Besançon : prison requise contre un prof de théâtre poursuivi pour agressions sexuelles

Affaire Péchier: sa caisse de prévoyance lui réclame le remboursement de 500.000 euros

Quatre ans de prison, dont deux avec sursis, ont été requis mercredi devant le tribunal correctionnel de Besançon à l’encontre d’un professeur de théâtre renommé, poursuivi pour agressions, harcèlement et chantage sexuel sur dix anciens étudiantes et étudiant qu’il faisait répéter nus.

(AFP)

Quatre ans de prison, dont deux avec sursis, ont été requis mercredi devant le tribunal correctionnel de Besançon à l’encontre d’un professeur de théâtre renommé, poursuivi pour agressions, harcèlement et chantage sexuel sur dix anciens étudiantes et étudiant qu’il faisait répéter nus.

Le procureur de la République, Étienne Manteaux, a également requis une interdiction d’enseigner et une obligation de soins à l’encontre de Guillaume Dujardin, 50 ans, professeur à l’Université de Franche-Comté et créateur du Festival de Caves, poursuivis pour des faits commis entre 2014 et 2017. Le tribunal rendra sa décision le 21 octobre. Le procureur a souligné « l’emprise redoutable » du prévenu sur ses victimes, « passionnées de théâtre », et ses « méthodes de gourou » qui « s’immiscent dans leur vie privée et connait leurs failles pour prendre le pouvoir ».

Neuf anciennes étudiantes et un ancien étudiant du DEUST de théâtre à Besançon se sont portés partie civile. « Cette emprise avait pour finalité d’assouvir ses fantasmes : obtenir qu’elles se masturbent devant lui, simulent des viols ou encore se laissent photographier nues », a poursuivi le procureur. Jeunes femmes au sortir de l’enfance, elles trouvaient en « tonton Duj » une « figure paternel », un « mentor théâtral » qui leur intimait progressivement de « se lâcher », de se « salir », voire de se « déglinguer ». Il proposait à certains de « travailler » seuls ou en petits groupes en dehors des heures de cours et leurs faisait répéter des scènes nus. Il leur demandait de « s’embrasser », de « se goûter », de « se toucher les parties intimes », ont témoigné les étudiants devant le tribunal. « Je suis le « matteur » en scène », disait-il à ses élèves.

"Brisées"

« Pour moi, c’était un jeu d’acteur », a affirmé Guillaume Dujardin, ne « comprenant fondamentalement pas » l’effet qu’il avait produit : « j’ai fait une erreur fondamentale dans cette histoire, c’est de penser que je parlais à des amis ». « Le théâtre marchait avec les limites, toujours avec l’accord de l’acteur », assure M. Dujardin, « la limite du sexuel, c’était mon sujet de travail et c’était ma manière de travailler de les faire se confronter à la réalité de l’art ». « On se sert de l’alibi théâtre », a fustigé leur avocate, Me Anne Lassalle. « Le non n’était pas facile, c’était mon professeur, mon directeur de promotion, ce n’était pas n’importe qui », a expliqué une jeune femme en pleurant, disant avoir cédé par « usure » à « une insistance permanente ».

« Brisées », ces étudiantes devenues « femmes-objets » ont témoigné du « dégoût d’elles-mêmes » issu de ces séances et de ces relations. L’une d’elles, devenu anorexique, puis boulimique, a fait « quatre tentatives de suicides » et « a même pensé à se prostituer, tellement son corps était devenu un déchet », a rappelé Me Lassalle. L’avocat du prévenu, Me Mikaël Le Denmat, a quant à lui plaidé la relaxe, estimant que M. Dujardin n’avait « pas imposé de jouer nu à ses élèves » et qu’il « n’y a pas d’absence de consentement » sur les dossiers d’agressions sexuelles.

PUB
Ceci vous intéressera aussi
Transports : pourquoi pas un RER à Besançon ou Mulhouse ?

Mulhouse et Besançon font partie des métropôles citées par la loi d'orientation des mobilités (LOM) comme susceptibles d'être desservies par Lire l'article

Besançon: prison ferme pour un professeur de théâtre poursuivi pour agressions sexuelles
Besançon

L'enseignant demandait aux élèves de jouer nus, et de se livrer à des attouchements. Pour sa défense, il a expliqué Lire l'article

Affaire Narumi: un transport sur les lieux organisé en présence du suspect

Le principal suspect a été auditionné ce mercredi matin, avant d'être transporté sur le campus universitaire de Besançon pour « confronter Lire l'article

Samuel Paty « méritait » de mourir : quatre mois de prison avec sursis pour une étudiante de Besançon
Hommage à Samuel Paty, le 21 octobre 2020 à Belfort.

Une étudiante en biologie de 19 ans, qui avait écrit sur Facebook que Samuel Paty "méritait" de mourir avant de Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut