Le Trois –

PUB

Latifa Ibn Ziaten : « Derrière la peur, c’est la haine »

Latifa Ibn Ziaten, mère d'Imad Ibn Ziaten, première victime de Mohamed Merah, le 11 mars 2012, à l'IUT Nord Franche-Comté, le 12 octobre 2023, pour une conférence. | ©Le Trois – Thibault Quartier
Entretien
Latifa Ibn Ziaten est la mère de la première victime de Mohamed Merah, Imad Ibn Ziaten. Elle préside l’association Imad pour la jeunesse et la paix. Avec un engagement fort pour la laïcité. Ce jeudi, elle a rencontré des collégiens de Delle et animé une conférence à l’IUT Nord Franche-Comté. Entretien.

« On est déjà en prison, madame ! » Cette réponse résonne toujours dans la tête de Latifa Ibn Ziaten. Cet été, la mère d’Imad Ibn Ziaten, militaire, parachutiste, première des sept victimes de Mohamed Merah, le 11 mars 2012, interrogeait un jeune, dans un quartier, au cœur des journées de violences urbaines. Elle ne comprenait pas pourquoi il y avait autant de violence. Et elle leur demandait. « Si un jeune, qui a la liberté, pense être en prison, c’est qu’il y a un problème », répond-elle sans détours. « Il y a une grande fracture avec nos jeunes, assure Latifa Ibn Ziaten. Certains sont oubliés par la République. »

Depuis l’assassinat de son fils, Latifa Ibn Ziaten se mobilise en faveur de la laïcité, du dialogue, de la jeunesse et de la paix. Elle glisse, à chaque phrase, un message de tolérance. Elle veut créer une école des parents, pour former des mères ou des grands-mères qui seront des référentes dans les quartiers. Et la formation serait assurée par son association. L’idée n’est pas de rejeter la faute de cette errance d’une partie de la jeunesse sur les parents, mais de donner des outils pour lancer un travail au cœur des familles. Car Latifa Ibn Ziaten en est certaine : la responsabilité est collective. État, collectivités, familles, enfants… « On a laissé tellement de vide dans les quartiers », souffle-t-elle. Ces femmes doivent justement le combler.

« Je vais vous tendre la main »

Ce discours de paix ne prend que plus de force dans le contexte de violences observé en Israël. Et dans l’explosion des polémiques ces derniers jours. « Ce qui s’est passé en Israël est inacceptable, certifie Latifa Ibn Ziaten, avant d’ajouter : Je l’ai vécu. » Elle marque un temps d’arrêt. Enchaîne. « Mon fils a été assassiné froidement de deux balles dans la tête. »

Elle rappelle aussi que les Palestiniens, dans la bande de Gaza, sont en prison. « Dans un piège. » Et de compléter : « Les deux sont en piège. » Elle rappelle l’eau coupée, l’absence de lumière, de médicaments. « Cela ne va qu’augmenter la haine », interpelle-t-elle. « Les hommes politiques, les hommes d’États doivent se réunir pour trouver une solution et la paix », appelle-t-elle de ses vœux. « Où est-ce qu’on va, questionne Latifa Ibn Ziaten, qui arbore sur le revers de sa veste les insignes de la Légion d’honneur et de l’ordre national du mérite. Que va-t-on laisser à nos jeunes ? »

Comme un étendard, elle porte cette laïcité. Qui tient en « trois lignes », sourit-elle. La liberté de la foi. La liberté des croyances de chacun. Mais aussi le respect des règles de la laïcité, comme celui de ne pas porter de signes religieux distinctifs à l’école. « J’ai travaillé pendant 25 ans dans une école, sans porter le voile, replace-t-elle. Je le porte depuis la mort de mon fils. »

5à7, le cycle de conférences de l’IUT

L’IUT Nord Franche-Comté a lancé, ce jeudi 12 octobre, un cycle de 12 conférences, qui rythmera l’année scolaire, Les 5à7 de l’IUT NFC. Chaque département proposera une conférence dans l’année. Et ce cycle a débuté par le département Carrières sociales qui a préparé cette conférence « S’engager pour la laïcité », en lien avec le diplôme universitaire (DU) Laïcité et république, qui existe depuis 3 ans. “La laïcité, c’est avant tout la liberté, la liberté d’expression, une manière de vivre ensemble”, rappelle Bassir Amiri, vice-président de l’université de Franche-Comté en charge de la laïcité et la prévention des risques de discrimination. Il veut faire de l’université “un lieu d’échange et de débats”.

Son combat, elle l’a débuté à Toulouse, là où a été assassiné son fils. Elle a même été rencontrée des jeunes, dans des quartiers, qui portait Mohamed Merah en martyr. « Ils m’ont tué une deuxième fois », confie-t-elle. Ils ont échangé. Elle a entendu des excuses. « Tournez-vous, lui disent-ils alors. Regardez où la République nous a mis. » Puis Latifa Ibn Ziaten de répondre : « Vous êtes à l’origine de ma souffrance, je vais vous tendre la main. » Depuis, elle rencontre des élèves et donne des conférences pour transmettre son message. À Toulouse, elle a tenté de retrouver ces jeunes avec qui elle avait échangé. À l’époque, ils lui avaient dit qu’ils étaient « déjà morts », sans trop comprendre ce que cela voulait dire. Lors de son second passage, elle découvre qu’ils avaient filé en Syrie. Et qu’ils y étaient morts. « Quand j’en parle, leur visage est toujours là. » Le témoignage est vertigineux. Son courage impressionne. Et s’explique. « Je vais partout et je n’ai pas peur, confie-t-elle. Car derrière la peur, il y a la haine. »

Latifa Ibn Ziaten n’a pas sombré dans cette haine après la mort de son fils, dont elle était très proche. Le procureur de la République lui avait confié qu’il « avait refusé de se mettre à genou devant son assassin », rappelle-t-elle. Et le magistrat d’ajouter, rapporte-t-elle : « Soyez fier. » Aujourd’hui, elle répète inlassablement son message. Debout. Fière. Mais marquée par la fracture avec la jeunesse. Sans jamais baisser les bras de pouvoir l’aider.

Un nombre d’étudiants en hausse à l’IUT

L’IUT Nord Franche-Comté comptabilise 1 800 étudiants en cette rentrée 2023 (+17 %), soit 300 étudiants de plus que l’année dernière. Cette hausse s’explique notamment par l’instauration du bachelor universitaire et technologique (BUT), qui se prépare dorénavant en trois ans et non plus en deux. Par contre, le nombre d’inscriptions en première année est « stable », confirme David Markezic, le directeur de l’établissement. Une donnée très intéressante alors que de nombreuses écoles enregistrent déjà une baisse des effectifs liées à un creux démographique. 500 étudiants suivent leur cursus en alternance ; ils sont 1 500 à l’échelle de toute l’université de Franche-Comté. Les dix BUT doivent proposer de l’alternance en 2e et 3e année. Et quatre d’entre eux en proposent même dès la première année. « Il y a un historique dans cet engagement », assure le directeur, pour expliquer la dynamique. Autre volonté, l’expérience internationale. Un double diplôme est en préparation avec un établissement québécois. 55 % des étudiants de l’IUT vivent chez leurs parents, soulignant le recrutement local. Et laisse espérer qu’ils s’installent dans la région et répondent aux emplois. « On prépare et on forme pour qu’ils trouvent de l’emploi ici, pour

Nos derniers articles

Au monument aux morts, tout le monde se revendique du général de Gaulle

Les commémorations de l’appel du 18-Juin ont rassemblé autorités, élus et candidats aux élections législatives, ce mardi. La figure du général de Gaulle est souvent invoquée par les partis politiques. Et ils sont de plus en plus nombreux à revendiquer son héritage. Quitte à en oublier l’histoire. Reportage.

Michel Zumkeller dézingue Didier Vallverdu et revient en politique

L’ancien député Michel Zumkeller se positionne dans la campagne aux élections législatives anticipées, dans son ancienne circonscription. Il appelle à ne pas voter pour Didier Vallverdu. Et annonce qu’il lance un nouveau parti, qui sera présenté à la rentrée, afin de préparer les prochaines échéances électorales.

Nord Franche-Comté : l’inquiétude face à la pénurie de surveillants de baignade

La communauté de communes du Sud Territoire a poussé un cri d'alarme le 29 avril 2024. Elle dénonce un manque de maîtres-nageurs sauveteurs et de surveillants de baignade dans le territoire. Dans le nord Franche-Comté, ce n’est pas la seule zone à faire face à cette problématique.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts