Belfort : de nouveaux panneaux touristiques sur l’A36

Des panneaux touristiques sur le bord de l'A36, dans le Territoire de Belfort.

Le conseil départemental du Territoire de Belfort signe une convention avec APRR, concessionnaire de l’autoroute A36. Elle vise à renouveler les panneaux de signalisation d’animation culturelle et touristique sur le bord de l’autoroute. Six devraient fleurir dans les prochains mois.

Le conseil départemental du Territoire de Belfort signe une convention avec APRR, concessionnaire de l’autoroute A36. Elle vise à renouveler les panneaux de signalisation d’animation culturelle et touristique sur le bord de l’autoroute. Six devraient fleurir dans les prochains mois.

La société des autoroutes Paris-Rhin-Rhône (APRR), concessionnaire de l’autoroute A36, envisage l’implantation de 6 panneaux d’animation culturelle et touristique. Dans le sens Mulhouse-Besançon, deux panneaux seront installés avant le diffuseur 14 « Belfort Nord » et un panneau sera installé avant le diffuseur 11 « Héricourt RN 1019 ». Dans le sens Besançon-Mulhouse, trois panneaux seront installés avec le diffuseur 11. « Cette nouvelle signalétique, indique le conseil départemental dans son rapport, particulièrement attractive, prend la forme de totem en format vertical de 3 mètres de largeur par 6,6 mètres de hauteur, dont 2/3 consacrés à une illustration et 1/3 à la thématique choisie. » APRR assure « la fourniture, la mise en place et la maintenance des panneaux ».

3 secondes d’attention

Ces panneaux marrons, créés dans les années 1970, avaient un rôle sécuritaire rappelle APRR, afin « de rompre la monotonie ». Cette signalisation indique aussi les « richesses culturelles, touristiques et économiques locales », notait APRR dans un communiqué de presse de septembre 2019, présentant une centaine de panneaux installés sur son réseau. « Il n’est pas exagéré d’affirmer que cette signalisation établit un lien étroit entre l’autoroute et le territoire traversé, remarque également le concessionnaire autoroutier, participant ainsi à sa mise en valeur, sa promotion et son développement. »

À 130 km/h, les automobilistes ont 3 secondes pour percevoir le message, associant texte et image. « La gageure consiste donc à interpeller dans trop retenir l’attention des conducteurs, mais en générant dans le véhicule des débats et des envies d’escapades », relève APRR.

Concernant les panneaux belfortains, il y aura cinq motifs différents. Le conseil départemental a été associé afin « d’assurer une cohérence avec les enjeux touristiques départementaux ». Le thème reproduit deux fois mettra à l’honneur « Le Département du Territoire de Belfort, entre lac et montagne ». Ensuite, les quatre autres panneaux auront pour thème : « Site naturel du Malsaucy » ; « Terre de vélo aux portes de la Suisse » ; « Belfort – citadelle et fortifications » ; « Ballon d’Alsace, station quatre saisons ».

Le graphiste est recruté par APRR. Il intervient sur tout l’itinéraire. Dans le Doubs, c’est le Hollandais Fred van Deelen qui a réalisé les 18 thématiques des 31 panneaux, présentés fin 2019. Avec cette méthode d’un artiste par itinéraire, « APRR garantit ainsi une homogénéité de style sur les parcours tout en créant une véritable galerie d’art à ciel ouvert », note le concessionnaire sur son site Web. Fin 2020, 411 panneaux auront été posés sur le réseau APRR/AREA, en cinq ans.

106 000 euros

De son côté, le conseil départemental s’engage à verser « une participation en investissement d’un montant s’élevant à 106 000 euros HT ». Cela signifie un coût de 18 000 euros par panneau et de 17 000 euros par panneau utilisé en couple. Cette participation à la prestation comprend « le pilotage du projet, les aspects artistiques, la dépose des anciens panneaux et d’autres par la fabrication, la fourniture ainsi que la pose ou la modification des nouveaux panneaux, y compris l’exécution des massifs de fondation, l’implantation des dispositifs de retenue éventuellement nécessaires et les frais de balisage », peut-on lire dans la convention qui lie le Département à APRR.

Des élus s’étonnent de l’absence, dans la convention, de la part que représente ces 106 000 euros dans le budget total du projet, qui n’est pas communiqué. Et ils ont le sentiment que le conseil départemental paie finalement tout. « C’est une participation à 100 % », en rigole Julie de Breza, conseillère départementale d’opposition (MoDem).

Aucun calendrier n’a été communiqué. Et la décision finale d’implantation reviendra au préfet de la Région Bourgogne-Franche-Comté, après qu’APRR ait déposé un dossier.

Ceci vous intéressera aussi
Territoire de Belfort : le risque de rupture d’alimentation en eau potable est sérieux 

Lors d’une conférence de presse mercredi 10 août, le préfet du Territoire de Belfort, Raphaël Sodini est revenu sur les Lire l'article

L’histoire entremêlée du Jura suisse et de l’Aire urbaine Belfort-Montbéliard

Depuis le Moyen Age, l'Aire Urbaine et son voisin suisse possèdent une histoire commune. Cette proximité s'est renforcée depuis la Lire l'article

Covid-19 : plus de passe sanitaire demandé à l’entrée de l’hôpital Nord Franche-Comté

L’hôpital Nord Franche-Comté lève le filtrage lié au passe sanitaire à l’entrée de ses établissements, dès le lundi 1er août, Lire l'article

Des vers luisants dans la nuit

Les habitants de la région Bourgogne-Franche-Comté sont invités à participer à une enquête en ligne pour recenser les vers luisants Lire l'article

Défilement vers le haut