Le Trois –

PUB

Le nombre estimé de loups en France revu à la hausse à 1 104

Les analyses faites jusqu'à présent n'ont pas permis de déterminer s'il s'agit d'un loup ou d'un grand chien. Image par Christel SAGNIEZ de Pixabay
On dénombre plus d'un millier de loups en France à l'été 2023. |  ©Christel Sagniez de Pixabay
Le nombre de loups présents en France cette année, provisoirement estimé en juillet dernier à 906 a été revu à la hausse à 1 104, à une dizaine de jours de la présentation du plan national Loup 2024-2029, très attendu par les éleveurs.

(AFP)

L’estimation a été relevée “après des analyses complémentaires”, a précisé l’AFP la préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes (AURA) en charge de la préparation de ce plan qui doit être présenté le 18 septembre.

L’évaluation pour 2022 a également été revue de 926 provisoire à 1 096 définitif. Coïncidence, l’annonce de cette révision survient alors que deux louveteaux viennent d’être observés dans la réserve naturelle de la Haute Chaîne du Jura, “premier cas de reproduction observé depuis plus d’un siècle dans l’Ain”, selon un communiqué de la préfecture de ce département. Ce sont les agents de cette réserve nationale, participant au suivi de l’espèce en lien avec l’Office Français de la Biodiversité (OFB) qui ont détecté leur présence, selon la même source.

Le plan 2018-2023 arrivant à échéance, le nouveau plan 2024-2029 assorti d’un nouveau protocole de tir incluant prélèvement et défense doit être présenté par la préfète de la région Aura au Groupe national Loup (GNL). Le comptage des loups gris, les mesures pour protéger l’espèce revenue en France par l’Italie après avoir été exterminée et les droits de tirs accordés à titre strictement dérogatoire pour protéger les troupeaux, suscitent une grande attente chez les éleveurs, très remontés contre les prédateurs.

"dynamique"

“Il y a 5 ou 6 ans, on était à 600 et on est aujourd’hui à 1 100. Il y a manifestement une dynamique de population qui est très forte. Il faut que ce soit compatible avec les activités d’élevage sinon on n’y arrivera pas. Ces questions seront posées au niveau national et au niveau européen”, a déclaré mercredi à l’AFP le ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau.

“On a sauvé l’espèce et on devrait s’en féliciter”, a-t-il dit. La question est “comment on continue à protéger cette espèce et qu’elle soit classée de manière à ce que les modalités de gestion soient un peu différentes d’aujourd’hui. Parce qu’on a besoin de pastoralisme pour préserver la biodiversité, pour lutter contre l’enfrichement et les incendies de forêt”.

 

La réévaluation du nombre de loups “confirme le ressenti des éleveurs qui subissent la pression de prédation au quotidien et des constats en augmentation de 10% du 1er janvier au 31 août 2023”, a réagi pour l’AFP Claude Font, éleveur de brebis en Haute-Loire et représentant de la Fédération Nationale Ovine (FNO). Elle “va permettre d’avoir davantage de prélèvements autorisés pour protéger nos troupeaux et nos activités pastorales”, a-t-il souligné, en réclamant un nouveau mode de comptage et une évolution du protocole des tirs de défense.

 

De son côté l’association écologiste Ferus s’est déclarée “un peu dubitative sur ce recalibrage”. “Nous donnons chaque année un chiffre provisoire, mais il faut le temps de faire des analyses génétiques sur les indices, qui permettent de finaliser les chiffres de l’année dernière”, a expliqué à l’AFP Loïc Obled, directeur général délégué de l’OFB, en charge de ce suivi. L’évaluation est réalisée à partir d’indices (traces, hurlements, analyses génétiques, etc.), les animaux étant très difficiles à détecter par simple observation visuelle directe, selon l’OFB.

"Impatience"

La réévaluation de la population loup en France intervient quelques jours après une mise en garde de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. “La concentration de meutes de loups dans certaines régions européennes est devenue un réel danger pour le bétail et, potentiellement, pour l’homme”, a-t-elle dit en évoquant une possible évolution du statut de protection du loup au sein de l’UE.

 

Ces propos ont “réjoui” le président de la FNSEA, Arnaud Rousseau qui plaide pour limiter à 500 leur nombre dans l’hexagone. “On attend le prochain plan loup avec la plus grande impatience. On ne peut pas, quand on est agriculteur, produire des animaux, que ce soit des ovins ou des bovins, et se lever le matin et voir ses animaux allongés dans le pré”, a-t-il dit mardi au congrès du syndicat des entreprises d’abattage-découpe (Culture Viande).

Nos derniers articles

Fimu : les confidences et anecdotes d’une hébergeuse d’artistes

Comme de nombreux musiciens à Belfort pour le Festival international de musique universitaire (Fimu), le duo Mastella-Sorchiotti séjourne chez l’habitant jusqu’à la fin du festival. Une tradition pour ce festival qui permet de lier de belles amitiés. Rencontre avec leur hébergeuse.

Ces trois groupes du Fimu qui incarnent la diversité

Allant de la pop au rock en passant par l'électronique, le Festival international de musique universitaire (Fimu) regroupe des artistes alliant différents genres musicaux. Cette pluralité s’illustre avec l’interview de trois groupes d’artistes venus se produire sur le festival.

Avant la naissance, la pollution de l’air nous touche déjà

Certaines personnes sont plus vulnérables ou plus sensibles que d’autres à la pollution de l’air, du fait de leur capital santé ou de leur âge. Par rapport à la population générale, ces personnes vont présenter plus rapidement ou plus fortement des symptômes suite à une exposition à cette pollution, que ce soit à court terme ou à long terme. L'exposition à la pollution atmosphérique pendant la grossesse a été associée à un large éventail de conséquences néfastes à la naissance et pendant l'enfance. Récemment, une étude française a mis en évidence la vulnérabilité du placenta à la pollution de l'air…

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts