Belfort : 3 infos sur la 35e édition du Fimu

Après une édition annulée en 2020 et une édition un peu particulière en 2021, le Fimu reprend ses quartiers à Belfort le week-end de la Pentecôte du 2 au 5 juin. Ce sera la 35e édition depuis son commencement, en 1987. Les 3 infos principales sur les festivités. 

Après une édition annulée en 2020 et une édition un peu particulière en septembre 2021, le Fimu reprend ses quartiers à Belfort le week-end de la Pentecôte du 2 au 5 juin. Ce sera la 35e édition depuis son commencement, en 1987. Les 3 infos principales sur les festivités.

900 candidatures pour 101 groupes sélectionnés

Un jury de sélection important s’était formé pour accueillir et départager les musiciens. Le but : rassembler des formations d’artistes amateurs ou en voie de développement pour repérer les musiciens de talent. En tout, 101 groupes ont été sélectionnés. Parmi eux, six formations issues du conservatoire, avec des orchestres de musique baroque et de musique traditionnelle. Matthieu Spiegel se réjouit de ce moment : « Ce sera la célébration de la tradition avec des musiques du monde, mais aussi le retour des grands ensembles ». En tout, ce sont 200 concerts, 1 200 musiciens, 100 000 festivaliers et 30 pays qui seront représentés. Pour plusieurs groupes, ce sera une première sur scène. « Ils nous ont épatés avec leur énergie », explique le directeur du festival. Parmi eux, Poltergeist ou Option géniale. 

Le Liban à l’honneur

À chaque édition, le Fimu propose une thématique. L’an passé, le Brésil était à l’honneur. Cette année, le choix s’est porté sur le Liban. Il y aura un quartier libanais dans le Fimu place de la République, et une dizaine de groupes libanais. « C’était un choix politique, pour créer des partenariats et les aider. Nous savons les difficultés qu’ils ont pu rencontrer financièrement », expose Damien Meslot. « Nous sommes fiers de revêtir les couleurs du Liban. Leur musique est multiple et cela correspond aux valeurs du Fimu », pointe le maire de Belfort. En effet, le Liban a une grande richesse culturelle et musicale, passant de la musique traditionnelle, folklorique, a des ensembles de musiques classiques et musiques actuelles. 

« C’est un partenariat durable avec Le Liban : notamment avec leur festival Beirut and Beyond, qui a des valeurs communes avec notre festival » : découvertes de jeunes talents, travail autour de la mobilité des artistes et volonté de créer des rapprochements à l’international. 

Le 11 mars dernier, Damien Meslot, Delphine Mentré, adjointe à la Culture et Matthieu Spiegel, directeur du festival, ainsi que d’autres partenaires se sont rendus au Liban dans le cadre du festival pour découvrir les artistes. Dont certains présents au Fimu. « Cela nous a permis de les imaginer sur notre scène en avant-première », se réjouit Matthieu Spiegel. Ils y ont aussi signé une convention entre les villes de Belfort et de Tripoli pour obtenir des financements sur trois ans, qui permettront de soutenir des événements et des échanges artistiques entre les deux villes. 

Le parrain de cette édition est le franco-libanais Bachar Mar-Khalifé, un compositeur multi-instrumentiste. © Habib Saleh

Le parrain de l’édition est franco-libanais. Né à Beyrouth, Bachar Mar-Khalifé est chanteur, compositeur et multi-instrumentiste. Durant le Fimu, il va réaliser une création en compagnie d’autres artistes et proposera aussi deux masterclass qui réuniront des musiciens de tous horizons. Il a également proposé trois artistes coup de coeur, issus du festival Beirut & Beyond et qui se produiront au Fimu. Découverte de l’un de ses groupes en musique. 

Un Fimu destiné aux enfants

« Un accueil particulier sera réservé aux enfants », expose Delphine Mentré. Ils seront accueillis au square du souvenir, à la maison de quartier de la vieille ville et au centre chorégraphique pour des ateliers culturels. Avec un effort spécifique mené sur l’accessibilité pour les enfants porteurs d’un handicap, précise l’adjointe à la Culture. « Cet espace aura des aires de kermesse musicale où les petits festivaliers pourront se dépenser librement », précisent les organisateurs dans le livret de présentation du festival. Les enseignants du Conservatoire se mobiliseront également pour proposer des ateliers d’initiation musicale. 

La nouveauté, ce sont des concerts dédiés spécifiquement aux jeunes. Des artistes du Fimu vont consacrer des sets pour les enfants : pensés spécialement sous un format plus court, acoustique, avec une réflexion sur les transitions. 

Le Fimu recherche encore des hébergeurs

Le Fimu a lancé un appel à hébergeurs. « Chaque année, le Fimu accueille près d’un millier de musiciens et près de la moitié signifie son souhait d’être hébergé chez l’habitant. L’hébergement chez l’habitant rencontre un fort succès auprès des musiciens du festival qui souhaitent mieux découvrir la Ville. Des relations de longues dates se sont ainsi créées entre artistes et hébergeurs », expose la Ville de Belfort dans un communiqué. 

Si vous avez un lit ou une chambre disponible chez vous et que vous aimez faire de nouvelles rencontres, n’hésitez à vous inscrire sur fimu.com rubrique hébergeurs.

Programmation du Fimu
Ceci vous intéressera aussi
Les volleyeuses de Belfort à une marche du niveau semi-professionnel 

Dans le gymnase George Thurnerr, à Belfort, les ballons retentissent. L’équipe féminine de Volley-Ball vient de reprendre les entraînements pour Lire l'article

Le prestige de la ration de combat française [vidéo]

24 heures avec le 35e RI. Le Trois a passé 24 heures avec les soldats de la 4e compagnie du 35e Lire l'article

Les mercredis du château de retour au rythme du jazz et du blues

Faire mieux, chaque année, c’est l’ambition de François Lanneau, qui a repris la gestion des Mercredis du château avec l'association Lire l'article

Belfort : infirmière, elle change de vie pour reprendre la boulangerie familiale Lescuyer

Caroline aura 30 ans en octobre. Avant, elle travaillait en tant qu’infirmière, à Montbéliard. Une vocation, raconte-t-elle. Une vocation, mais Lire l'article

Défilement vers le haut