La coopération transjurassienne vise l’eau, le tourisme et la mobilité

La conférence TransJurassienne (CTJ) est un organisme de coopération transfrontalière qui associe, en Suisse, les cantons de Berne, Jura, Neuchâtel et Vaud ainsi que le réseau des Villes de l’Arc jurassien et la Région Bourgogne-Franche-Comté, la préfecture de région Bourgogne-Franche-Comté, les Départements, les Agglomérations et les Pays de l’Arc jurassien, en France. Son bureau élargi s’est tenu le 21 novembre à l’hôtel de Région à Besançon. Une visite de l’entreprise Utinam, symbole de l’horlogerie, a été organisée, pour mettre en relief cet artisanat « comme ferment et vecteur de l’identité commune à l’arc jurassien franco-suisse (économie, savoir-faire, histoire) ». Les travaux au tour du tourisme, lancés en décembre 2018, se poursuivent autour de deux axes : la communication et la promotion touristiques ; et l’accompagnement à l’émergence de projets transfrontaliers. Les territoires ont souhaité que l’eau soit une thématique d’un cycle de cette conférence transujurassienne, dans un contexte de « changement climatique ». L’objectif, ouvrir la voie à de nouvelles coopérations « sur cet enjeu crucial pour l’Arc jurassien franco-suisse ». Le CJT appuie également la candidature du Grand Besançon et du Pays Horloger auprès de l’office fédéral de la culture suisse, dans son classement des savoir-faire horlogers de l’Arc jurassien au patrimoine mondial immatériel de l’humanité par l’Unesco. Des actions de promotion et conservation sont programmées dans l’attente de la réponse, programmée dans un an. Autre projet, revoir le schéma des mobilités de l’arc jurassien, défini en 2011.

Défilement vers le haut