Besançon : le suspect qui a poignardé un ambulancier à mort hospitalisé en psychiatrie

L’homme interpellé samedi à Besançon pour avoir tué de deux coups de couteau un ambulancier qui se présentait à son domicile a été hospitalisé en psychiatrie, a indiqué lundi le parquet.

(AFP)

L’homme interpellé samedi à Besançon pour avoir tué de deux coups de couteau un ambulancier qui se présentait à son domicile a été hospitalisé en psychiatrie, a indiqué lundi le parquet.

« Son état de santé mentale n’était pas compatible avec une garde à vue et une décision d’hospitalisation sans consentement a été prise par le préfet », a précisé le procureur de la République Étienne Manteaux lors d’une conférence de presse. « Le point central de ce dossier sera de déterminer l’état psychique dans lequel il se trouvait au moment des faits », a-t-il ajouté, annonçant qu’il avait ouvert une information judiciaire lundi pour « homicide volontaire » et « tentative d’homicide ».

Le procureur a requis la mise en examen du suspect, qui doit être prononcée dans un délai de 10 jours. Si l’homme est ensuite placé en détention provisoire, comme le souhaite le parquet, il sera soumis à un double statut d’incarcération et d’hospitalisation dans une unité hospitalière spécialement aménagée (UHSA). Inquiète de son attitude agressive, la mère du suspect avait appelé le Samu samedi matin. Deux ambulanciers se sont alors rendus à son domicile, dans le quartier Planoise de Besançon. Le quadragénaire a ouvert sa porte une première fois, avant de la refermer, évoquant « des gens voulant attenter à sa vie », a expliqué M. Manteaux. Il a ensuite rouvert la porte et asséné deux coups de couteau mortels au thorax à l’un des ambulanciers, Moussa Dieng, 50 ans, originaire du Sénégal, avant de blesser de quatre autres coups un de ses voisins.

Le forcené a ensuite foncé sur un père de famille, accompagné de son fils de huit ans, qui a réussi à le désarmer après avoir été blessé à l’oreille. La police est arrivée « cinq minutes après les pompiers », et l’a interpellé, a ajouté le procureur, qui n’a pas relevé « à ce stade de dysfonctionnement majeur » entre les services. Condamné une fois en 2006 pour des violences, il souffre de pathologies psychiatriques graves depuis environ 20 ans. Le parquet a souligné que d’après la mère, l’homme est « gentil » quand il va bien, mais peut devenir dangereux quand il décompense au niveau psychiatrique.

Ceci vous intéressera aussi
« Guerre de territoire » entre trafiquants à Besançon : jusqu’à 10 ans de prison
Affaire Péchier: sa caisse de prévoyance lui réclame le remboursement de 500.000 euros

Les membres d'un clan ayant participé à des affrontements armés pour le contrôle du trafic de drogue, entre novembre 2019 Lire l'article

Du fournil au marché dominical, le « boulanger humaniste » de Besançon entre en campagne

Stéphane Ravacley, le "boulanger humaniste" de Besançon est entré officiellement en campagne, celle des législatives de juin.

Jonathann Daval condamné en appel à 160 000 euros de dommages-intérêts
Jonathann Daval procès novembre Vesoul

La cour d'appel de Besançon a confirmé vendredi la condamnation de Jonathann Daval, qui purge une peine de 25 ans Lire l'article

Belfort : des enseignants du Courbet dénoncent la désorganisation liée à la réforme du lycée

Des enseignants du lycée Gustave-Courbet, à Belfort, ont publié une lettre ouverte adressée à la rectrice académique pour dénoncer la Lire l'article

Défilement vers le haut