Le Trois –

PUB

Christophe Grudler : « Il faut une stratégie ambitieuse autour de l’hydrogène »

Le député européen Christophe Grudler milite pour une structuration de la filière hydrogène.
Christophe Grudler, député européen, membre de la commission industrie.

Christophe Grudler, député européen, vice-coordinateur de la commission de l’industrie de la recherche et de l’énergie au Parlement européen, a participé ce mercredi à la conférence présentant la stratégie de la Commission européenne autour de l’hydrogène. Il revient sur les enjeux de la structuration de cette filière, autour de l’hydrogène vert.

Christophe Grudler, député européen, vice-coordinateur de la commission de l’industrie de la recherche et de l’énergie au Parlement européen, a participé ce mercredi à la conférence présentant la stratégie de la Commission européenne autour de l’hydrogène. Il revient sur les enjeux de la structuration de cette filière, autour de l’hydrogène vert.

La Commission européenne a évoqué ce mercredi sa stratégie autour de l’hydrogène. Que retenez-vous ?

C’est un fantastique bond en avant pour atteindre les objectifs carbone de 2050. Nous avons dorénavant les outils, alors qu’avant on y allait cahin-caha. Avec cette stratégie, il y a de vrais objectifs sur de l’hydrogène propre, avec de vrais leviers comme le lancement de l’Alliance européenne de l’hydrogène, qui fédère des industriels et des États membres.

Comme le souligne le quotidien Les Échos, les budgets mobilisés restent flous…

La Commission européenne table entre 180 et 470 milliards d’euros d’investissements cumulés sur l’hydrogène renouvelable, d’ici 2050. Ce n’est pas que de l’argent public ; ce sont aussi les investissements des entreprises et des États membres. Avec cette stratégie, en  2030, on crée 140 000 nouveaux emplois en Union européenne et un million en 2050. Il y a plusieurs types d’actions : l’une sur la mobilité, l’autre sur l’industrie. Pour la mobilité, la Commission européenne a donné rendez-vous en décembre 2020. Rappelons également que dans le plan de relance européen, 100 milliards d’euros sont prévus (sur 750 milliards, NDLR) pour les énergies renouvelables, dont l’hydrogène. Cela va être massif. D’ici 2030, la Commission européenne estime qu’il faudra investir 24 milliards d’euros dans des électrolyseurs et 220 milliards d’euros pour connecter directement les énergies solaires et éoliennes vers ces électrolyseurs. Ce sont des niveaux d’investissement que l’Union européenne a défini. Ensuite, il faudra définir le montage financier entre les acteurs en fonction des projets.

À la suite de ces annonces, vous avez insisté, dans vos commentaires, sur la révision des réglementations européennes, c’est-à-dire ?

Aujourd’hui, l’hydrogène vert (c’est-à-dire produit à partir d’énergie renouvelable, NDLR) coûte plus cher à produire que l’hydrogène gris (produit à partir de gaz naturel ou d’électricité issue de ressources fossiles, NDLR). Le rapport est de un à cinq ! Pour promouvoir l’hydrogène vert, il faut qu’il y ait une incitation pour le rendre compétitif ; par ailleurs, il faut pénaliser l’hydrogène gris. Il faudra également regarder l’ETS, un mécanisme de droit à polluer.

Quelles sont les perspectives du nord Franche-Comté dans ce développement industriel, sachant que nous avons le FC Lab, Alstom ou encore Faurecia…

Il faut que nous arrivions à construire un vrai projet d’alliance européenne, avec la France, l’Allemagne, la Suisse et l’Italie. Ce serait pertinent d’avoir ce type d’alliance tri ou quadri-partite, sur une ou deux thématiques. Pour le nord Franche-Comté, nous avons le plus d’opportunités sur la mobilité et les transports. Nous avons Alstom, qui travaille sur une locomotive de fret fonctionnant à l’hydrogène-énergie. Nous avons aussi Symbio, la joint-venture entre Michelin et Faurecia (qui va installer son centre mondial de R&D sur le réservoir à hydrogène à Mandeure, NDLR). Je pense qu’une entreprise comme Gaussin peut aussi avoir un intérêt. Et le nord Franche-Comté peut se positionner sur la production d’hydrogène vert. Il faut que le nord Franche-Comté saisissent cette chance de l’hydrogène vertueux, pour l’emploi et l’environnement.

L’Allemagne a annoncé au mois de juin sa volonté de construire une filière, d’être numéro mondial de l’hydrogène vert et annonce un plan de 9 milliards d’euros…

La France a déjà misé sur l’avion vert, qui doit être prêt pour 2035. L’Allemagne a voulu prendre un temps d’avance. Elle a fait beaucoup d’affichage. Élisabeth Borne a annoncé (le 11 mars, NDLR) son attention d’atteindre 10 % d’hydrogène décarbonné en 2023 [dans l’industrie]. Aujourd’hui, il faut afficher les volontés pour faire venir les investisseurs. Je veux également que la Région Bourgogne-Franche-Comté intègre l’association européenne de l’hydrogène, où je travaille déjà avec tous les investisseurs européens de l’hydrogène ; je vais en parler à Marie-Guite Dufay. Il faut une stratégie ambitieuse autour de l’hydrogène, qui s’appuie sur l’existant tout en attirant de nouveaux investisseurs sur les créneaux où nous n’avons pas encore de forces de frappe.

  • Vendredi 10 juillet, 19 h, conférence La place de la filière hydrogène dans la stratégie industrielle européenne : une chance à saisir pour le Territoire de Belfort !, organisée par Christophe Grudler, à la Maison du Peuple. Il invite le chercheur Daniel Hissel, qui vient de recevoir la médaille de l’innovation du CNRS (notre article ici). Réservation souhaitée : 03 84 26 47 39 – permanence.grudler@gmail.com

Nos derniers articles

Belfort : des étudiants s’opposent fermement au déménagement de leur établissement

Les étudiants du département Carrières sociales de Belfort-Montbéliard vont devoir déménager, début 2025, pour que leur établissement soit rénové. Ils s'y opposent. Mauvaise isolation phonique, couloirs étroits, manque de place dans les salles, les étudiants dénoncent leurs conditions d'accueil dans le nouveau bâtiment.

Un mort dans un accident d’ULM près de Besançon

Un homme de 60 ans est décédé dans l'accident de son ULM mardi après-midi à Thise (Doubs), dans la banlieue de Besançon, a-t-on appris auprès de la gendarmerie.

Fimu : 100 500 spectateurs à l’édition 2024

La 37e édition du festival international de musique universitaire (Fimu), organisée du 16 au 19 mai 2024, a réuni 100 500 spectateurs, contre 108 200 pour l'édition 2023.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts