Le Trois –

PUB

[enquête] Réforme du bac : faut-il la revoir ?

La pandémie du coronavirus covid-19 et le confinement entraîne l'annulation des épreuves du baccalauréat (pixabay)

Le Condorcet à résidence.- En février 2019, les lycéens se sont réunis pour contester la mise en place d’un potentiel nouveau baccalauréat. Les professeurs n’ont pas été non plus insensibles à cette réforme. Désormais, depuis septembre, l’organisation de nos lycées a changé.

Ludivine Pagliaro et Margaux Michaud

Le Condorcet à résidence.- En février 2019, les lycéens se sont réunis pour contester la mise en place d’un potentiel nouveau baccalauréat. Les professeurs n’ont pas été non plus insensibles à cette réforme. Depuis septembre, l’organisation de nos lycées a changé. L’annulation des épreuves finales du baccalauréat, fin juin, risque d’alimenter encore cette réflexion.

Voilà maintenant deux mois que nous nous sommes interrogées sur la question du nouveau baccalauréat. Ainsi, nous avons ouvert une enquête au sein du lycée Condorcet pour placer un bilan sur cette première année avec la nouvelle réforme « Blanquer ». Durant notre étude, un quart des professeurs de l’établissement scolaire et une petite partie de ses élèves de Première nous ont partagé leurs ressentis. Ainsi, à l’aide d’un questionnaire disponible en salle des professeurs, mais également de plusieurs interviews d’élèves, nous avons pu établir un bilan assez mitigé

"Cette réforme est bien, mais..."

En effet, les plus opposants à cette réforme sont en majorité les professeurs, soit 25 interrogés sur une centaine. Certains la jugent « trop anxiogène pour les élèves et le personnel ». Ils notent un flou persistant malgré l’avancée dans l’année scolaire. Le bilan dressé est assez dégradant.

Néanmoins, un petit effectif fait allusion au fait qu’un changement était nécessaire, seulement, pas sous cette forme. Enfin, un seul commentaire vis-à-vis de cette réforme est ressorti positif, rien n’est reproché au nouveau baccalauréat et à son organisation

Du côté des élèves, les avis sont plus partagés, voire indécis par manque de renseignements à l’égard de ce sujet. En effet, lorsque l’on interroge les élèves de Premières, on remarque certes beaucoup d’objectivité, cependant marquée par des négations du type : “Cette réforme est bien, mais…”

Ils sont en effet les premiers à passer le nouveau baccalauréat, ce qui donne naturellement une dose de stress assez importante. On nous fait remarquer une mise en place trop précipitée de cette réforme d’après les professeurs, trop peu de renseignements, de précisions et d’indications pour nos élèves, préparés jusqu’en mi-Seconde à l’ancien bac.

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale (crédit : CC BY-SA 2.0)

En bilan de cette enquête, le positif reste timide mais pertinent. Les élèves doivent s’adapter à ce changement de ligne, changer leurs modes de travail et poursuivre ainsi. L’autonomie est donc un point primordial car l’assistance des professeurs semble floue également. Ceci les habitue dès maintenant aux potentielles études qui suivront et qui demanderont de s’adapter à leurs codes sans forcément le soutien pour.

Nous avons également rencontré des élèves motivés, prêts à changer leurs habitudes quotidiennes, même si l’incertitude persiste sur certains points évoqués dans la réforme. Mais également des professeurs engagés et préoccupés par l’impact que peut avoir cette réforme sur les élèves.

Nos derniers articles

FCSM : Jean-Claude Plessis va quitter la présidence d’ici l’automne

Le président du football-club Sochaux-Montbéliard, Jean-Claude Plessis, figure du sauvetage l’été dernier, a annoncé qu’il quitterait son poste avant l’automne. L’annonce a été faite lors du conseil d’administration de Sociochaux.

La maire de Besançon harcelée en ligne après sa plainte contre les pancartes anti-migrants

La maire de Besançon Anne Vignot a annoncé vendredi porter plainte après avoir été la cible d'un cyber-harcèlement "d'une extrême violence" faisant suite à une première plainte de l'élue contre des pancartes anti-migrants brandies dimanche lors du carnaval de sa ville.

Pays de Montbéliard : une opération « place nette », 11 gardes à vue et 26 000 euros d’avoirs criminels

Pour endiguer le trafic de drogue, le gouvernement a lancé une vaste opération nommée « place nette XXL ». L’une de ses opérations s’est déroulée dans le pays de Montbéliard du 8 au 10 avril.

Découvrez aussi

Accédez rapidement à une sélection d’articles locaux, proche de chez vous dans le Nord Franche-Comté

letrois articles

Soutenez Le Trois

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté! Letrois.info vous propose de l’info locale de qualité pour vous aider à comprendre les grands enjeux de la région de Belfort-Montbéliard-Héricourt, qui constitue un bassin économique et un bassin de vie au-delà des frontières administratives.

Le saviez-vous ?
Votre don est défiscalisable à hauteur de 66%.
En savoir plus

Newsletter

Recevez par email les principales
actualités du nord Franche-Comté,
ainsi que l’information « À la Une » à ne surtout pas manquer !

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour en savoir plus, consultez la page des données personnelles

Proche de chez moi

Retrouvez les derniers articles en lien avec votre commune

Partout avec moi

Téléchargez notre application sur votre smartphone et restez informé !

Petites annonces immobilières

Toutes les annonces de nos agences partenaires

Kiosque

Retrouvez tous les hors-séries de la rédaction autour du nord Franche-Comté.
Emplois, immobilier, industrie… tous les sujets qui vous concernent !

Nouveau

Agenda

Retrouvez l’agenda des sorties, des animations, des spectacles, des expositions, des fêtes et des manifestations sportives dans le nord Franche-Comté.

PUB
Outils d’accessibilité
Rechercher

Plus de résultats...

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Même gratuite,
l'info a un prix

Aidez-nous à installer et développer un site d’informations en accès gratuit dans le nord Franche-Comté !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 60% sur vos impôts