Le Trois –

Jonathann Daval devant ses juges, la partie civile attend des “révélations”

Le procès de Jonathann Daval s'est ouvert ce lundi 16 novembre devant la cour d'assise de Haute-Saône, à Vesoul.
Le palais de justice de Vesoul, en Haute-Saône.

Le procès très attendu de Jonathann Daval, un informaticien de 36 ans jugé pour le meurtre de sa femme Alexia en 2017, s’est ouvert lundi peu après 09 h devant la cour d’assises de la Haute-Saône, à Vesoul, alors que la partie civile espère qu’il apportera de nouvelles “révélations” sur les circonstances du drame.

Angela Schnaebele et Damien Stroka – AFP

Le procès très attendu de Jonathann Daval, un informaticien de 36 ans jugé pour le meurtre de sa femme Alexia en 2017, s’est ouvert lundi peu après 09 h devant la cour d’assises de la Haute-Saône, à Vesoul, alors que la partie civile espère qu’il apportera de nouvelles “révélations” sur les circonstances du drame.

Jonathann Daval, qui a reconnu le meurtre de son épouse et encourt la réclusion criminelle à perpétuité, est apparu vêtu d’une marinière, amaigri et déclinant son identité d’une voix faible, au bord des larmes. Il devrait être invité à s’exprimer plus longuement en fin de matinée. L’audience a débuté par la désignation des jurés, sept femmes et un homme, dans la petite salle lambrissée de la cour d’assises où de grandes croix blanches tracées sur les bancs rappelaient les exigences de la distanciation sociale en pleine épidémie de la covid-19.

“On est là pour avoir de nouvelles révélations et mettre en exergue toutes les horreurs qu’a subies Alexia”, avait souligné quelques instants plus tôt sa mère, Isabelle Fouillot, aux côtés de son mari Jean-Pierre et de leur avocat, Me Gilles-Jean Portejoie, en chemin vers le tribunal. Celui-ci connaissait lundi matin une effervescence tout à fait inhabituelle avec une forte présence policière, des dizaines de journalistes, les camions satellitaires des chaînes de télévision…

“On ne fait pas ça à un animal, c’est l’horreur totale”, a ajouté Isabelle Fouillot, évoquant les violences subies par sa fille. L’affaire, survenue à l’automne 2017, avait profondément marqué les esprits alors que l’ampleur des violences faites aux femmes éclatait au grand jour avec la vague #MeeToo. 

"Une peine juste"

Le 30 octobre, le corps en partie calciné d’Alexia Daval, une employée de banque de 29 ans, était retrouvé dissimulé sous des branchages, dans un bois situé à quelques kilomètres du domicile des Daval à Gray-la-Ville (Haute-Saône). C’est le mari, Jonathann, qui avait signalé deux jours plus tôt la disparition de son épouse lors d’un jogging. Les jours suivants, le visage baigné de larmes du trentenaire s’affichait dans les médias.

Mais en janvier 2018, le veuf éploré devient suspect : placé en garde à vue, il craque et avoue le meurtre de sa femme, survenu selon lui lors d’une violente dispute. S’en suivront deux années d’instruction durant lesquelles Jonathann livrera plusieurs versions, se rétractant, puis accusant son beau-frère, avant de reconnaître de nouveau le meurtre lors d’une audition bouleversante devant le juge d’instruction. En juin 2019, il avouera enfin lors de la reconstitution avoir incendié la dépouille d’Alexia.

Au terme de ce procès qui soit s’achever vendredi, la famille d’Alexia attend “une peine juste c’est-à-dire une peine qui soit comprise par eux, qui tiendra compte de leur peine mais également des mensonges récurrents de Jonathann Daval tout au long de ces trois dernières années”, a souligné Me Portejoie lundi matin dans une interview à BFMTV. Mais en attendant, l’avocat attend des débats qu’ils lèvent les “nombreuses zones d’ombre de ce dossier”, évoquant “l’éventuelle préméditation” et “l’éventuelle complicité”, pourtant écartées par l’instruction. “Il faudra que Jonathann Daval s’explique sur le soir des faits, comment on en arrive là, comment on en arrive à frapper d’une dizaine, d’une quinzaine de coups de poing son épouse et comment on arrive à l’étrangler pendant quatre à cinq minutes”, a-t-il encore souligné. 

"On ne le supportera pas"

Le soir du meurtre, Jonathann affirme avoir refusé un rapport sexuel à sa femme qui, en retour, se serait montrée violente, lui reprochant de “ne pas être un homme”. Alexia, “violente en paroles et en actes”, “l’humiliait”, a soutenu au cours de l’instruction l’accusé, qui dit l’avoir “étranglée” et “frappée pour qu’elle se taise” mais affirme ne pas avoir voulu la tuer.

L’image d’une Alexia dominatrice révulse les parents de la victime, qui redoutent que “la défense et Jonathann tapent sur elle” au procès. “C’est le procès de Jonathann, et je ne veux pas que ce soit le procès d’Alexia, ça on ne le supportera pas”, a encore prévenu Isabelle Fouillot lundi matin. L’enjeu, c’est “d’arriver à comprendre ce qui s’est vraiment passé, dans un climat délétère où on ne peut plus rien dire”, avait souligné pour sa part l’un des avocats de Jonathann, Me Randall Schwerdorffer, promettant que ce procès serait “un moment de vérité”.

Nos derniers articles

Lure : La Bougie du Sapeur, ce journal humoristique qui sort tous les quatre ans

La Bougie du Sapeur, journal humoristique périodique qui paraît tous les 29 février, est disponible en kiosque. Ce quotidien unique en son genre puise son nom du personnage Sapeur Camember, créé par Georges Colomb alias Christophe, dessinateur de Lure.

Belfort : un immeuble entièrement rénové pour tenter de redonner vie à l’avenue Jean-Jaurès

D’ici un mois, les locataires pourront s’y installer. Après plusieurs années inoccupés, des appartements et une maison en arrière-cour dans l’avenue Jean-Jaurès à Belfort ont été refaits à neuf pour attirer de nouveaux habitants.

Un nouveau centre de santé ouvre à Bessoncourt le 4 mars

Un nouveau centre de santé ouvre ses portes à Bessoncourt, à partir du lundi 4 mars. Du lundi au jeudi, trois médecins se relaieront pour assurer 16 heures de consultation. Deux médecins retraités accompagnent une jeune praticienne. Le projet est porté par l’association d’aide à domicile Amaëlles.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts

Aller au contenu principal