Ad’line : une artiste locale inspirée et inspirante

Artiste à la voix puissante et douce à la fois, elle se distingue par sa force de caractère. douze ans déjà qu’elle se produit, en parallèle de son travail de tous les

Ce jeudi 5 août, Ad’line se produira à Essert à l’occasion des P’tits Jeudis. Artiste à la voix puissante et douce à la fois, elle se distingue par sa force de caractère. Douze ans déjà qu’elle se produit, en parallèle de son travail de tous les jours à Étupes. Deux EP (albums de moins de cinq titres) sortis, 25 dates en un été en dehors de ses heures de travail, Ad’line fait partie de ces jeunes artistes couteau suisse, déterminés à réussir.

Ad’line est une artiste exigeante envers elle-même. Parlez-lui de composer des chansons en anglais, elle répondra qu’il faut d’abord être sûr de le faire correctement. Très humble, à 30 ans, l’artiste originaire de Ronchamp s’inspire beaucoup des artistes et des professionnels autour d’elle pour progresser. « J’apprends encore les codes », glisse-t-elle simplement. Elle a pourtant déjà de la bouteille : douze ans de représentations et 25 dates cet été: dans les Vosges, en Alsace et dans son cocon natal, le Territoire de Belfort.

« Ma musique est un couteau-suisse »

Ad’line est entourée d’artistes locaux, notamment des artistes rencontrés par le biais de son label. Un label nommé Labophonic, en circuit court, qui promeut les artistes locaux d’Alsace, de Moselle et de Bourgogne-Franche-Comté. Elle s’en inspire. « Ma musique est un mélange des styles selon mes rencontres. Seule, je suis plutôt folk. Cédric, mon guitariste, m’apporte un côté plus rock. Je vais aussi vers le funk, et Alex, avec qui je travaille aussi, m’apporte le côté blues. Ma musique est un couteau-suisse ».

C’est une artiste soucieuse des mots, soucieuse d’interpréter, de raconter. Elle a fait du théâtre. Au-delà de sa musique, c’est une artiste qui prend à cœur de mener ses projets du début à la fin. De la composition, à la communication. De la compta, à son travail à côté, pour assurer ses arrières. Des représentations devant des enfants, à celles devant des fêtards dans les pubs irlandais. Ad’line sait s’adapter. Elle a écumé de nombreux lieux de vie, de nombreuses scènes en douze ans. C’est dans des lieux locaux comme ceux-là qu’elle a commencé. Ces 5 ans de vie à Belfort ont inspiré ses chansons. Elle a chanté dans les bars, d’abord. Aux Marronniers, c’était pour sa première.

Instinctive

La jeune artiste a appris la guitare à 13 ans. De la guitare classique. Puis elle a envoyé bouler le classique pour le folk, pour la chanson française, pour chanter ses compositions, mais aussi des reprises qui l’inspirent, qui l’émeuvent. Inspirée par un répertoire allant de Souchon, Cabrel à Amy Winehouse, elle composait déjà au lycée « Deux P’tits mondes à part », single de son premier album, Les Filles des magazines, sorti en 2019. À l’usine, elle écrivait sur des bouts de papier des paroles entre deux presses. La nuit, elle se réveille pour enregistrer des vocaux de bribe de mélodie, qu’elle ne réécoute pas, la plupart du temps.

Pleine d’humour, elle l’avoue « Parfois, je ne les réécoute pas, car je sais que c’est de la merde. » Parfois vulgaire, emportée par les mots, elle s’imprègne des gens qui croisent sa route. Son label, les artistes qui l’accompagnent. Même si son label lui permet d’enregistrer ses musiques, elle a son propre studio. Elle apprend les accords du piano pour mieux comprendre sa guitare, elle remodifie ses chansons après les avoir chantées en concert, elle passe plusieurs heures à enregistrer son travail pour mieux comprendre les logiciels de montage. Ce qui lui importe, c’est l’apprentissage. L’apprentissage de la musique, l’apprentissage d’elle-même : « J’adore bosser seule dans ma chambre, parfois même plusieurs heures sans en sortir, ça me permet d’en apprendre encore plus sur moi. »

Pour en apprendre plus sur elle, c’est ce jeudi à Essert.

Jeudi 5 août, lors des P’tits Jeudis, à Essert. Attention, événement soumis au passe sanitaire. À retrouver de 17 h 30 à 22 h : marchés de produits locaux, concerts, pause gourmande assurée par des food trucks

Ceci vous intéressera aussi
Sécheresse : la police de l’eau renforce les contrôles dans le Territoire de Belfort 

Les contrôles s’intensifient. Les restrictions augmentent. La sécheresse est bien là dans le Territoire de Belfort et la direction départementale Lire l'article

Les 4 infos à retenir sur la natalité en Bourgogne Franche-Comté

L'INSEE a publié son bilan démographique pour 2021 dans la région. Au-delà de la crise sanitaire, le recul de la Lire l'article

L’histoire entremêlée du Jura suisse et de l’Aire urbaine Belfort-Montbéliard

Depuis le Moyen Age, l'Aire Urbaine et son voisin suisse possèdent une histoire commune. Cette proximité s'est renforcée depuis la Lire l'article

Covid-19 : plus de passe sanitaire demandé à l’entrée de l’hôpital Nord Franche-Comté

L’hôpital Nord Franche-Comté lève le filtrage lié au passe sanitaire à l’entrée de ses établissements, dès le lundi 1er août, Lire l'article

Défilement vers le haut