Besançon: Rashid Askari, condamné à 30 ans de prison pour féminicide, fait appel

Affaire Péchier: sa caisse de prévoyance lui réclame le remboursement de 500.000 euros

Le mari de Razia Askari, condamné il y a une semaine par les assises du Doubs à 30 ans de réclusion pour l’assassinat de son épouse, a fait appel, a indiqué à l’AFP son avocat, Me Randall Schwerdorffer.

Le mari de Razia Askari, condamné il y a une semaine par les assises du Doubs à 30 ans de réclusion pour l’assassinat de son épouse, a fait appel, a indiqué à l’AFP son avocat, Me Randall Schwerdorffer.

Rashid Askari, 41 ans, « fait appel de sa condamnation, car il estime que la peine est beaucoup trop sévère », a indiqué à l’AFP Me Randall Schwerdorffer, sans autre commentaire. Le 10 décembre, à l’issue de trois jours d’audience, la cour d’assises du Doubs avait condamné son client à trente ans de réclusion criminelle, une peine conforme aux réquisitions. Elle avait notamment assorti la peine d’une période de sûreté des deux-tiers et d’une interdiction du territoire français à
l’issue de son incarcération.
Le 30 octobre 2018, Razia Askari, une Afghane de 34 ans, rentrait dans un logement de l’association Solidarité femmes à Besançon où elle avait trouvé refuge, lorsque son mari l’avait attaquée. Après l’avoir suivie, il lui avait asséné 19 coups de couteau, l’égorgeant, avant de l’abandonner dans une marre de sang.
Rashid Askari avait été arrêté trois jours plus tard à l’aéroport d’Athènes où il avait fui.
Il avait reconnu avoir tué son épouse mais réfuté avoir prémédité son geste.
A l’audience la semaine dernière, il avait minimisé sa responsabilité, accablant la jeune femme décédée, sa belle-famille et l’Etat français, au grand dam des deux fils du couple qui n’attendaient de lui qu’une seule chose, « qu’il assume ce qu’il a fait à (leur) mère ».
Originaires d’Afghanistan, Razia Askari et ses enfants avaient rejoint l’accusé en 2017 pour s’installer en France. Très vite, elle avait déposé sept plaintes contre son mari pour violences volontaires sur conjoint, violences aggravées, viol et menaces de mort réitérées. Après avoir demandé le divorce, elle avait obtenu en juillet 2018 une ordonnance de protection délivrée par un juge des affaires familiales, interdisant à son mari de l’approcher.

Ceci vous intéressera aussi
Ces associations inquiètes de perdre des jeunes retraités 

Plusieurs associations du nord Franche-Comté sont inquiètes du projet de réforme qui propose de faire passer de 62 à 64 Lire l’article

Le fonds Vert doit aider les collectivités à financer leurs transitions

L’État a lancé le fonds Vert, pour accélérer la transition écologique et énergétique et soutenir les collectivités territoriales dans leurs Lire l’article

Jura : une mère et son bébé blessés à l’arme blanche, le suspect en soins psychiatriques

L'homme soupçonné d'avoir poignardé dans le Jura une mère et son bébé de deux mois a été placé en soins Lire l’article

Cravanche : Solar Impulse labellise les dalles de Purple

La fondation Solar Impulse vient de labelliser la solution des dalles perméables et recyclables de Purple alternative surface. Une entreprise Lire l’article

Défilement vers le haut

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Scannez avec votre smartphone

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Aller au contenu principal