Belfort: le Département va mettre en place des centres de vaccination de proximité

Illustration - Image par Vesna Harni de Pixabay

Le dispositif doit être opérationnel à partir du lundi 1er février, à Châtenois-les-Forges : le Département prépare un dispositif de vaccination avec pour objectif de metrre en place des permanences vaccinales à 5 kilomètre des habitations.

Le dispositif doit être opérationnel à partir du lundi 1er février, à Châtenois-les-Forges : le Département du Territoire de Belfort prépare un dispositif de vaccination avec pour objectif de mettre en place des permanences vaccinales à moins de 5 kilomètres des habitations.

C’est un véritable maillage départemental que s’efforce de mettre en place le conseil départemental du Territoire de Belfort. Florian Bouquet, son président, l’a présenté ce lundi matin, conjointement avec le préfet, Jean-Marie Girier, et la déléguée territoriale Nord-Franche-Comté de l’agence régionale de santé (ARS), Agnès Hochart, et le directeur du service départemental d’incendie et de secours (Sdis 90), le colonel Philippe Pautigny.

Ce dispositif consiste à créer onze centres de vaccination à travers le département, qui ouvriront successivement au cours des semaines à venir pour les personnes prioritaires (plus de 75 ans, personnes à risque disposant d’une ordonnance médicale). Ainsi, la semaine prochaine, un centre sera ouvert les lundi 1er et mardi 2 février à Chatenois-les-Forges (gymnase). Les mercredi 3 et jeudi 4 février, ce sera Rougemont-le-Château (foyer rural). Les vendredi 5 et samedi 6 février : Fontaine (salle polyvalente).

Les autres centres sont prévus à Andelnans, Beaucourt, Bourogne, Delle, Giromagny, Offemont (voir la carte), qui ouvriront successivement, suivant un calendrier qui reste à préciser. L’objectif, a expliqué Florian Bouquet, président du conseil départemental, est « d’installer un point de vaccination à moins de cinq kilomètres des habitations » et d’ « amplifier l’action de l’État » dans la campagne de vaccination.

330 nouveaux vaccins

À ce jour, 330 vaccins sont disponibles, qui permettent de lancer le dispositif, à raison de soixante vaccinations par jour en milieu rural (donc en plus des vaccinations déjà programmées dans les centres de vaccination du Phare, de Giromagny et de Grandvillars).

Inutile de se précipiter sur Doctolib ou sur le numéro de téléphone lancé voici quelques semaines pour s’inscrire à ces vaccinations décentralisées.

 

0
40% des plus de 75 ans du Territoire de Belfort auront été vaccinés en fin de cette semaine. 1300 personnes l'ont déjà été et 2000 rendez-vous ont été pris pour la semaine qui commence.

Les secondes injections garanties

Les personnes concernées reçoivent à partir de ce lundi dans leur boîte aux lettres une information leur présentant ce dispositif, avec le numéro spécifique qu’ils doivent appeler. Ce numéro est différent selon le secteur géographique. Un autre objectif de ce dispositif est de toucher des personnes qui ne sont pas forcément connectées.

Le Département assure la gestion informatique sur site, avec la fourniture de lecteurs de cartes vitales ou des cartes professionnelles des médecins. Les sapeurs-pompiers assurent un appui logistique. Et sur place, un médecin, de préférence du secteur géographique où se trouve la permanence vaccinale, assure la consultation préalable, et une infirmière assure l’injection. « Ce dispositif vient répondre à la nécessaire proximité, s’est félicité le préfet du Territoire de Belfort. C’est une logique du « aller vers », et en l’occurrence, aller vers les publics les moins mobiles ».

Outre cette décentralisation à travers le département, le conseil départemental a également prévu de mobiliser les aides à domicile pour aller chercher les personnes isolées de plus de 75 ans et les bénéficiaires de l’allocation personnalisée d’autonomie ou de la prestation de compensation du handicap, les accompagner et les reconduire chez elles. Un budget de 75 000 euros est alloué à ce service complémentaire.

Les 330 vaccins prévus sont des premières injections. Pour elles comme pour les premières injections programmées à Belfort, Giromagny ou Grandvillars, les secondes injections sont assurées à assuré le préfet : « Un premier vaccin provoque le blocage du second dans les stocks nationaux, indique Jean-Marie Girier. Nous assurons la première vaccination et la seconde vaccination avec le même produit et au même endroit. »

Et même s’il est question d’espacer le délai entre les deux vaccinations, le préfet assure qu’il n’y a aucune inquiétude à avoir : toutes les hypothèses sont en cours d’étude, avec le maintien de la date de la seconde injection comme son report, mais en aucun cas son annulation.

La carte des points de vaccination avec les zones qu'ils recouvrent.
La carte des points de vaccination avec les zones qu'ils recouvrent.
Ceci vous intéressera aussi
Alain Fousseret, l’écologie en partage

C’est un pionnier de l’écologie politique qui s’en est allé subitement. Alain Fousseret, ancien vice-président du conseil régional Franche-Comté, est Lire l’article

La pive, cette monnaie locale qui se développe dans le Territoire de Belfort

Redonner du sens à l’économie. Promouvoir une économie locale et circulaire. C’est le but de la pive, une monnaie locale Lire l’article

Les Fake news : la construction d’une autre réalité [vidéo]

Les Fake news inondent nos réseaux à une échelle jamais vu et avec une rapidité qu’il est très difficile de Lire l’article

40 communes du nord Franche-Comté ont un fort potentiel radon dans leur habitat

Le pôle métropolitain, après une étude de l’institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, propose aux communes potentiellement soumises à Lire l’article

Défilement vers le haut Aller au contenu principal