Le Trois –

Territoire de Belfort : un protocole pour accompagner les professionnels de santé face aux violences conjugales

Frédérique Nassoy-Stehlin, présidente du conseil départemental de l’ordre des médecins

Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel : 2 lignes maximum | Texte carrousel |

Décryptage, en deux questions, du nouveau protocole mis en place dans le Territoire de Belfort, avec Frédérique Nassoy-Stehlin, présidente du conseil départemental de l’ordre des médecins. Le but : permettre aux médecins de signaler les violences conjugales en adoptant la bonne posture.

Se sentir légitime de dénoncer des violences conjugales en tant que médecin traitant, médecin de famille, ou lors d’une consultation occasionnelle n’est pas chose facile. Depuis le 30 juillet 2020, une nouvelle loi permet pourtant aux médecins de briser le secret médical pour signaler des personnes victimes de violences conjugales. A la suite de ce décret, peu apprécié dans le monde médical, un protocole a été élaboré par un groupe de travail en lien avec le conseil national de l’ordre des médecins et la Haute autorité de santé.  Plusieurs départements y ont adhéré, dont dans le Territoire de Belfort, en accord avec la police, la gendarmerie, le tribunal, l’hôpital Nord Franche-Comté et le conseil départemental du Territoire de Belfort de l’ordre des médecins. Le but de cet accord : un accompagnement rapide et pluridisciplinaire des victimes.

Comment est perçu le dispositif par les professionnels de santé ?

A l’origine, le décret a été mal perçu par les professionnels de santé. On peut même dire qu’il a fait un tollé dans le monde médical. La ligne de conduite des médecins, c’est le secret médical. Il s’agit de leur pierre angulaire et ils ont du mal à y renoncer car c’est le cœur de la confiance médecin-patient. Cette manière de faire ne correspond pas à leur philosophie : c’est même souvent quelque chose d’inacceptable.

Alors que quelquefois, il faut pouvoir y aller. Mais pour cela, il faut leur expliquer, les accompagner et faire preuve de pédagogie. La peur du médecin, c’est la peur d’être nocif. Ce qui retient la parole, c’est leur volonté de ne pas vouloir être intrusif et la peur de faire plus de mal que de bien en intervenant.

Comment va se déployer le protocole ?

Avec beaucoup de pédagogie. Ce protocole, c’est un guide et un outil pédagogique pour bien expliquer cette réforme du code pénal et expliquer pourquoi, dans quel cas, le secret médical peut être rompu. Les médecins vont recevoir dès cette semaine un livret qui explique toute la pédagogie à adopter pour un signalement. Avec différents outils : les contacts avec lesquels ils peuvent interagir (police, gendarmerie mais aussi des associations). Ainsi qu’un vade mecum qui explique la notion d’emprise, les questions types à  poser pour prendre connaissance du danger dans lequel se trouve une personne.

Nous avons aussi créé un comité « vigilance violence », qui permettra aux médecins d’avoir un réseau à qui s’adresser en cas de question. Cela leur montre qu’ils ne sont pas seuls. Autant les médecins hospitaliers peuvent demander avis à leur collègue dans des situations complexes, autant les médecins en cabinet sont plus isolés. La commission départementale est faite de médecins qui pourra aider en cas de doutes. La spécificité du dispositif, c’est qu’il est interdisciplinaire (médecins, police, gendarmerie, association, tribunal). Et c’est ce qui fait sa force, car plus nous serons nombreux à aller dans le même sens, plus nous ferons bouger les choses. C’est un réseau qui se crée.

Apprendre à détecter le danger

Des formations ont déjà eu lieu au mois de novembre pour aider les professionnels de santé à adopter cette manière de faire. Il y en aura encore d’autres, précise Frédérique Nassoy-Stehlin. 

Ce protocole et les formations qui vont avec doivent permettre aux médecins de protéger les victimes lorsque ces violences « mettent la vie de la victime majeure en danger immédiat et que celle-ci n’est pas en mesure de se protéger en raison de la contrainte morale résultant de l’emprise exercée par l’auteur des violences  », précise la loi du 30 juillet 2020 Il ne s’agit pas forcément de signaler aux autorités le cas de la personne en difficulté. Il y a aussi des contacts relais, de premier recours, pour tenter de libérer la parole sans brusquer, comme le planning familial, le maillage associatif ou encore l’unité de victimologie de l’hôpital Nord Franche-Comté.

 

Nos derniers articles

Chaux : des dizaines d’animaux maltraités et des chatons dans le congélateur d’une maison

Vingt chats morts, dont 14 chatons conservés dans un congélateur, et plus d'une trentaine d'autres animaux de compagnie vivant dans l'obscurité et les excréments ont été découverts dans une maison du Territoire de Belfort, a indiqué jeudi le parquet.

Les Sociochaux organisent une nuit du foot pour montrer leur fierté du club

Les Sociochaux organisent au stade Bonal La Nuit du foot, ce samedi 20 juillet. L’événement s’inscrit dans le cadre des événements de la Capitale française de la culture et célèbre les un an de la levée de fonds populaire qui a permis de sauver le club. Et de montrer le soutien de tout un peuple. David Lehingue, organisateur de la soirée, présente les festivités.

Belfort : un prêtre mis en cause pour agression sexuelle par une paroissienne

Un prêtre d'une quarantaine d'années a été présenté au parquet de Belfort jeudi après avoir été accusé d'agression sexuelle par une paroissienne du même âge, des faits qu'il réfute, a indiqué jeudi la procureure de la ville.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts