reçoit alors une réponse, positive ou négative. Dès l’inscription, le candidat peut aussi accepter d’être sur liste d’attente en cas de refus, qui sert aux ajustements si des besoins supplémentaires sont identifiés ou si des personnes sont absentes. « Nous mettons également un point d’honneur à proposer des postes pouvant correspondre à des candidats recevant l’allocation adulte handicapé », relève la coordinatrice du recrutement. « Et nous tendons aussi à la parité », complète le responsable communication.

La campagne de recrutement a été lancée ce jeudi 28 février à 10 h, à l’occasion de la journée Jobs d’été de la Ville de Belfort. Elle se prolonge jusqu’au 5 avril. Trente candidatures étaient déjà enregistrées à 12 h. Selon les années, les Eurockéennes traitent entre 1 400 et 2 000 candidatures.

Priorité au développement durable

En 2018, les effectifs consacrés au nettoyage avaient été renforcés. Ils étaient passés d’environ 80 personnes en 2017 à une centaine en 2018. Cette année, le festival a décidé de poursuivre cette logique et de renforcer sa politique dédiée au développement durable. Plus de rigueur sera notamment demandée dans le traitement et le tri des déchets. L’organisation devrait aussi interdire aux food trucks de fournir des ustensiles en plastique. Un coordinateur a été recruté afin d’être plus exigeant dans les actions en faveur de l’environnement et de mieux les coordonner. « Il épaulera la régie nettoyage », détaille Hervé Castéran.