Belfort: plaintes après des incidents lors de la manifestation anti-passe

Le message posté sur la page Facebook de la préfecture.

Des manifestants ont tenté de s’introduire dans les locaux de L’Est Républicain et ont apposé des taggué « Collabo » dans le hall du bâtiment qui abrite la rédaction.

(AFP)

Des manifestants ont tenté de s’introduire dans les locaux de L’Est Républicain et ont apposé des taggué « Collabo » dans le hall du bâtiment qui abrite la rédaction.

Des plaintes ont été déposées après des incidents durant la manifestation contre le passe sanitaire, hier samedi à Belfort: des participants ont notamment tenté de s’introduire dans les locaux du quotidien L’Est Républicain, a dénoncé dimanche la préfecture.
Le préfet Jean-Marie Girier « dénonce avec fermeté les graves incidents survenus au cours de la manifestation des antivax », a indiqué la préfecture dans un communiqué diffusé sur ses comptes Twitter et Facebook.
« Intrusion dans les locaux de L’Est Républicain et menace des journalistes », « dégradation » de la Caisse primaire d’assurance maladie et « intrusion dans une bibliothèque municipale », détaille la préfecture, qui précise que « la justice est saisie ».
« Des riverains ont d’ores et déjà déposé plainte », a précisé à l’AFP Jean-Marie Girier, précisant que la préfecture n’avait pas déposé plainte « puisque les faits (avaient) fait l’objet de plaintes ou de flagrances ». « Pas de dégradations majeures » constatées, « si ce n’est des tags, comme un tag « Collabo » dans le hall de L’Est Républicain », a ajouté le préfet.
« Des conséquences en seront tirées pour les prochaines manifestations », a encore prévenu la préfecture dans son communiqué.
Des manifestants, qui accusaient notamment « le quotidien de « diffuser de fausses informations »« , « ont forcé le portail du porche, puis la porte d’entrée de l’immeuble, qui ont cédé sous la pression », relate L’Est Républicain.
« Une foule, estimée à au moins 100 personnes par les habitants de l’immeuble, a pénétré dans le hall et dans la cage d’escalier avant de chercher à s’introduire » dans l’agence du quotidien mais, « malgré les coups d’épaule, la porte de la rédaction a résisté », indique encore le journal.
« Les contestataires sont repartis après avoir jeté à terre des reproductions d’articles de notre journal, déchirées et froissées, et avoir lancé des œufs dans les communs », explique le quotidien.
Les insultes, les prises à partie voire les agressions envers les journalistes sont fréquentes lors des manifestations contre le passe sanitaire.
Fin juillet, un cortège anti-passe s’était ainsi arrêté devant les locaux de France Bleu Belfort-Montbéliard et de L’Est Républicain pour y déverser une pluie d’insultes. Et le 17 juillet à Besançon, un reporter de la radio associative Radio Bip/Media 25 avait reçu un coup de poing asséné par un manifestant.

Ceci vous intéressera aussi
Covid-19 : la 7e vague se renforce en Bourgogne-Franche-Comté

Les autorités sanitaires invitent les personnes éligibles à recevoir la 2e dose de rappel. | ©Le Trois – archives « La dynamique épidémique Lire l'article

Le confinement a accentué les inégalités autour du logement

Le confinement du printemps 2020 a "resserré" notre lien au logement, mais a aussi accentué les inégalités, au détriment des Lire l'article

Covid-19 : les restrictions évoluent à l’hôpital Nord-Franche-Comté

L’hôpital Nord-Franche-Comté allège les restrictions vis-à-vis des visites, compte tenu de l’évolution de la pandémie de covid-19. Une pandémie, qui Lire l'article

Covid-19 : l’hôpital Nord-Franche-Comté lève le plan Blanc

Le plan Blanc était actif à l’hôpital Nord-Franche-Comté depuis le 7 décembre, afin de faire face à la 5e vague Lire l'article

Défilement vers le haut