Le Trois –

PUB

Une hécatombe s’abat sur les truites du Doubs

Les poissons sont touchés par un champignon nommé le saprolegnia. | ©Sosloueetrivièrescomtoises​
Les truites sont victimes du champignon saprolegnia sur le Doubs franco-suisse, depuis au moins un mois. Des centaines de poissons sont retrouvés morts un peu partout et l’association Franco-Suisse est très inquiète. La saison n’est pas habituelle.

À cette saison, cela relève du jamais-vu. Dans le Doubs franco-suisse, les truites meurent une à une, terrassées par la maladie de la saprolégniose. Quelques ombres aussi, mais moins. La caractéristique : 99% des truites atteintes par la maladie dépassent les quarante centimètres. Celles en dessous sont moins atteintes. Celui qui relève ce problème, c’est Christian Triboulet, président de la Franco-Suisse (association agréée de pêche et de protection aquatique à Goumois). Il a été alerté par des salariés de l’usine électrique de la Goule, au Noirmont, en Suisse, qui ont récupéré dans leurs dégrilleurs des centaines de poissons. « Encore aujourd’hui, nous avons appris qu’il y en avait une centaine chez eux.» 

S’il ne l’avait pas vu lui-même, ni le garde-pêche de l’association, Patrice Malavaux, c’est parce que le niveau des eaux était haut. Mais depuis deux semaines, les constatations se font à l’œil nu. Ce mardi, il a fait venir des élus du Doubs et a convié la préfecture et les services administratifs des deux côtés de la frontière au bord de la rivière pour leur montrer l’ampleur des dégâts. « Les chiffres c’est bien. Mais cela est toujours mieux de faire voir en vrai ce qu’il se passe.»

Cette maladie, la saprolégniose, est une infection cutanée causée par un micro-organisme qui touche les poissons lorsque la couche de mucus protectrice est altérée ou est déjà fragilisée par une maladie ou un facteur de stress. Un facteur de stress en ce moment, il y en a un. La période actuelle est une période dite « de fraie », une période de reproduction des truites. « Les poissons viennent gratter le substrat à cette période », explique Christian Triboulet. Avec pour but de débarrasser le sol de toutes les impuretés avant de pondre. Le problème : les truites se contaminent en faisant cela. Et attrapent cette maladie. 

Une rivière dégradée

Selon les classements de l’agence de l’eau sur son application « Qualité rivière », cette parcelle du Doubs franco-suisse est en bon état écologique. Matérialisée par la couleur verte.Christian Triboulet alerte : « Ce ne sont pas les bons critères d’évaluation qui sont pris en compte. Voilà pourquoi ils sont au vert. Il faut absolument les revoir.» Pour lui, si les poissons attrapent à ce point la maladie, c’est parce que la qualité des rivières est hautement dégradée, ce qui les fragilise. À cause des activités humaines. des stations d’épuration. des micro-polluants et des activités industrielles. La pollution est prégnante. 

Dans un communiqué datant du 9 décembre, la préfecture du Doubs alerte sur la situation. Pour elle,« l’été exceptionnellement chaud et sec a probablement contribué à favoriser le développement précoce de cette maladie.» Pour le président de la Franco-Suisse, ce n’est pas la principale cause. « Nous avons surveillé de près la température de l’eau durant la canicule. Et des années très chaudes, il y en a eu d’autres.» Non, là, la situation est clairement inhabituelle. Au printemps, des épisodes de morts de poissons peuvent arriver. Mais jamais autant. « Je n’ai jamais vu ce type de mortalité.» Il faut remonter à 2014 pour retrouver une période telle. 

Dans ce même communiqué, la préfecture du Doubs affirme être en lien avec la commission mixte de la pêche et des milieux aquatiques dans le Doubs franco-suisse. Elle expose que des axes de travail ont été dégagés avec les associations environnementales pour améliorer la qualité des eaux. Et rappelle son plan rivières karstiques 2022-2027, signé le 21 septembre 2022, qui consiste en bref à réduire les pollutions des eaux, maîtriser les prélèvements en eau et accentuer l’effet des actions de réduction des pollutions. 

« Tout ça, c’est de la communication », grogne le président de la Franco-Suisse.« La préfecture ne sollicite pas les bons acteurs. Elle se focalise sur la pêche là où il y a un vrai besoin de travailler avec les ONG sur la préservation du milieu aquatique.» Il désespère de n’avoir pas vu depuis plusieurs années le groupe binational sur la qualité des eaux se réunir. Pour Christian Triboulet, la préfecture se dédouane sans travailler avec les bonnes personnes. Alors que du côté Suisse, « les choses avancent », tance-t-il, avec un plan national pour le Doubs. « Côté français, c’est creux. Ils n’ont rien mis véritablement en place.» Et l’heure est grave. Il appelle la préfecture et les élus à réagir, pour que puisse être enclenché « un plan d’action plus musclé.»

Nos derniers articles

Avant la naissance, la pollution de l’air nous touche déjà

Certaines personnes sont plus vulnérables ou plus sensibles que d’autres à la pollution de l’air, du fait de leur capital santé ou de leur âge. Par rapport à la population générale, ces personnes vont présenter plus rapidement ou plus fortement des symptômes suite à une exposition à cette pollution, que ce soit à court terme ou à long terme. L'exposition à la pollution atmosphérique pendant la grossesse a été associée à un large éventail de conséquences néfastes à la naissance et pendant l'enfance. Récemment, une étude française a mis en évidence la vulnérabilité du placenta à la pollution de l'air…

Une proposition de résolution face aux problèmes de santé des pompiers

Florian Chauche, député de la 2nde circonscription du Territoire de Belfort, a déposé une proposition de résolution au gouvernement, pour que soit débattue les questions relatives à la santé physique et mentale des pompiers. Un document signé par 98 députés de l'hémicycle.

Le Fimu lutte contre le harcèlement sexuel avec l’application Safer

Pour sa 37e édition, le festival international de musique universitaire (Fimu) a mis en place un dispositif afin de prévenir les violences sexistes et sexuelles. Les festivaliers peuvent installer l'application Safer ou la trouver sur l’application du Fimu. Le principe est simple : si une personne est victime ou témoin d’une agression, il lui suffit de lancer l’alerte via l’application.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts