Le Trois –

Belfort : la Ville a préempté 17 locaux commerciaux depuis 2019

Les locaux des Lenot, avenue Jean-Jaurès, ont été préemptés par la mairie. | ©Le Trois – Thibault Quartier​
En 2019, la Ville de Belfort crée la société d’économie mixte Semaville, pour redynamiser l’activité commerciale de la cité du Lion. L’outil permet de préempter des locaux commerciaux vide, de les réhabiliter et de les louer. Bilan.

La société d’économie mixte Semaville a été créée en 2019 ; c’était la deuxième en France, juste après La Rochelle (Charente-Maritime). L’outil s’inscrit notamment dans le dispositif de revitalisation des centres-villes Action cœur de ville. Le but est « de maîtriser le foncier commercial stratégique », explique Damien Meslot, maire Les Républicains (LR) de Belfort.

Lorsque des locaux sont vides, la Ville préempte et les achète. Ensuite, elle rénove « aux standards actuels », pour les relouer ou les revendre. Mais elle rénove en fonction des demandes du futurs locataires. « Il suffit de donner le cahier des charges et on s’occupe de tout », expose Damien Meslot. Souvent, les locaux nécessitent d’importantes rénovations ; et les futurs locataires n’ont pas la surface financière pour les supporter. Donc la mairie le fait, pour garantir l’installation d’une nouvelle activité commerciale, comme elle l’avait fait avec l’enseigne Normale, après la fermeture du Flunch, faubourg de France. Le principe est toujours le même : quand Semaville investit, elle mobilise un tiers de fonds propres et deux tiers d’emprunts.

La municipalité veut surtout louer « au prix du marché ». Des subventions obtenues par l’agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT), dans le cadre d’Action cœur de ville, permettent aussi de limiter les coûts d’investissement, et de proposer « des loyers raisonnables », assure Damien Meslot, qui regrette que le centre-ville souffre aussi, parfois, de loyers « exorbitants ». Et de garantir : « Quand le privé fait le job, on laisse faire. » Et si les privés ne veulent pas vendre des locaux, même vides depuis longtemps, « on attend », garantit Damien Meslot. « On patiente. »

Semaville en chiffres

Le capital de la société d’économie mixte Semaville s’élève à 2,2 millions d’euros. En 2022, le chiffre d’affaires de la société s’est élevé à 170 000 euros. L’équilibre, envisagé en 2024, sera atteint dès 2023, normalement. Semaville dispose d’une trésorerie d’1,3 million d’euros.

Les actionnaires sont :

  • Ville de Belfort, à 66,66 %
  • La Caisse des dépôts et consignation, à 15 %
  • Tandem, à 10 %
  • La CCI, à 4,17 %
  • La Sodeb, à 4,17 %

Depuis sa création, Semaville a investi 3,475 millions d’euros pour acheter les locaux et 472 000 euros de travaux. Au 17 février, Belfort compte 847 cellules commerciales et 77 sont inoccupées, soit une vacance de 9 %. Dans le centre-ville, la vacance est de 8,4 %, en comptabilisant déjà Camaïeu et San Marina, dont les enseignes sont en liquidation au niveau national (sur 273 cellules commerciales) ; des repreneurs sont déjà envisagés indique la mairie. La vacance, selon les données de la municipalité, était de 12 % en 2014, de 10 % en 2016 et de 7,2 % le 31 janvier 2022. Damien Meslot de préciser également que ça « fluctue » énormément, entre les ventes, les départs en retraite, les périodes de travaux.

Négociations pour racheter la hall Sernam

« On cherche à développer le commerce » et le plan est d’avoir un commerce « vivant » et « diversifié ». Et Damien Meslot reconnait aussi que la Ville pourrait préempter des locaux, par exemple avenue Jean-Jaurès, si elle constatait une uniformité des activités qui s’installent, à l’instar des barbiers ou des restaurants de fast-food indique-t-il, pour « recréer de l’animation commerciale ».

La société d’économie mixte s’appuie sur l’observatoire du commerce, en accès libre, qui permet d’avoir une visibilité sur les locaux disponibles, avec leur surface, des outils d’intelligence artificielle pour connaitre la surface des vitrines par exemple, des données du trafic piéton et de l’affluence de la desserte de bus. « On retrouve tous les renseignements nécessaires pour s’installer », apprécie Florence Besancenot, adjointe en charge du commerce. 

Concernant les Galeries Lafayette, « le plan de sauvegarde desserre le carcan qui pesait sur les Galeries Lafayette », commente Damien Melsot (lire notre article), qui confirme avoir pris contact avec Michel Ohayon, le patron de la Financière immobilière bordelaise, qui détient vingt-deux magasins de l’enseigne depuis 2018. « S’il y avait un souci, ne pas intervenir serait une erreur », assure le maire qui ne se dit pas inquiet s’il fallait parer le départ des Galeries Lafayette. Il estime que la Ville ou Tandem auraient la surface financière pour préempter ce local de plusieurs milliers de mètres carrés et investir pour rénover. Il assure avoir également des contacts avec d’éventuels prospects pour s’installer si besoin.

L'ancienne hall de messagerie, la hall Sernam, près de la gare de Belfort.
L'ancienne hall de messagerie, la hall Sernam, près de la gare de Belfort (©Google Street View).

La mairie est aussi en négociation avec la SNCF pour racheter la hall Sernam, classée. Pas de projet (annoncé) pour l’instant, mais elle attend un geste de la SNCF car elle est en très mauvais état.

Lorsque des commerces sont installés dans des immeubles aux logements vides, la mairie peut aussi préempter l’ensemble de l’immeuble, pour le restaurer. Un millier de logements sont vides, selon la mairie, dans le secteur de l’avenue Jean-Jaurès et ses alentours. Une société publique locale est à l’étude pour porter ce type de projets.

Nos derniers articles

Les défis de la psychiatrie dans le nord Franche-Comté

Prise en charge, manque de personnels, défi démographique… Lors d’une conférence de presse, l’association hospitalière de Bourgogne-Franche-Comté (AHBFC), structure privée à but non lucratif, a brossé le portrait des défis de la psychiatrie des 5 prochaines années.

Peugeot Motocycles : « On ne veut pas reproduire les mêmes erreurs »

Le président de Peugeot Motocycles veut rassurer sur la suite de l’activité à Mandeure, alors que deux mois de chômage technique sont annoncés. La priorité est d’écouler les stocks. En novembre, l’activité reprendra avant un redémarrage soutenu en 2025.

Le marché automobile européen se contracte en mars, la part des électriques aussi

Les immatriculations européennes de voitures neuves ont connu leur premier repli de l'année en mars, tandis que la part de marché des automobiles électriques est restée inférieure à celle de toute l'année 2023, selon des chiffres officiels publiés jeudi.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts