Le Trois –

PUB

Belfort : contrôle des passes et ras-le-bol des restaurateurs

La police nationale mène des opérations de contrôle de passe.

Ce mardi, la police nationale a organisé une opération de contrôles inopinés des passes sanitaires à Belfort en compagnie du préfet. Des opérations qui énervent, au mieux qui amusent. Reportage.

Ce mardi, la police nationale a organisé une opération de contrôles inopinés des passes sanitaires à Belfort en compagnie du préfet. Des opérations qui énervent, au mieux qui amusent. Reportage.

À 15 h 10, une équipe est parée dans la cour du commissariat, prête à partir. Le préfet du Territoire de Belfort, Jean-Marie Girier, rappelle l’intérêt de l’intervention avant le départ. « L’épidémie repart. Le seuil est de 70 et depuis la rentrée des vacances d’octobre, déjà huit classes ont dû fermer. » Avant de poursuivre : « Il est donc important de redonner un tour de vis au niveau des contrôles sanitaires. » Le mot est donné. Il ajoute que ces dernières semaines, 9 personnes et 1 restaurateur ont été interpellées. 

Premier contrôle, avenue Jean-Jaurès, brasserie Météor. Deux hommes sont attablés dehors. L’un deux n’a pas de passe, mais se défend en affirmant n’avoir pas consommé. À l’intérieur, la gérante lève les yeux au ciel. Les personnes s’inquiètent : « On ne veut pas être pris en photo. » Si tout le monde a son passe, la gérante, derrière le bar, ne cache pas son indignation.  « Franchement, c’est saoulant. Ça nous fatigue ! » hèle la jeune femme. L’interpellation du jeune, à l’extérieur, fait sortir les habitués. Tantôt interloqués, tantôt amusés. 

Quelques minutes plus tard, à une petite foulée, contrôle au restaurant Le Corail. Trois messieurs y prennent leur café. S’ils obtempèrent et détiennent un passe, l’un d’eux réagit tout de même : « Tout ça, c’est du cinéma. » La serveuse reste silencieuse, coupe la musique, lorsque les policiers contrôlent ses clients. À l’extérieur, la gérante, Delphine, interpelle le préfet. « Ça fait quatre fois que nous sommes contrôlés alors que d’autres n’ont jamais de contrôle. Pourquoi toujours les mêmes ? On se sent persécuté. » Le préfet tente de rassurer. Explique que plus de 450 contrôles ont déjà été effectués. 

Dernière intervention au Real Bar, deux rues plus loin. À 15h45, le bar est bondé. La venue des policiers amuse. Tout le monde y va de son commentaire. « Rentrez, vous êtes bien tombé », taquine un homme au comptoir.

Une heure après le début de l’opération, les policiers décident d’en rester là.  Le préfet revient, pour conclure, sur la nécessité de l’opération. « Évidemment, il n’y a qu’une infime partie de la population qui ne respecte pas les conditions. Mais nous nous devons de contrôler. » Quant à l’agacement ressenti des restaurateurs, le préfet rappelle que « c’est la condition pour pouvoir ouvrir. » Et affirme qu’il n’y a aucune persécution. Toutes les zones sont concernées par les contrôles. « De Giromagny, à Belfort, à Morvillars où nous avons verbalisé il y a peu, nous couvrons équitablement le Territoire en terme de contrôles. »

L’arrêté sur le port du masque reprolongé dans le Territoire de Belfort

L’arrêté du 18 août dernier, qui prévoit le port du masque dans tous les évènements, dans un rayon de 50 mètres autour des entrées et sorties d’écoles, des CFA, des crèches, des gares, des lieux de culte et dans les files d’attentes sur la voie publique est reprolongé jusqu’au 31 janvier 2022.

Nos derniers articles

Montbéliard : l’usine d’incinération fait sa mue

L'usine d'incinération du pays de Montbéliard est en travaux pour 18 mois afin d'arrêter un des deux fours existants et de remplacer le deuxième. Avec trois objectifs : répondre aux nouvelles normes écologiques et énergétiques, produire un réseau de chaleur pour une partie de la Petite-Hollande et que l’usine soit autosuffisante en électricité.

Stellantis : le salaire de Carlos Tavares pourrait atteindre 36,5 millions d’euros

Les actionnaires du constructeur automobile Stellantis ont validé mardi à 70,2% des voix la rémunération du directeur général du groupe, Carlos Tavares, qui pourrait atteindre 36,5 millions d'euros pour l'année 2023 - un vote purement consultatif.

Dupont de Ligonnès: le signalement dans le Doubs ne correspond pas

L'ADN analysé dans le Doubs après un signalement en mars ne correspond pas à celui de Xavier Dupont de Ligonnès, recherché pour un quintuple homicide en 2011, a indiqué lundi le parquet de Nantes.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts