Bourgogne: les professionnels attendent un millésime 2020 « remarquable »

Le millésime 2020 s'annonce "remarquable" en Bourgogne,

Le millésime 2020 s’annonce « remarquable » en Bourgogne, selon l’interprofession, qui s’est félicité jeudi de la bonne résistance de ses vins à l’export malgré un contexte économique mondial difficile, aggravé par la crise sanitaire.

(AFP)

Le millésime 2020 s’annonce « remarquable » en Bourgogne, selon l’interprofession, qui s’est félicité jeudi de la bonne résistance de ses vins à l’export malgré un contexte économique mondial difficile, aggravé par la crise sanitaire.

Le Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB) attend des « vins élégants et fruités en rouge et des blancs à retenir dans les grandes années », a indiqué son président délégué François Labet, alors que se terminent des vendanges parmi les plus précoces jamais réalisées. En termes de volume, bien que la pluviométrie cet été a été « minimale », les viticulteurs prévoient une année « autour de la moyenne », après une très faible récolte en 2019 dûe aux aléas climatiques. Les vins de Bourgogne, dont près de la moitié des ventes sont réalisées à l’export, marquaient à la fin juillet « un recul de 7% en valeur et 7% en volume », a précisé le président du BIVB, Louis-Fabrice Latour.

Marchés contrastés

Ce recul est lié principalement à la baisse de « 25% en valeur » du marché américain, plombé par la surtaxe de 25 % décidée par le gouvernement Trump sur les importations de certains produits européens. Dans les autres pays, « la situation est très contrastée selon les marchés », a ajouté M. Latour, relevant notamment le succès des vins de Mâcon au Royaume-Uni, qui reprend sa place de premier pays importateur de vins de Bourgogne. Ou encore l’entrée de la Suède parmi les cinq premiers marchés en volume. En France, les ventes progressent dans la grande distribution (+2,5% en chiffre d’affaires) au premier semestre par rapport à la même période en 2019, soutenues par les ventes en magasins de proximité et en drive.

En revanche, le secteur de la restauration, qui représente « un quart des ventes » de Bourgogne, a beaucoup souffert depuis le début de la crise sanitaire. Le BIVB s’est ainsi associé à l’opération « Retournons au restaurant » du 17 septembre au 17 novembre pour soutenir les restaurateurs. Cette opération qui permettra aux clients de près de 2 000 restaurants partenaires en France d’obtenir une réduction de moitié de leur addition (hors boisson), « tient à coeur à la filière », a affirmé la directrice marketing et communication du BIVB, Virginie Valcauda.

Ceci vous intéressera aussi
Covid 19 : les chiffres de ce jeudi 14 mai
Affichette bien utiliser un masque

Bien utiliser un masque implique de respecter ces consignes| © Doc. ARS Bourgogne-Franche-Comté Ce jeudi 14 mai, 863 patients sont Lire l'article

Covid-19 : tour d’horizon des dernières mesures de soutien aux entreprises

Les dispositifs d'aides aux entreprises évoluent au fur et à mesure où le confinement se prolonge ou se modifie. L'Urssaf, Lire l'article

La Région attaque la fermeture des remontées mécaniques au Conseil d’État
La Région Bourgogne-Franche-Comté, avec quatre autres régions, conteste la fermeture des remontées mécaniques. Image par Adam Derewecki de Pixabay

La Région Bourgogne-Franche-Comté se joint aux Régions Auvergne-Rhône-Alpes, Sud, Occitanie et Grand Est pour contester devant le Conseil d'Etat la Lire l'article

Belfort : comment les Hydro mènent leur barque pour reprendre leur activité
General Electric a décidé de fermer l’entité Hydro de Belfort. 89 postes sont menacés. Qu’à cela ne tienne, des salariés ne baissent pas pavillon. Ils veulent recréer une activité et sauver les compétences, en s’appuyant sur les disposition de la loi Florange.

General Electric a décidé de fermer l’entité Hydro de Belfort. 89 postes sont menacés. Qu’à cela ne tienne, des salariés Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut