Besançon: un corps retrouvé, vraisemblablement celui d’un Serbe disparu en décembre

Le plan Alerte enlèvement déclenché pour une fillette de 8 ans dans les Vosges.

Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel |

(AFP)

Le corps d’un ressortissant serbe disparu depuis fin décembre à Besançon a vraisemblablement été découvert mercredi dernier dans une maison désaffectée sur les rives du Doubs, une autopsie confirmant la thèse d’un homicide, a-t-on appris mardi auprès du parquet.

 « Mercredi dernier un corps a été retrouvé dans une maison désaffectée, un ancien moulin au bord du Doubs », a précisé le procureur de la République de Besançon, Etienne Manteaux, confirmant une information du quotidien L’Est républicain.

« L’autopsie a montré que la personne avait subi de violents coups au niveau du crâne qui expliquaient certainement la mort. On n’a pas encore de confirmation génétique qu’il s’agit du disparu, mais les tatouages laissent peu de doutes qu’il s’agit du ressortissant serbe, résidant en Allemagne, disparu depuis le 23 décembre », a poursuivi le procureur. Selon des proches qui avaient signalé le 26 décembre sa disparition, il avait quitté son domicile outre-Rhin le 22 décembre, en possession d’une importante somme d’argent, pour acheter un véhicule dans la cité franc-comtoise.

L’homme avait fait le trajet avec sa propre voiture, retrouvée par la police à Besançon, dans le quartier de Planoise. Des traces de sang du disparu avaient été découvertes « en quantité significative » dans le coffre, avait expliqué M. Manteaux lors d’un point presse fin janvier. Un mandat d’arrêt européen a été émis à l’encontre d’un Serbe qui a résidé durant quelques jours à Besançon fin décembre, la dernière personne à avoir été vue en compagnie de la victime. Deux femmes, elles aussi d’origine serbe, avaient été incarcérées après avoir été en contact avec le fugitif, soupçonnées d’avoir nettoyé l’appartement qu’il avait occupé à Besançon. Mises en examen pour « modification d’une scène de crime » et « non dénonciation de crime », elles ont depuis été libérées, sans avoir fourni davantage d’éléments aux enquêteurs.

Ceci vous intéressera aussi
Affaire Péchier : l’anesthésiste de Besançon soupçonné de huit nouveaux cas d’empoisonnement
Affaire Péchier: sa caisse de prévoyance lui réclame le remboursement de 500.000 euros

Le tribunal judiciaire de Besançon. | ©Le Trois – illustration (AFP)La liste n'en finit pas de s'allonger pour l'anesthésiste Frédéric Péchier, déjà Lire l’article

Le boulanger de Besançon, l’ovni politique qui bouscule les codes

"Ces chaussures pleines de farine, je les emmènerai à l'Assemblée nationale" : arrivé en tête du premier tour des législatives Lire l’article

« Guerre de territoire » entre trafiquants à Besançon : jusqu’à 10 ans de prison
Affaire Péchier: sa caisse de prévoyance lui réclame le remboursement de 500.000 euros

Les membres d'un clan ayant participé à des affrontements armés pour le contrôle du trafic de drogue, entre novembre 2019 Lire l’article

Un adolescent de 15 ans blessé par balle lundi à Besançon est décédé

Un adolescent de 15 ans est décédé dimanche après avoir été gravement blessé par balles lundi dans le quartier Planoise Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal