Belfort : 76 arbres plantés au square Lechten

Le square Emile-Lechten se refait une beauté cette année. Dans ce processus, 76 arbres vont être plantés ce mois-ci. Venant remplacer ceux qui avaient été abattus au mois de février.

Le square Emile-Lechten se refait une beauté cette année. Dans ce processus, 76 arbres vont être plantés ce mois-ci. Venant remplacer ceux qui avaient été abattus au mois de février.

Après la rénovation complète du grand portail, l’extension de 1000 m² et le réaménagement de deux pergolas, il ne manquait plus que des nouvelles plantations pour faire du square Lechten un tout nouveau lieu de vie, de balades, de déambulations. 76 arbres au total seront plantés. En février, la moitié avait été abattue. Une décision qui n’avait pas toujours été comprise, raconte Yves Vola, adjoint au maire délégué à l’écologie, la nature en ville et les transports urbains. « La décision concernant les arbres que nous avons abattus au mois de février tenait compte de l’évolution climatique », explique l’adjoint.  L’alignement d’érables, qui avait été abattu à ce moment-là, était contraint à ne jamais pouvoir atteindre une taille favorable. Les érables étaient trop proches de la route, trop proches les uns des autres : le choix de l’abattage s’était justifié en vue de penser à long terme la vie du parc.  « Ce qu’on a abattu, c’était l’héritage pourri. Avec le réchauffement, nous avions besoin de transformer le paysage avec de nouvelles plantations. Plus que penser à nous, on pense aux futures générations », analyse Yves Vola.

L'un des quatre sujets exceptionnels planté au square Lechten : le parrocie de Perse (arbre de fer).

 « Nous avons voulu créer une profondeur de champ qui n’existait pas auparavant », explique l’un des employés municipaux en charge de la plantation. Si tous les arbres ne sont pas encore plantés, lorsqu’on se balade, on constate bien l’atmosphère qui a été donné au square. Loin d’un parc à la Versailles, on respire, on déambule à travers les arbres, le chemin de gravier et l’herbe verdoyante.

  « Nous avons respecté au mieux les arbres pour qu’ils s’acclimatent correctement à leur nouvel environnement », explique Vincent Schumacher, à la direction des espaces verts de la Ville et de la salubrité publique. Pour favoriser cette acclimatation, les arbres qui ont été choisis viennent de l’Ain. Un endroit où le sol est semblable à celui du Territoire de Belfort. Dans la dynamique de respect des sols et des plantations, la plupart seront plantés à la Sainte-Catherine. Une date connue pour les férus de jardinages et de plantations. Plusieurs variétés de chênes, des conifères, des tilleuls seront plantés. Parmi eux, quatre sont qualifiés de  sujets exceptionnels de par leurs dimensions. Deux d’entre eux ont déjà été plantés, jeudi dernier. Un parrocie de Perse, visible à la nouvelle entrée Nord-Est du square. Ainsi qu’un mélèze hybride, croisement entre un mélèze d’Europe et du Japon, capable d’atteindre 30 mètres de haut à maturation. Un chêne de Californie ainsi qu’un charme d’Orient viendront rejoindre les deux sujets d’exceptions au sein du square.  « Le choix de ces essences, peu fréquentes dans notre région, se justifie par notre volonté de renforcer le caractère botanique du Square », explique le communiqué de la Ville.

L’inauguration du square est prévue pour le printemps 2022.  

Ceci vous intéressera aussi
Belfort : contrôle des passes et ras-le-bol des restaurateurs

Ce mardi, la police nationale a organisé une opération de contrôles inopinés des passes sanitaires à Belfort en compagnie du Lire l'article

Belfort : interdiction localisée de manifester samedi 20 novembre

Le préfet du Territoire de Belfort a décidé par arrêté préfectoral de faire interdire certaines zones pendant la manifestation de Lire l'article

Belfort : une sexagénaire retrouvée morte, son mari et sa maîtresse écroués

Un homme qui avait signalé le décès de son épouse plusieurs jours après sa mort, et sa maîtresse qu'il hébergeait, Lire l'article

Belfort : Alain Daubas, d’EDF, prend la présidence de la Vallée de l’Énergie

Yves Chevillon, délégation régionale EDF, Alain Seid de la CCI 90, Alain Daubas, de la délégation régionale EDF (président), Jean-Luc Lire l'article

Défilement vers le haut