Besançon: un corps retrouvé, vraisemblablement celui d’un Serbe disparu en décembre

Le plan Alerte enlèvement déclenché pour une fillette de 8 ans dans les Vosges.

Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel |

(AFP)

Le corps d’un ressortissant serbe disparu depuis fin décembre à Besançon a vraisemblablement été découvert mercredi dernier dans une maison désaffectée sur les rives du Doubs, une autopsie confirmant la thèse d’un homicide, a-t-on appris mardi auprès du parquet.

 « Mercredi dernier un corps a été retrouvé dans une maison désaffectée, un ancien moulin au bord du Doubs », a précisé le procureur de la République de Besançon, Etienne Manteaux, confirmant une information du quotidien L’Est républicain.

« L’autopsie a montré que la personne avait subi de violents coups au niveau du crâne qui expliquaient certainement la mort. On n’a pas encore de confirmation génétique qu’il s’agit du disparu, mais les tatouages laissent peu de doutes qu’il s’agit du ressortissant serbe, résidant en Allemagne, disparu depuis le 23 décembre », a poursuivi le procureur. Selon des proches qui avaient signalé le 26 décembre sa disparition, il avait quitté son domicile outre-Rhin le 22 décembre, en possession d’une importante somme d’argent, pour acheter un véhicule dans la cité franc-comtoise.

L’homme avait fait le trajet avec sa propre voiture, retrouvée par la police à Besançon, dans le quartier de Planoise. Des traces de sang du disparu avaient été découvertes « en quantité significative » dans le coffre, avait expliqué M. Manteaux lors d’un point presse fin janvier. Un mandat d’arrêt européen a été émis à l’encontre d’un Serbe qui a résidé durant quelques jours à Besançon fin décembre, la dernière personne à avoir été vue en compagnie de la victime. Deux femmes, elles aussi d’origine serbe, avaient été incarcérées après avoir été en contact avec le fugitif, soupçonnées d’avoir nettoyé l’appartement qu’il avait occupé à Besançon. Mises en examen pour « modification d’une scène de crime » et « non dénonciation de crime », elles ont depuis été libérées, sans avoir fourni davantage d’éléments aux enquêteurs.

Ceci vous intéressera aussi
Les Shifters, déclinaison locale du Shift project pour sensibiliser à la décarbonation

The Shifters est une association qui apporte un soutien bénévole aux travaux de The Shift Project, qui œuvre à la Lire l’article

Agriculture : vents contraires pour les circuits courts dans le pays de Montbéliard

Avec la fermeture de Coeur Paysan à Sochaux, c’est un marché promis à 2 millions d’euros de chiffre d'affaires par Lire l’article

Le poids croissant de la France dans le déploiement de l’hydrogène

L’Europe et la France tirent leur épingle du jeu dans l’innovation liée à l’hydrogène. Les laboratoires publics français dominent même Lire l’article

Le chômage baisse de 6,9 % en 2022 en Bourgogne-Franche-Comté

Les chiffres du chômage continuent de s’améliorer en Bourgogne-Franche-Comté. La tendance à la baisse se confirme. Elle est toutefois moins Lire l’article

Défilement vers le haut

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Scannez avec votre smartphone

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Aller au contenu principal