À la Necronomi’Con, l’humour vache à la carte !

Qui a dit que jeu de stratégie et plaisanterie était incompatible ? Certainement pas Fabien Methia. À l’occasion de la 4e édition de la Necronomi’Con, à l’AtraXion d’Andelnans, l’auteur de jeux de société originaire de Haute-Saône est venu présenter le prototype de son prochain jeu et rencontrer les fans de son premier jeu, « Bloody Harry ».

Léonie Perano

Qui a dit que jeu de stratégie et plaisanterie était incompatible ? Certainement pas Fabien Methia. À l’occasion de la 4e édition de la Necronomi’Con, à l’AtraXion d’Andelnans, l’auteur de jeux de société originaire de Haute-Saône est venu présenter le prototype de son prochain jeu et rencontrer les fans de son premier, Bloody Harry.

Une pile de cartes noires trône au milieu de la table. Fabien Methia présente le prototype de son nouveau jeu de stratégie aux visiteurs : « Je l’ai appelé Dix paires gagnent. Mais c’est certainement un nom provisoire. » Alors qu’il n’est pas encore commercialisé, quatre éditeurs ont déjà proposé de donner vie au second jeu de Fabien lors du festival international des jeux (FIJ) de Cannes en février dernier (lire par ailleurs). Le jeu consiste à éliminer les cartes qui, une fois l’une sur l’autre, atteignent le score de dix. Au moyen de pièges tendus à ses adversaires, les joueurs doivent défausser les bonnes paires de cartes sous peine de récolter des malus. « C’est un peu méchant comme jeu », s’amuse l’inventeur. Le premier joueur qui empoche 100 points de pénalité a perdu la partie.

La vingtaine fraîchement entamée, quatre jeunes hommes s’arrêtent devant le stand. Les yeux rivés sur la table, ils semblent intrigués par les explications de Fabien. La partie est lancée. L’auteur surplombe la table d’un oeil avisé. « Je t’ai bien eu ! » lance Mickael. Même si le jeu est abordable dès sept ans, cela n’empêche pas les étudiants de s’amuser. « Je dois piocher une carte là ? » demande l’un d’eux. Les questions fusent. Fabien est présent pour aiguiller les joueurs et superviser la partie. Un peu complexe à comprendre au départ, les règles du jeu sont finalement très vite assimilées. Un silence s’installe. Le frottement des cartes sur la table se fond au bruit ambiant. Après un début de partie légèrement confus, les quatre amis sont désormais plongés dans leur jeu. « Allez, on se refait une partie. Je vais prendre ma revanche », s’exclame Nicolas.

« Mes jeux à moi, on se fait des vacheries tout le temps »

Mordu de jeux de rôle et de société depuis son adolescence, Fabien Methia ne se prédestinait pourtant pas à créer des jeux des années plus tard. Chez lui, il a commencé à découper des cartes dans des feuilles de papiers et à les annoter. En quelques heures, le principe est posé. Un an plus tard, son premier jeu est commercialisé. Sorti en décembre 2022, il n’a fallu que trois semaines pour que la totalité des 3 000 exemplaires mis en vente soient écoulés. Alors que le jeu est très populaire de part son monde enchanté, les règles du jeu demeurent tout de même très complexes. « Il y avait une dichotomie entre ce à quoi les gens s’attendaient en achetant le jeu et la réalité », avoue Fabien. Il s’est donc lancé un challenge : créer le jeu le plus simple possible sans pour autant être simpliste. À la manière du Black Jack, l’auteur s’est imprégné du principe du jeu en y ajoutant une dimension de bluff. En laissant le jeu à disposition des visiteurs de la Necronimi’Con, Fabien Methia expérimente un mode coopératif en 2 vs 2 pour répondre au mieux au challenge qu’il s’est lancé.

Cartes en main, assise de part et d’autres d’une table parsemée de petits pions en forme d’enveloppe, une famille se plonge quant à elle dans l’univers potache décliné d’Harry Potter. Les rires résonnent. Sourire en coin, Fabien semble satisfait. En inventant ce jeu, il cherchait d’abord à créer une ambiance autour de ce moment de partage. « Mes jeux à moi, on se fait des vacheries tout le temps », murmure-t-il. D’ailleurs, c’est tout l’esprit de son nouveau jeu, Dix paires gagnent, qui allie vacherie, espièglerie et bonne humeur.

Le Festival International des Jeux de Cannes, c’est quoi ?

Chaque année en février se tient le Festival international des jeux de Cannes (ou le FIJ pour les intimes). Un lieu de rencontres unique où tous les acteurs du monde du jeu peuvent venir partager leurs univers. Ouvert au grand public, il est le plus grand festival de jeux de société de France. Quatre prix annuels (tout public, enfant, expert et initié) sont décernés par le jury.

Ceci vous intéressera aussi
Necronomi’Con : dans le secret des plans de sauvegarde de R2D2

Fans de Star Wars, ou pas, tout le monde les reconnaîtrons. À la Nécronomi’Con, qui se tient ce samedi 30 Lire l'article

Les mille visages de Sonia, cosplayeuse professionnelle

Cosplayeuse professionnelle, Sonia (alias Cinderys) ouvre les coulisses de sa profession, à l’occasion d’un concours organisé à la Necronomi’Con. Cinderys, Lire l'article

À la Necronomi’Con, mangez comme vos héros d’animés préférés ! [photos] 

La cuisine japonaise, et plus largement asiatique, s’invite dans la cité du lion. Les gens s’entassent devant le stand des Lire l'article

Quand le maquillage transforme les visages [en images]

Super-héros, personnages de jeux vidéos et de mangas.... Ce week-end à la Necronomi'Con, convention geek et de culture asiatique organisée Lire l'article

Défilement vers le haut