Belfort: deux policiers municipaux mis en examen pour « faux en écriture »

Belfort: deux policiers municipaux mis en examen pour "faux en écriture"

Deux policiers municipaux de Belfort ont été mis en examen à Besançon pour « faux en écriture » pour avoir fait un rapport fallacieux sur l’interpellation du conducteur d’un scooter en avril, a-t-on appris vendredi auprès du parquet.

(AFP)

Deux policiers municipaux de Belfort ont été mis en examen à Besançon pour « faux en écriture » pour avoir fait un rapport fallacieux sur l’interpellation du conducteur d’un scooter en avril, a-t-on appris vendredi auprès du parquet. – mis à jour le 4 septembre à 21h54.

Ils ont été mis en examen jeudi dans une enquête pour « faux en écriture publique par personne dépositaire de l’autorité publique », diligentée par le procureur de Belfort, avant d’être dépaysée à Besançon. Les deux agents n’ont pas été placés en détention ou sous contrôle judiciaire, a précisé à l’AFP le procureur de la République de Besançon Étienne Manteaux, confirmant une information de France Bleu Belfort.

« Les deux policiers municipaux ont admis des distorsions entre ce qu’ils ont écrit et ce que montre une caméra de vidéo-surveillance qui a filmé la scène. Mais ils affirment qu’il n’y avait aucune intention coupable de leur part et que leurs écrits traduisent leur sentiment du moment », a-t-il précisé.

Vidéo-surveillance

Cette enquête fait suite à l’interpellation d’un conducteur de scooter menée le 17 avril par ces deux agents municipaux. Dans leur rapport, ils avaient indiqué que l’homme s’était livré à une transaction douteuse avant de s’enfuir et de les percuter à deux reprises alors qu’ils lui demandaient de s’arrêter. Sur les images de vidéo-surveillance de la ville, « on ne voit pas de crime ou de délit commis par le conducteur du scooter », mais « on voit qu’un agent municipal percute le scooter avec son vélo et va au contact du conducteur », avait noté le procureur de Besançon lors du dépaysement.

« Je constate que les violences policières n’ont pas été retenues par la juge d’instruction », s’est félicité le maire de Belfort, Damien Meslot (LR). « Il s’agit donc d’un problème de rédaction d’un compte-rendu, ce sont des faits mineurs pour lesquels la justice suit son cours », a-t-il estimé. Les deux agents municipaux, « sont toujours en activité », a ajouté M. Meslot.

À la suite de cette affaire, le maire de Belfort Damien Meslot avait suspendu « pour une durée indéterminée » certaines actions de coopération entre la police municipale et la police nationale. Il jugeait alors la garde à vue des deux policiers municipaux « disproportionnée ».

Ceci vous intéressera aussi
Les salariés de Boiron « en colère » contre le plan social

Le centre de distribution de Boiron, à Belfort, ferme le 23 janvier 2021. Une décision annoncée début mars. Depuis, les Lire l'article

Alstom signe le rachat de Bombardier pour 5,3 milliards d’euros

Le constructeur ferroviaire français Alstom a annoncé mercredi la signature du contrat d'acquisition du canadien Bombardier Transport pour un prix Lire l'article

Les travaux de l’immeuble hydrogène de Territoire Habitat attendus en septembre 2021
Territoire Habitat doit construire deux immeubles de 15 logements, dont un chauffé à l'hydrogène, promenade François-Mitterrand, à Belfort.

Dans les dynamiques hydrogène du nord Franche-Comté, l’immeuble de Territoire Habitat qui doit être chauffé grâce à cette technologie est Lire l'article

General Electric scelle le sort d’Hydro à Belfort
Marie-Guite Dufay a écrit au ministre de l'Économie Bruno Le Maire pour lui demander d'intervenir face à la demande de GE de baisser les prix de 20%.

General Electric a organisé ce vendredi un comité social et économique (CSE) local pour exposer aux partenaires sociaux le plan Lire l'article

Contenus sponsorisés


Défilement vers le haut