Le Trois –

PUB

Belfort : cette petite part de la jeunesse qui manifeste contre la réforme des retraites

Une dizaine de jeunes soutenaient la mobilisation contre la réforme des retraites ce jeudi 16 février. ©Le Trois - OF
Ils étaient 1 700 selon la police. Ce jeudi 16 février, les manifestants se sont réunis à 10h devant la maison du Peuple, à Belfort. La manifestation est plus éparse que ces dernières semaines, mais les Belfortains ont fait résonner leur mécontentement. Parmi eux, quelques jeunes, peu nombreux, tiennent bon contre la réforme.

Olivia Frisetti et Eva Chibane

La chanson I will survive de Gloria Gaynor résonne devant la Maison du Peuple. En haut des escaliers, les syndicats attendent le départ. Drapeaux en main, il est 9h59. Les représentants de la CFDT, sur leur camion habituel, discutent en attendant les derniers arrivants. Les pancartes se lèvent, mais le rassemblement reste épars. Selon la police, le cortège ne dépasse pas les 1 700 manifestants (contre 2600 samedi 11 février) ; les syndicats, eux, n’ont pas donné d’estimation.

Le soleil est de la partie. Les jeunes aussi, même s’ils sont peu nombreux. Ils sont un petit groupe de 10. Âgés entre 15 et 18 ans, ils sont engagés pour certains depuis le début dans les manifestations contre la réforme des retraites. « Nous étions 3 au début. Alors 10, c’est déjà une petite victoire », explique Théodora, 16 ans. Avec Louis et Hippolyte, ils affirment en chœur : “On est moins que la dernière fois, mais la motivation ne faiblit pas. On a besoin de se faire entendre”.

Si les jeunes ne sont pas très nombreux à Belfort, c’est parce que la ville n’est pas très étudiante, selon Théodora. Pour autant, les lycéens veulent montrer qu’ils sont là et qu’ils soutiennent le mouvement. Ils ont d’ailleurs fondé un réseau d’une petite dizaine de lycéens et une page Instagram pour relayer leurs informations. « Si on ne fait rien maintenant, on ne pourra pas se plaindre de finir à 80 ans », témoigne Louis, 16 ans.

Mobiliser les jeunes des lycées professionnels

Juste à côté, Mike, 16 ans, accompagné de sa sœur, replace son bonnet sur le haut de son crâne. La retraite a changé sa conception du travail. « Avant, j’avais du mal à trouver ce que je voulais faire. Maintenant, c’est encore pire. La réforme ne me donne pas envie de faire un métier physique.» Sa grande sœur lui sourit. Marine, 18 ans, étudie à Londres.

De retour une petite semaine, elle a rejoint le mouvement pour apporter son soutien. « Je me fais surtout du souci pour mes aînés », explique-t-elle. « Nous, d’ici là, les choses auront peut-être déjà bien changé avec le climat.» Les piétons observent, les voitures s’arrêtent : le cortège va bientôt se mettre en mouvement. Les jeunes belfortains, qui attendent sur le côté, affirment avoir changé leur façon d’envisager l’avenir. Ils ont l’impression qu’ils n’en finiront pas de travailler.

Élora et Juliette manifestent aujourd'hui.

“On finit par vivre pour travailler et ne pas travailler pour vivre”, déclame Elora, une jeune femme d’à peine 17 ans. La réforme fait peur. “Je dois trouver un travail que j’aime. Sinon je ne tiendrai jamais.” souffle Mike, 16 ans.

Elora remarque que cette semaine, moins de jeunes se sont mobilisés. Elle n’est pas inquiète pour autant, les vacances scolaires jouant pour beaucoup selon elle. Le groupe auquel elle appartient veut rencontrer les élèves de lycées professionnels pour les mobiliser. Car après la terminale, ils rentrent directement dans le monde du travail. Les sifflets et les klaxons retentissent en fond. Les manifestants s’élancent. “On est là pour montrer qu’il y a de la diversité.” enchaîne Theodora.

Travailler à l’étranger

La résignation n’est pas loin, à les entendre. “Si la réforme est adoptée, j’envisage de travailler à l’étranger”, rétorque Elora, 17 ans. D’autres ne veulent plus y laisser leur santé, comme cela a pu être le cas pour leurs parents ou leurs grands-parents, comme l’exprime le jeune Pao. “Je vais donner tout ce que je peux dans mon futur travail, mais je ne veux pas être au bout du rouleau. Sinon je ne tiendrai jamais”.

Jean-Antoine fredonne en manipulant son appareil photo. Ancien soudeur, il ne supporte plus le bruit. Le travail l’a harassé. Désormais à la retraite, il est à la quête du meilleur pour ses enfants et ses petits-enfants. “Il n’y a pas assez de jeunes, mais c’est compréhensible. La grève ne paye pas”. Avant d’ajouter : “Quand j’étais jeune, j’ai vu des anciens partir à la retraite et mourir la même année. Ce n’est pas ce que je souhaite pour nos jeunes, la nouvelle génération mérite du répit ”.

En plein mois de février, le soleil tape et accompagne le cortège jusqu’à la mairie de Belfort. C’est ici que la CGT annonce un plus gros rassemblement le 7 mars. La date était dans toutes les conversations lors de ce rassemblement. Les syndicats espèrent une très forte mobilisation, avec des grèves reconductibles et un arrêt total de l’activité. 

Nos derniers articles

Au monument aux morts, tout le monde se revendique du général de Gaulle

Les commémorations de l’appel du 18-Juin ont rassemblé autorités, élus et candidats aux élections législatives, ce mardi. La figure du général de Gaulle est souvent invoquée par les partis politiques. Et ils sont de plus en plus nombreux à revendiquer son héritage. Quitte à en oublier l’histoire. Reportage.

Michel Zumkeller dézingue Didier Vallverdu et revient en politique

L’ancien député Michel Zumkeller se positionne dans la campagne aux élections législatives anticipées, dans son ancienne circonscription. Il appelle à ne pas voter pour Didier Vallverdu. Et annonce qu’il lance un nouveau parti, qui sera présenté à la rentrée, afin de préparer les prochaines échéances électorales.

Nord Franche-Comté : l’inquiétude face à la pénurie de surveillants de baignade

La communauté de communes du Sud Territoire a poussé un cri d'alarme le 29 avril 2024. Elle dénonce un manque de maîtres-nageurs sauveteurs et de surveillants de baignade dans le territoire. Dans le nord Franche-Comté, ce n’est pas la seule zone à faire face à cette problématique.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts