Belfort: deux policiers municipaux mis en examen pour « faux en écriture »

Belfort: deux policiers municipaux mis en examen pour "faux en écriture"

Deux policiers municipaux de Belfort ont été mis en examen à Besançon pour « faux en écriture » pour avoir fait un rapport fallacieux sur l’interpellation du conducteur d’un scooter en avril, a-t-on appris vendredi auprès du parquet.

(AFP)

Deux policiers municipaux de Belfort ont été mis en examen à Besançon pour « faux en écriture » pour avoir fait un rapport fallacieux sur l’interpellation du conducteur d’un scooter en avril, a-t-on appris vendredi auprès du parquet. – mis à jour le 4 septembre à 21h54.

Ils ont été mis en examen jeudi dans une enquête pour « faux en écriture publique par personne dépositaire de l’autorité publique », diligentée par le procureur de Belfort, avant d’être dépaysée à Besançon. Les deux agents n’ont pas été placés en détention ou sous contrôle judiciaire, a précisé à l’AFP le procureur de la République de Besançon Étienne Manteaux, confirmant une information de France Bleu Belfort.

« Les deux policiers municipaux ont admis des distorsions entre ce qu’ils ont écrit et ce que montre une caméra de vidéo-surveillance qui a filmé la scène. Mais ils affirment qu’il n’y avait aucune intention coupable de leur part et que leurs écrits traduisent leur sentiment du moment », a-t-il précisé.

Vidéo-surveillance

Cette enquête fait suite à l’interpellation d’un conducteur de scooter menée le 17 avril par ces deux agents municipaux. Dans leur rapport, ils avaient indiqué que l’homme s’était livré à une transaction douteuse avant de s’enfuir et de les percuter à deux reprises alors qu’ils lui demandaient de s’arrêter. Sur les images de vidéo-surveillance de la ville, « on ne voit pas de crime ou de délit commis par le conducteur du scooter », mais « on voit qu’un agent municipal percute le scooter avec son vélo et va au contact du conducteur », avait noté le procureur de Besançon lors du dépaysement.

« Je constate que les violences policières n’ont pas été retenues par la juge d’instruction », s’est félicité le maire de Belfort, Damien Meslot (LR). « Il s’agit donc d’un problème de rédaction d’un compte-rendu, ce sont des faits mineurs pour lesquels la justice suit son cours », a-t-il estimé. Les deux agents municipaux, « sont toujours en activité », a ajouté M. Meslot.

À la suite de cette affaire, le maire de Belfort Damien Meslot avait suspendu « pour une durée indéterminée » certaines actions de coopération entre la police municipale et la police nationale. Il jugeait alors la garde à vue des deux policiers municipaux « disproportionnée ».

Ceci vous intéressera aussi
Agriculture : vents contraires pour les circuits courts dans le pays de Montbéliard

Avec la fermeture de Coeur Paysan à Sochaux, c’est un marché promis à 2 millions d’euros de chiffre d'affaires par Lire l’article

Le poids croissant de la France dans le déploiement de l’hydrogène

L’Europe et la France tirent leur épingle du jeu dans l’innovation liée à l’hydrogène. Les laboratoires publics français dominent même Lire l’article

Le chômage baisse de 6,9 % en 2022 en Bourgogne-Franche-Comté

Les chiffres du chômage continuent de s’améliorer en Bourgogne-Franche-Comté. La tendance à la baisse se confirme. Elle est toutefois moins Lire l’article

Hydrogène : Bruno Le Maire attendu sur le futur site de McPhy

Les travaux de la futur gigafactory de McPhy sont bien lancés. La construction sera menée par le groupe GSE. Bruno Lire l’article

Défilement vers le haut

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Scannez avec votre smartphone

LeTrois, partout avec vous...

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Aller au contenu principal