Belfort : l’association 8I8 Papillon rouge donne des ailes aux quartiers

L'association 8I8 Papillon Rouge organise des Colos apprenantes cet été avec le soutien de la préfecture.

L’association 8I8 Papillon Rouge, qui rassemble des familles de différents quartiers de Belfort, participe aux dispositifs Vacances apprenantes en organisant trois séjours cet été pour une centaine d’enfants : les colos apprenantes. Cette jeune association se décarcasse pour animer et mobiliser les quartiers. Rencontre.

L’association 8I8 Papillon Rouge, qui rassemble des familles de différents quartiers de Belfort, participe aux dispositifs Vacances apprenantes en organisant trois séjours cet été pour une centaine d’enfants : les Colos apprenantes. Cette jeune association se décarcasse pour animer et mobiliser les quartiers. Rencontre.

Parfois, la vie réserve des timings surprenant. D’un côté, une jeune association qui regroupe des familles résidant dans différents quartiers de la cité du Lion : les Résidences, les Glacis, Dardel, L’Arsot… Son objectif, tel qu’il est résumé dans l’annonce de sa création : « Développer des projets sociaux à but humanitaire (voyages, rencontres interculturelles etc…), organiser des rencontres citoyennes à travers des manifestations festives et à but non lucratives afin de soutenir les séjours organisés, mobiliser un maximum de Belfortains et de les rendre acteurs de leurs projets, participer et organiser des évènements annuels et ponctuels, sensibiliser et développer des actions participatives autour du développement durable (écologie, éco-citoyenneté́). » De l’autre côté, l’État  veut limiter les effets négatifs provoqués par le confinement et l’enchaînement des vacances scolaires estivales. Pour éviter de créer « une génération covid », expliquait à ce sujet, David Philot, préfet du Territoire de Belfort, à l’occasion d’une conférence de presse. Différents dispositifs, intégrés dans l’opération Vacances apprenantes, sont mis en place, pour garder le fil de l’apprentissage. Dans le Territoire de Belfort, 1 500 enfants vont en bénéficier.

Au mois de mai, les dynamiques de l’association et de l’État se sont rencontrées. L’association 8I8 Papillon Rouge projetait d’organiser des séjours familiaux. Ce n’était encore qu’au stade du désir. Avec la préfecture, elle a intégré le dispositif Vacances apprenantes, en lien aussi avec l’Éducation nationale. La préfecture finance largement les trois Colos apprenantes que l’association organise à Sète, Marseille et en Corse. Une centaine d’enfants vont y participer.

« Avec une association, on peut viser plus haut et plus loin »

L’association 8I8 Papillon Rouge est née en septembre 2019. C’est un regroupement de mamans. Mais des mamans qui ne sont pas forcément inscrites dans d’autres associations. « Ce sont des invisibles, pour reprendre un terme de langage social », relève Jihad Bourouba, trésorier de l’association et moteur de cette dynamique enclenchée avec la préfecture. En 2019, il avait organisé un voyage humanitaire en Égypte avec quelques jeunes, auprès d’une structure qui accueillait des enfants autistes. Au retour, il avait organisé des soirées de présentation. Des mamans sont venues. Puis elles sont revenues. Une dynamique a été enclenchée. « Plus on échangeait, plus on se rendait compte de besoins », analyse Jihad. Des besoins d’accès à la culture, par exemple, qu’ils soient pratiques ou financiers. L’association s’est construite autour de ces constats.

Zineb, 20 ans, vient de rejoindre l’association. « J’ai bien aimé leur manière de nous accueillir », confie-t-elle. Elle a rencontré 8I8 Papillon rouge en assistant à un spectacle organisé par l’association.  « Dans la vie de tous les jours, on veut agir. Mais avec une association, on veut viser plus haut et plus loin », insiste celle qui aimerait devenir éducatrice spécialisée. « Le combat que l’on mène, poursuit-elle, on le fait pour les gens du quartier. »

Jihad ne dit pas autre chose. « Quand tu es dans un quartier, explique-t-il, soit tu subis, soit tu mets en place des actions. Nous partons tellement de loin que nous voulons construire. » Le jeune homme n’en est pas à son premier coup d’essai. Il a par exemple déjà organisé des maraudes pour aider des gens dans le besoin et dans la rue.

« On arrive à mobiliser le quartier »

Dans le cadre de ces séjours labellisés Colos apprenantes, Jihad a construit les projets autour de deux dynamiques : l’écologie, avec le projet « Touche pas à mon environnement » ; et la lutte contre le communautarisme, avec le projet « Melting pot contre communautarisme ». Au cours des séjours, les jeunes seront amenés à réfléchir à ces sujets. Le financement de la préfecture  et le travail de l’association permettent de rendre ces séjours très accessibles : 40 euros par adulte et 20 euros par enfant, pour 7 jours.

Quelques places sont aussi ouvertes à des adultes, pour l’encadrement. Un choix opéré à la suite « de retours des terrains », explique Jihad. D’avoir quelques parents, identifiés par tous, facilite le départ de certains enfants alors que les parents auraient pu être récalcitrants initialement s’ils ne connaissaient pas les encadrants. L’association a recruté un directeur et des animateurs pour encadrer les séjours.

8I8 Papillon Rouge cultive une image dynamique. Une image construite autour de projets. « Mon rêve va se réaliser, confie Jihad, originaire des Résidences. On arrive à mobiliser le quartier. Ces gens sont mes voisins et ils vont avoir des vacances. » Le déconfinement a accéléré le développement de l’association et mis sur le devant de la scène ses combats quotidiens. Et en ce moment, 33 jeunes sont à Sète.  

PUBLICITÉ

Défilement vers le haut